Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68Mobilités, altérités et imaginair...

Mobilités, altérités et imaginaires migratoires : regards croisés sur les migrations des travailleuses domestiques philippines

Mobility, otherness, and migratory imaginaries: Different perspectives on the migration of Filipino domestic workers
Julien Debonneville
p. 163-182

Résumés

Cet article interroge le rôle des imaginaires migratoires dans le cadre des mobilités dans le Sud globalisé des travailleuses domestiques philippines afin de comprendre comment ces femmes interprètent et négocient les catégories raciales et d’altérité de leurs sociétés liées aux pays de destination. En s’appuyant sur une recherche ethnographique aux Philippines, cet article pointe dans un premier temps les rouages de ces imaginaires migratoires dans les médias, les réseaux interpersonnels et le dispositif migratoire. Dans un second temps, il décrit l’existence d’imaginaires migratoires distincts associés à trois différentes régions de destination – « le Moyen-Orient », « l’Asie » et « l’Occident » – qui font l’objet d’un travail de catégorisation, de classement et de hiérarchisation au regard de leur culture supposée, devenant dans le même temps un script interprétatif afin de penser les conditions de réalisation d’un projet migratoire et professionnel. Dans un troisième temps, il explore les effets performatifs de ces imaginaires migratoires sur les projets migratoires et l’exercice du travail domestique de ces femmes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Du dispositif migratoire philippin au dispositif méthodologique
Migrer : une histoire d’imaginaire
Les multiples ressorts de la construction des imaginaires migratoires
La médiatisation de scénarios migratoires
Les réseaux interpersonnels comme véhicule de l’imaginaire
Le dispositif migratoire philippin comme industrie de l’imaginaire
Imaginer, classer, hiérarchiser les employeures
L’« Orient » et le « bad baba » : territoire disqualifié, altérité repoussoir
L’« Occident » comme symbole de toutes les réussites
L’Asie du Sud-Est/Est et la « tai tai » : sourire, superstition et sévérité
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Cet article interroge le rôle des processus d’altérisation au sein des migrations des travailleuses domestiques philippines dans le Sud globalisé afin de saisir plus spécifiquement comment opèrent les imaginaires migratoires (Simon 2006 ; Fouquet 2007 ; Piguet 2013). Si la littérature consacrée aux migrations des travailleuses domestiques philippines s’est bien souvent attachée à décrire la façon dont ces femmes faisaient l’objet de processus d’altérisation, notamment à travers l’emprise des rapports sociaux de race et de sexe (Parreñas 2001 ; Lan 2006 ; Guevarra 2010 ; Rodriguez 2010 ; Debonneville 2014), le présent article questionne à l’inverse comment ces femmes migrantes interprètent et négocient les catégories raciales et d’altérité liées aux pays de destination lors de leur parcours migratoire. Pour ce faire, cette recherche examine les imaginaires migratoires circulant dans l’archipel dans lesquels est véhiculé un ensemble de représentations sociales collectives ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Debonneville, « Mobilités, altérités et imaginaires migratoires : regards croisés sur les migrations des travailleuses domestiques philippines »Civilisations, 68 | 2019, 163-182.

Référence électronique

Julien Debonneville, « Mobilités, altérités et imaginaires migratoires : regards croisés sur les migrations des travailleuses domestiques philippines »Civilisations [En ligne], 68 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/5587 ; DOI : https://doi.org/10.4000/civilisations.5587

Haut de page

Auteur

Julien Debonneville

Julien Debonneville est docteur en études genre de l’Université de Genève. Il a réalisé une thèse de doctorat sur les processus d’altérisation dans les migrations des travailleuses domestiques philippines à partir d’une ethnographie des pratiques de recrutement, de formation et de déploiement au sein du dispositif migratoire dans la ville de Manille. Pendant sa thèse, il a été assistant-doctorant à l’institut des études genre de l’Université de Genève, mais également chercheur invité à l’Université des Philippines – Diliman, ainsi qu’à l’Université de Berkeley. Après un séjour postdoctoral au Max Planck Institute for the Study of Religious and Ethnic Diversity de Göttingen, il poursuit ses enseignements en tant que maître-assistant à l’Institut des études genre de l’Université de Genève où il mène en parallèle diverses recherches sur la mondialisation du travail domestique, la construction sociale des corps dans la danse contemporaine, ou encore les violences de genre dans l’espace public.[Institut des études genre, Université de Genève, 40 bd du Pont d’Arve, 1205 Genève, Suisse] – Julien.Debonneville[at]unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles
  • Logo Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  • Logo Institut de Sociologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search