Navigation – Plan du site

Religion on the dance floor: Afro-Dominican music and ritual from altars to clubs

La religion sur la piste de danse : musique afro-dominicaine et rituels, de l’autel aux boîtes de nuit
Angelina Tallaj
p. 95-109

Résumés

Dans cet article, j’examine les discours qui découlent de la nouvelle visibilité de la musique du vudú dominicain dans les bars et boîtes de nuit new-yorkais. Quand les Dominicains sont partis de chez eux, ils ont emmené avec eux ces genres musicaux marginaux, y compris le vudú, et depuis le début des années 2000, cette musique (palo) est passée de la sphère religieuse à celle de la musique populaire, modifiant à son tour la nature des rituels religieux. A New York, les cérémonies vudú présentent au public des tambours et rituels de possession, et sont pratiquées dans des espaces commerciaux, plutôt que dans des espaces privés (maisons) ou religieux (temples). Bien que ce passage des cérémonies religieuses de l’espace privé à l’espace public ait amené de nombreux croyants à se plaindre d’une « authenticité » compromise du point de vue de la « religion vécue », ces pratiques peuvent être considérées comme des formes de religion. Les représentations publiques et laïques ont modifié la manière dont des pratiques telles que la possession d’esprit sont vécues, promulguées et perçues. Par exemple, les amateurs de boîte de nuit ont développé une nouvelle manière de danser sur la musique, l’imitation de la possession d’esprit faisant partie de la danse. Ce sont précisément ces nouvelles pratiques apparemment laïques qui ont donné aux Dominicains la liberté de faire preuve de plus d’autorité dans leur identification religieuse.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Material contradictions: Hybrid spaces and commercialism
Musical crossroads
Spirit possession, authenticity and Lived religion

Aperçu du début du texte

Introduction

In this essay, I present my ethnography and analysis of recent changes in the performance and reception of the music and practices of Dominican Voodoo (Vudú) in the United States in the 21st century. As the music of Vudú (palo) moved from traditional religious arenas in the Dominican Republic to the popular music world of clubs, bars, and recording studios in New York City, it has, in turn, challenged and reshaped the nature and perceptions of religious rituals. Recent scholars (Butler 2008; Bazinet 2012; Ferran 2015; Jacobsen & Vestel 2018) have claimed that as migrants confront new cultures and new conceptions of modernity through their musical experiences, music and music cultures can be useful lenses in understanding diasporic-driven shifts in religious practices and identities.

Vudú, an Afro-Caribbean religion characterised by spirit possession, has clear connections to and is deeply influenced by Haitian Vodou. Although its practice is ubiquitous in the Dominican Re...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angelina Tallaj, « Religion on the dance floor: Afro-Dominican music and ritual from altars to clubs », Civilisations, 67 | 2018, 95-109.

Référence électronique

Angelina Tallaj, « Religion on the dance floor: Afro-Dominican music and ritual from altars to clubs », Civilisations [En ligne], 67 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/4961 ; DOI : 10.4000/civilisations.4961

Haut de page

Auteur

Angelina Tallaj

Angelina Tallaj is Assistant Professor at Guttman Community College. She holds a PhD in ethnomusicology from the City University of New York (CUNY) Graduate Center, and was a Visiting Professor at Franklin & Marshall College. Her research focuses on Dominican and Caribbean music. Some of her publications include « From bulls to music: Social, religious and economic aspects of a pilgrimage », « Nuestra Señora, La vírgen de Altagracia », « Llegó la hora: Fighting for a queer identity in the Dominican Republic », and « ‘A country that ain’t really belong to me’: Dominicanyorks, identity and popular music.» | Guttman Community College (University of New York), 50 West 40th Street, New York (NY) 10018, USA | Angelina.Tallaj[at]guttman.cuny.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page