Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68Esclavage, créolisation et consti...

Esclavage, créolisation et constitution des identités en Afrique de l’Ouest : le cas des Agudàs du Bénin

Slavery, creolisation, and the constitution of identities in West Africa: The case of the Agudàs of Benin
Samuel Lempereur et João De Athayde
p. 47-71

Résumés

Les Agudàs forment une communauté aux origines afro-brésiliennes née dans le sillage de l’esclavage atlantique mais aussi domestique. Cet article montre comment l’identité de cette communauté est multiple et parfois paradoxale, et comment elle évolue en fonction du statut des personnes, de leurs histoires familiales et des conceptions de l’époque (mondialisation, revendications identitaires post-coloniales, ... ). II met principalement en avant deux assises de cette construction identitaire : le lien avec la bourian, mascarade d’origine brésilienne, et le rapport à l’esclavage.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Les Agudàs : une communauté aux identités multiples
La recherche des « racines brésiliennes » : les distinctions sociales au sein de la bourian
Après le retour du Brésil : la quête identitaire d’une Afrique authentique
Blancs, Noirs, Créoles : une identité pigmentaire entre biologie et construction sociale
Conclusion : l’identité agudà et le paradoxe de la « double conscience diasporique »

Aperçu du début du texte

Le 13 janvier 2015, nous étions en train de mener quelques entretiens en commun à Ouidah. En sortant du palais Houhoué, la maison du Dagbo Hounon, considéré à Ouidah comme le « chef suprême » du vodun, nous avons salué un groupe de jeunes dont nous connaissions quelques têtes. Soudainement, parce que l’un d’entre eux nous a demandé ce que nous faisions à Ouidah, nous nous sommes retrouvés pris dans un débat sur l’esclavage et la traite atlantiques. Ce groupe de jeunes adultes (la petite vingtaine environ) était particulièrement vindicatif quant au rôle des Agudàs dans celle-ci :

- Il y a des Africains, des Ouidaniers que les Blancs ont jetés en mer, vivants.
- Vous n’avez pas vu là-bas ?
- (João) Il y a eu ça ?
- Vous n’avez pas entendu l’histoire ? [...]
- C’est les Agudàs …
- Qui ont jeté nos frères !
- Qui ont jeté les Africains dans la mer, nos frères !
- Si tu es fatigué, tu ne peux plus résister, [...]on te jetait à la mer
- (João) On te jette en mer…ah, pourquoi ?
- Mais ceux qui étaie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Lempereur et João De Athayde, « Esclavage, créolisation et constitution des identités en Afrique de l’Ouest : le cas des Agudàs du Bénin »Civilisations, 68 | 2019, 47-71.

Référence électronique

Samuel Lempereur et João De Athayde, « Esclavage, créolisation et constitution des identités en Afrique de l’Ouest : le cas des Agudàs du Bénin »Civilisations [En ligne], 68 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/5248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/civilisations.5248

Haut de page

Auteurs

Samuel Lempereur

Samuel Lempereur est doctorant et collaborateur scientifique au Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains (LAMC) à l’Université libre de Bruxelles (ULB). Sa recherche doctorale porte sur la persistance des effets de l’esclavage domestique précolonial au Bénin. Il s’intéresse tout particulièrement aux mémoires familiales intimes à la parenté, ainsi qu’au changement social au prisme des questions liées à l’esclavage. [Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains (LAMC), Université libre de Bruxelles, avenue F. Roosevelt 50, CP 124, 1050 Bruxelles, Belgique] – Samuel.Lempereur[at]ulb.be

João De Athayde

João De Athayde est docteur en anthropologie (2018) et chercheur affilié à l’Institut des mondes africains (IMAF). Ses recherches portent sur l’identité, les fêtes populaires, le sacré et la circulation dans le contexte des héritages liés à la traite négrière transatlantique, dans un regard comparatif entre le Bénin, le Togo, le Brésil et le Portugal. Sa thèse de doctorat, intitulée « Bourian ou la danse des maîtres. Circulations et enjeux identitaires des Agudàs, les Brésiliens du Bénin » a été soutenue en 2018 à Aix-Marseille Université. [Institut des mondes africains (IMAF), Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, 5 rue du Château de l’Horloge, 13094 Aix-en-Provence cedex 2, France] – deathayde1[at]hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles
  • Logo Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  • Logo Institut de Sociologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search