Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68Les Haïtiens face au marché du tr...

Les Haïtiens face au marché du travail chilien  : des jeux de catégorisation aux luttes de classement

Haitians facing the Chilean labour market: From categorisation games to classification struggles
Nassîla Amode
p. 183-204

Résumés

Entre 2011 et 2018, le Chili devient l’une des destinations privilégiées des migrants haïtiens en Amérique du Sud. Ce flux migratoire de près de 200 000 individus est rapidement qualifié de migration de travail tant il coïncide avec un recours intensif à la main-d’œuvre haïtienne dans certains secteurs de l’économie chilienne en manque de travailleurs pour les emplois subalternes. Cette mise au travail des Haïtiens au Chili, facilitée par une politique migratoire et des institutions qui organisent leur dépendance à ce type d’emplois, s’appuie sur un processus de racialisation spécifique. Ce processus émane des relations et des confrontations qui se configurent sur le marché du travail chilien, faisant de ce dernier le lieu central de la production et de la négociation des catégories ethnico-raciales servant à désigner les Haïtiens au Chili. Il est aussi instrumental à la subordination pratique de cette population qu’implique son insertion au plus bas de l’échelle socioprofessionnelle. Partant d’une analyse des jeux catégoriels qui ont lieu sur le marché du travail, il s’agira d’appréhender la racialisation par le travail des Haïtiens au Chili comme un processus au cours duquel les acteurs mènent de véritables luttes de classement, mobilisant pour cela une diversité des répertoires symboliques, de discours et de pratiques d’infériorisation et de résistance.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Méthodes et terrains d’une enquête compréhensive sur le rapport des Haïtiens au travail au Chili
Enjeux historiques et politiques de l’immigration haïtienne sur le marché du travail chilien
Un flux latino-américain au gré de l’utilitarisme de la politique migratoire chilienne
L’insertion des immigrés haïtiens sur le marché du travail chilien comme double épreuve
Jeux catégoriels et diversité des répertoires symboliques à l’œuvre sur le marché du travail chilien
La racialisation au service de la mise au travail et les réponses pratiques à l’infériorisation statutaire
La déshumanisation à la base du recrutement subalterne
La construction de l’altérité culturelle au service de la supervision
Le déni de carrière ou les limites de la méritocratie
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Entre 2011 et 2018, le Chili est devenu l’une des destinations privilégiées de celles et ceux qui décident de quitter Haïti pour tenter l’aventure migratoire en Amérique du Sud. Cette migration, de près de 180 000 individus, a rapidement été qualifiée de migration de travail par ses principaux observateurs des champs politique, médiatique et académique tant elle a coïncidé avec un recours intensif à la main-d’œuvre haïtienne dans certains secteurs de l’économie chilienne, surtout au sein d’emplois subalternes, c’est-à-dire situés au plus bas des hiérarchies socioprofessionnelles, dévalorisés d’un point de vue matériel et symbolique. Le cadre politique et juridique en vigueur jusque début 2018 impliquait, du point de vue des migrants, une relative facilité d’entrée et d’installation sur le territoire grâce à la régularisation par le travail. Or ce cadre a suscité la dépendance des migrants au marché du travail chilien, en particulier au marché dit « secondaire » (Piore 19...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nassîla Amode, « Les Haïtiens face au marché du travail chilien  : des jeux de catégorisation aux luttes de classement »Civilisations, 68 | 2019, 183-204.

Référence électronique

Nassîla Amode, « Les Haïtiens face au marché du travail chilien  : des jeux de catégorisation aux luttes de classement »Civilisations [En ligne], 68 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/5621 ; DOI : https://doi.org/10.4000/civilisations.5621

Haut de page

Auteur

Nassîla Amode

Nassîla Amode est doctorante au sein de l’Unité de Recherche Migrations et Société (Urmis) de l’université Paris Diderot (Paris 7). Sa recherche doctorale porte sur l’immigration haïtienne au Chili et les enjeux de stratification sociale soulevés par cette migration Sud-Sud. Elle s’intéresse en particulier à l’insertion des migrants haïtiens sur le marché du travail chilien et aux processus de hiérarchisation sociale qui l’accompagnent. [Unité de recherche Migrations et Sociétés (URMIS), Université Paris Diderot, 8 Place Paul Ricœur, Bâtiment Olympe de Gouges, 75013 Paris, France] – nassila.amode[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université libre de Bruxelles
  • Logo Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  • Logo Institut de Sociologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search