Navigation – Plan du site

« En Belgique, il n’y a rien » ? Le rituel de la līla chez les Gnawa maroxellois

“There’s nothing in Belgium?” The līla ritual among the “Maroxellois” Gnawa
Hélène Sechehaye et Stéphanie Weisser
p. 77-94

Résumés

Cet article examine la manière dont les Gnawa de la communauté marocaine de Bruxelles pratiquent le rituel de la līla, une cérémonie nocturne de transe originellement à vocation thérapeutique. La reterritorialisation de cette pratique et les contraintes symboliques et pratiques qu’elle génère induisent plusieurs reconfigurations d’éléments du rituel, comme l’absence d’un sacrifice animal (qui en conditionne l’efficacité thérapeutique), la présence féminine au sein d’ensemble musicaux mixtes, et l’estompement des différentiations entre les styles musicaux liés aux régions d’origine des maîtres.
Bien que le volet spirituel des pratiques semble être fortement lié au Maroc, et donc moins central à Bruxelles, ces cérémonies continuent d’être organisées. Les adeptes et les musiciens mettent en place différentes stratégies pour négocier les difficultés liées à l’éloignement, et des postures variées sont adoptées par les maîtres pour se positionner par rapport à ce dernier. Communément admise comme un facteur incontournable, cette déterritorialisation s’avère être aussi une libération : affranchis de la contrainte d’efficacité rituelle et thérapeutique dont ils ne sont plus les garants, les Gnawa maroxellois peuvent réinventer le sens des līlat.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La diaspora gnawiyya, une thématique peu documentée
Bruxelles, capitale des Gnawa à l’étranger
La līlā, une cérémonie sur mesure
« En Belgique, il n’y a rien » : analyse des discours
Déterritorialisation : les discours du manque
Négocier la distance : l’intention, primordiale sur le lieu ?
Reterritorialiation : l’expérience de l’exil
Conclusion : une déterritorialisation libératrice ?

Aperçu du début du texte

Introduction

Si la communauté marocaine transnationale se distingue par son extraordinaire étendue géographique, par son importance numérique et par la régularité des retours annuels au pays, la communauté marocaine installée à Bruxelles se singularise à plus d’un titre, dont celui de sa concentration géographique dans cette ville (Martiniello & Boussetta 2008 ; Medhoune et al. 2015). La capitale est en tête des lieux de vie investis par cette communauté en Belgique, comptant environ 190.000 individus en 2014 (presque 17 % de sa population totale). Un néologisme a même été créé pour identifier ses représentants : Maroxellois, issu de la contraction entre « Marocain » et « Bruxellois », originaires pour la plupart du Rif et des villes du Nord comme Tanger (Lesthaeghe 2000 : 19 ; Medhoune et al. 2015 : 212) (Photo 1). Malgré son importance, les membres de cette communauté font face à des discriminations au niveau de l’emploi, du logement, ou encore de la culture (Ouali 2004 ; Torrekens...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Sechehaye et Stéphanie Weisser, « « En Belgique, il n’y a rien » ? Le rituel de la līla chez les Gnawa maroxellois », Civilisations, 67 | 2018, 77-94.

Référence électronique

Hélène Sechehaye et Stéphanie Weisser, « « En Belgique, il n’y a rien » ? Le rituel de la līla chez les Gnawa maroxellois », Civilisations [En ligne], 67 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4918 ; DOI : 10.4000/civilisations.4918

Haut de page

Auteurs

Hélène Sechehaye

Hélène Sechehaye est doctorante en musicologie, en cotutelle entre l’Université libre de Bruxelles (dir. : S. Weisser, M.-A. Colin,) et l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne (dir. : A. Damon-Guillot, B. Ramaut-Chevassus). Sa thèse, qui porte sur les pratiques musicales gnawa à Bruxelles, est financée par une bourse Mini-ARC (ULB) | Laboratoire de Musicologie (LaM), Université libre de Bruxelles, Maison des Arts, 56 avenue Jeanne, CP 103, 1050 Bruxelles, Belgique | hsecheha[at]ulb.ac.be

Stéphanie Weisser

Stéphanie Weisser est Maître de conférence en ethnomusicologie à l’Université libre de Bruxelles et a été chargée de recherches et conservatrice ad interim au Musée des Instruments de Musique de Bruxelles. Elle a publié de nombreux articles scientifiques et deux disques aux Archives Internationales de Musique Populaire (Musée Ethnographique, Genève), dont le plus récent a reçu en 2014 le prix « Coup de cœur Musiques du Monde » de l’Académie Charles Cros (France) | Laboratoire de Musicologie (LaM), Université libre de Bruxelles, Maison des Arts, 56 avenue Jeanne, CP 103, 1050 Bruxelles, Belgique | stephanieweisser[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page