Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68Interactions et altérités des réf...

Interactions et altérités des réfugiés subsahariens en Jordanie

Interactions and othering of sub-Saharan refugees in Jordan
Solenn Al Majali
p. 95-115

Résumés

Outre les larges groupes de réfugiés palestiniens, irakiens et syriens, la Jordanie accueille également un nombre plus restreint de migrants forcés africains originaires de la Somalie et du Soudan. Ces derniers envisagent de rester provisoirement à Amman en vue d’être reconnus comme réfugiés par le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) et par la suite, d’obtenir une réinstallation dans un pays d’accueil occidental. Leur installation en Jordanie oscille entre le provisoire et le durable face aux longues et fastidieuses démarches administratives impliquées par l’attente d’une réinstallation. Réfugiés urbains essentiellement implantés à Amman, ils peuvent apparaître comme nouvelle altérité pour les habitants de la capitale. Leurs interactions avec la communauté d’accueil mettent ainsi en scène des formes de racialisation.
Cet article s’attache, dans un premier temps, à rendre compte des difficultés rencontrées par les migrants forcés subsahariens à s’approprier l’espace public du fait d’un racisme prégnant dans les rues jordaniennes. Il montre par la suite comment ces perceptions du racisme diffèrent et se construisent à partir du vécu des réfugiés. Il analyse enfin les différentes modalités de normalisation de leur présence.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Catégorisation raciale et interactions hiérarchisantes
Une circulation des catégories raciales
Le cas des réfugiés darfouris : la résurgence de catégories raciales
Les parcours migratoires des Somaliens  : une étrangeté atténuée ?
Négocier son identité  : des stratégies de déverrouillage des espaces
Réduction de l’étrangeté  : effets du temps et initiatives humanitaires
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Au cours de son histoire, la Jordanie a été une terre d’accueil pour un grand nombre de réfugiés (Dorai 2016). Arrivés successivement en 1948 et en 1967, les Palestiniens sont plus de deux millions à être enregistrés à l’agence onusienne chargée des Palestiniens, l’UNRWA. Plusieurs milliers d’Irakiens trouvent également refuge en Jordanie depuis les années 1990 dans le sillage de la première guerre du Golfe et à la suite de la chute du régime de Saddam Hussein, en 2003. Du fait d’une instabilité pérenne de l’Etat irakien, ces mouvements migratoires se poursuivent jusqu’à aujourd’hui. A ces vagues de réfugiés, s’ajoute l’arrivée importante de réfugiés syriens qui affluent vers le Royaume hachémite dès mars 2011. On compte également des réfugiés, moins nombreux, originaires de la Corne de l’Afrique et du Yémen.

J’emploie ici le terme de « réfugié » par rapport à la manière dont se définissent les individus interrogés qui ne sont pas tous des réfugiés statutaires. La notion ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solenn Al Majali, « Interactions et altérités des réfugiés subsahariens en Jordanie »Civilisations, 68 | 2019, 95-115.

Référence électronique

Solenn Al Majali, « Interactions et altérités des réfugiés subsahariens en Jordanie »Civilisations [En ligne], 68 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/5432 ; DOI : https://doi.org/10.4000/civilisations.5432

Haut de page

Auteur

Solenn Al Majali

Solenn Al Majali est doctorante en anthropologie au Laboratoire TELEMMe (Temps, Espaces, Langages - Europe méridionale, Méditerranée) de l’université d’Aix-Marseille. Après avoir effectué un master pluridisciplinaire portant sur les mondes arabes et musulmans (Aix-Marseille Université), elle a obtenu une bourse d’aide à la mobilité de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) d’Amman. Sa thèse porte sur la coprésence et les interactions entre réfugiés subsahariens, yéménites et populations locales dans un quartier populaire d’Amman. Elle s’interroge également sur les fractures claniques et tribales qui se manifestent dans l’exil et les sociabilités qui se dessinent entre migrants forcés. [Département des études contemporaines, Institut français du Proche-Orient d’Amman (Ifpo), Jabal Amman, 3 rue Ibrahim A. Zahri, 11183 Amman, Jordanie] – almajali.solenn[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles
  • Logo Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  • Logo Institut de Sociologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search