Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68Migrations et construction des id...

Migrations et construction des identités minoritaires en Tunisie à partir de la fin du 19e siècle : le cas des Noirs tunisiens d’origine « tripolitaine »

Migration and the construction of minority identities in Tunisia from the end of the nineteenth century: The case of black Tunisians of ‘Tripolitan’ origin
Inès Mrad Dali
p. 19-46

Résumés

Dans la Tunisie de la fin du 19e et de la première moitié du 20e siècle, après des siècles d’immigration forcée liée à l’esclavage, le paysage se modifie quasi-radicalement laissant la place, sous protectorat français, à une autre forme d’immigration et de population : il ne s’agit plus de traite mais de migrations volontaires, plus d’esclaves mais d’ouvriers « soudanais », « tripolitains » et autres qui arrivent des régions subsahariennes en passant par la Libye. Face à ces arrivées massives dans un pays où l’organisation relative aux étrangers se modifiait du fait d’une nouvelle administration coloniale, comment était géré ce flux qui représentait un intérêt économique majeur, et comment cette même administration allait-elle appréhender ces multiples identités allogènes ?
La population noire tunisienne d’aujourd’hui est formée à la fois de descendants d’esclaves et d’immigrés, mais l’histoire de ces différences et celle relative au mouvement immigré sont totalement méconnues. Or, comment un tel oubli a-t-il commencé à s’opérer ? La présente analyse, en essayant de mieux saisir les pourtours de ces différentes identités immigrées et en reconstituant les processus par lesquels elles furent « englobées » dans d’autres entités, vise à permettre une meilleure compréhension de l’installation et de l’intégration définitive à la « nation tunisienne » d’un certain nombre de Noirs d’origine non esclave.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Soudanais et Tripolitains étrangers : tentative d’identification d’une population noire
Mobilités intra-africaines et immigration des Noirs tripolitains après l’abolition de l’esclavage
Processus d’intégration nationale, maintien du flou identitaire et agency des migrants
Conclusion : Processus d’intégration et mémoires actuelles

Aperçu du début du texte

Introduction

La circulation d’individus, hommes et femmes entre le nord de l’Afrique et les régions subsahariennes, qu’elle ait été conjointement liée au commerce transsaharien comprenant la traite d’hommes, ou caractérisée par des émigrations volontaires notamment à partir de la fin du 19e siècle, n’a finalement cessé de se perpétuer au gré des conjonctures politiques et économiques relatives à chacun de ces « deux versants » du continent africain. Deux versants conceptuels au final, puisque seule une méconnaissance de l’histoire du continent autorise encore une telle perception « séparatiste ».

Restituer les différents flux migratoires relatifs à la Tunisie dès la fin du 19e siècle permet notamment de rendre compte de l’importance d’une immigration noire survenue après la période esclavagiste. Or, l’impact de telles migrations, tant sur le changement de vie que sur l’identité de ces populations reste à étudier. Il en est de même du devenir et du statut de ces populations aujourd’h...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Inès Mrad Dali, « Migrations et construction des identités minoritaires en Tunisie à partir de la fin du 19e siècle : le cas des Noirs tunisiens d’origine « tripolitaine » »Civilisations, 68 | 2019, 19-46.

Référence électronique

Inès Mrad Dali, « Migrations et construction des identités minoritaires en Tunisie à partir de la fin du 19e siècle : le cas des Noirs tunisiens d’origine « tripolitaine » »Civilisations [En ligne], 68 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/5373 ; DOI : https://doi.org/10.4000/civilisations.5373

Haut de page

Auteur

Inès Mrad Dali

Maître-assistante en histoire contemporaine à la Faculté des Arts et des Humanités à Tunis (FLAHM), docteure en anthropologie sociale (EHESS-Paris, 2009) et membre du Comité de lecture de la revue de l’IBLA (Institut des Belles Lettres Arabes). Elle travaille sur l’histoire et les conséquences contemporaines des phénomènes de l’esclavage et des dépendances en Tunisie et dans les pays nord-africains. Adoptant l’outil historique et l’investigation archivistique pour compléter et enrichir ses observations sur le terrain anthropologique, elle se consacre actuellement aux questions migratoires et aux dernières vagues de revendications identitaires des minorités noires, apparues dans ces régions depuis 2011.[Département d’histoire, Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba (FLAHM), Campus universitaire de la Manouba, 2010 Manouba, Tunis, Tunisie] –mraddali_ins[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles
  • Logo Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  • Logo Institut de Sociologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search