Navigation – Plan du site

Composer avec les orishas. Acteurs et actrices de la religiosité du candombe afro-uruguayen

Composing with orishas. Actors of religiosity in the Afro-Uruguayan candombe
Clara Biermann
p. 129-149

Résumés

A partir d’une analyse des trajectoires et des compositions musicales de Pedro Ferreira (1910-1980) et Chabela Ramírez (née en 1958), cet article explore la manière dont ces deux figures ont joué et jouent le rôle de « passeurs » de mythes associés aux orishas, les divinités d’origine yoruba des religions afro-cubaines et afro-brésiliennes, dans le répertoire chanté du candombe afro-uruguayen. En resituant les sources et les enjeux de la création de leurs chansons, deux périodes seront ainsi mises en relation. La première est celle de l’appropriation des musiques afro-cubaines inspirées des pratiques religieuses, à partir des années 1950, dans la phase de « tropicalisation » du candombe. La deuxième, à partir de la fin des années 1990, concerne la resémantisation religieuse du candombe par le biais d’instruments, de rythmiques, de contenus poétiques sur les orishas, dans un contexte d’expansion des religions afro-brésiliennes en Uruguay, initiée depuis les années 1950. En composant avec les orishas, ces musiciens ont conféré au candombe une sonorité afro associée à une sacralité, dans un mouvement de construction d’afrodescendance en Uruguay, qui, tout en puisant dans une culture religieuse afro transnationale, soutient la création d’une mémoire culturelle spécifique dans l’espace national uruguayen.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Appropriations afro-cubaines dans le candombe
La rencontre du candombe de Chabela Ramírez avec les orishas
Resacraliser le candombe ? Procédés musicaux et poétiques
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

« J’ai rencontré une femme un jour qui m’a dit : “Vous les Noirs, vous ne savez pas exactement ce qui vous unit. Vous les Noirs, vous ne savez rien de votre religiosité”. Je lui ai répondu que c’était vrai et je lui ai demandé si elle allait me l’apprendre. Elle me ramène alors un livre. Et là, je n’en reviens pas de ce que je découvre. La force de la nature, c’est-à-dire les orishas, je n’avais rien vu de tel dans ma vie. A peine avais-je entendu dans quelques chansons de Pedro Ferreira parler des orishas comme Shangó et Iemanjá. C’était un monde nouveau, je ne savais pas ce que c’était l’umbanda, le batuque, rien. Mais je voulais connaître cet héritage que je portais. (…) Et quand j’ai fait la connaissance des orishas, je suis tombée amoureuse, éperdument amoureuse. Pas seulement des images auxquelles je pouvais m’identifier du point de vue de la couleur de peau – alors que Dieu est blanc avec les yeux bleus – mais aussi des qualités de chacun d’entre eux ».

C’est ainsi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clara Biermann, « Composer avec les orishas. Acteurs et actrices de la religiosité du candombe afro-uruguayen », Civilisations, 67 | 2018, 129-149.

Référence électronique

Clara Biermann, « Composer avec les orishas. Acteurs et actrices de la religiosité du candombe afro-uruguayen », Civilisations [En ligne], 67 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/5069 ; DOI : 10.4000/civilisations.5069

Haut de page

Auteur

Clara Biermann

Clara Biermann est anthropologue, Maîtresse de conférences au département Musique de Paris 8, membre du Laboratoire Musidanse, et associée au CREM-LESC. Son travail sur le candombe afro-uruguayen s’est centré sur la relation entre création, savoir-faire et militantisme chez les artistes afro-uruguayens considérés comme les spécialistes du candombe, dans un contexte d’appropriation nationale de cette pratique musicale et dansée. Ses recherches portent sur les circulations musicales dans l’espace atlantique et sur le rôle des expressions sensibles dans la construction d’afro-descendance en Amérique latine | Laboratoire Musidanse (EA.1572) : esthétique, musicologie, danse et création musicale, Université Paris 8, 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis cedex, France | clara.biermann[at]univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page