Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68« Stars de la côte » à Madagascar...

« Stars de la côte » à Madagascar : mobilités, musiques et identités (re)composées

“Stars of the coast” in Madagascar: Mobilities, music, and (re)composed identities
Julien Mallet
p. 73-94

Résumés

A Madagascar, des musiques auparavant exclusivement régionales sont depuis quelques années diffusées à l’échelle nationale. Un des changements notables dans les représentations réside dans le passage de référents identitaires liés aux appartenances régionales et/ou ethniques à des référents (assignés par les médias de la capitale) appartenant à un registre globalisant : « musiques mafana » (“chaudes”). Des artistes, pris dans cette catégorie, ont migré à la capitale et construisent de nouvelles formes musicales associant répertoires régionaux ou ethniques et formes modernes internationales, notamment en affirmant et revendiquant une appartenance « Black » par des emprunts à des genres musicaux africains et nord-américains modernes. Ce phénomène renvoie à des imaginaires multiples. Il est, entre autres, à comprendre dans un contexte de relations interethniques au niveau national, héritées du système colonial et mobilisant des représentations stéréotypées entre « merina » (groupe ethnique historiquement dominant, de la capitale) et « côtiers ».
L’article s’attache à analyser les processus de réappropriation en « positif » de ces stéréotypes et l’articulation du phénomène à de nouvelles mobilités régionales et internationales à travers des réseaux « communautaires » qui se mettent en place via la diaspora et Internet (YouTube, Facebook).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Musiques « mafana », du swag au soa’g  : circulations, connexions et « blackités »
Stéréotypes troublés, appartenances emboîtées et concordances musicales
Mobilités, réseaux et « territoire circulatoire » en engrenage
Conclusion  : espace dominé ou territoire connecté ? Les musiques mafana comme expression d’un « Sud globalisé »

Aperçu du début du texte

Introduction

Territoire de confluences culturelles, Madagascar est, dès le 7e siècle, une terre de migrations prenant place dans l’espace d’un océan Indien au cœur des « globalisations de l’ancien monde » (Beaujard 2012). Selon Laurent Berger et Sophie Blanchy (2014), la « grande île » s’inscrit, avec les Comores, Maurice, La Réunion, Rodrigues et les Seychelles dans une « aire d’acculturation en marge de l’Afro-Eurasie »  :

Si ces îles et archipels représentent une unité géopolitique où priment la synchronisation et l’interdépendance de leurs trajectoires, leur peuplement et leur développement tiennent aussi aux relations pluriséculaires que ces espaces ont entretenues avec les pourtours de l’océan Indien, à l’Ouest [...] comme à l’Est [...]. Ces mondes indianocéaniques semblent donc, [...] faire partie intégrante de ce que l’on pourrait appeler une « aire d’acculturation », c’est-à-dire une zone d’interface où prévalent les brassages de populations d’origines diverses [...].(Berger...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Mallet, « « Stars de la côte » à Madagascar : mobilités, musiques et identités (re)composées »Civilisations, 68 | 2019, 73-94.

Référence électronique

Julien Mallet, « « Stars de la côte » à Madagascar : mobilités, musiques et identités (re)composées »Civilisations [En ligne], 68 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/5308 ; DOI : https://doi.org/10.4000/civilisations.5308

Haut de page

Auteur

Julien Mallet

Julien Mallet est ethnomusicologue, chercheur à l’IRD (URMIS, Paris 7 Diderot). Il a été président de la Société française d’ethnomusicologie (SFE) de 2008 à 2012. Spécialiste de Madagascar et de la musique tsapiky de la région de Tuléar, Julien Mallet a récemment élargi ses recherches à d’autres phénomènes musicaux malgaches et à leurs circulations à l’échelle nationale, régionale (océan Indien) et internationale. Son ouvrage Le tsapiky, une jeune musique de Madagascar. ancêtres, cassettes et bals-poussière, paru en 2009 aux éditions Karthala, a reçu le prix « Coup de cœur » Musique du monde de l’Académie Charles Cros.[Unité de recherche migrations et sociétés (URMIS), Université Paris Diderot, 8 place Paul Ricœur, Bâtiment Olympe de Gouges, 75013 Paris, France] – julien.mallet[at]ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles
  • Logo Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  • Logo Institut de Sociologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search