Navigation – Plan du site

AccueilNuméros70Time and temporality in a religio...

Time and temporality in a religious utopia: Migration to rural safe haven as the world ends

Temps et temporalité dans une utopie religieuse : migration vers un havre de paix rural lors de la fin du monde
Teruko Vida Mitsuhara
p. 123-141

Résumés

En tant qu’alternatives et critiques de la modernité capitaliste, les communautés utopiques intéressent depuis longtemps les chercheurs en sciences sociales. Mais la plupart de ces communautés ne survivent pas au-delà d’une génération, ce qui alimente les doutes sur leur raison d’être. Celles qui survivent ont pour point commun une forte composante religieuse ou philosophique qui lie les membres. Malheureusement le rôle de la religion dans les utopies contemporaines n’a pas fait l’objet d’une analyse systémique.
Cet article vise à explorer le cas de Mayapur, une communauté rurale du Bengale occidental, en Inde, qui est la patrie spirituelle du vaishnavisme Gaudiya, branche de l’indouisme. Cette religion séculaire s’est répandue dans le monde entier à l’époque de la contre-culture et a inspiré de nombreuses personnes à se convertir et à émigrer à Mayapur. La communauté a récemment célébré son cinquantième anniversaire et s’enorgueillit de sa troisième génération d’enfants. Les éléments fondamentaux qui contribuent à la continuité de ce projet d’utopie sont les conceptions hindoues de l’espace et du temps, en ce compris le karma et la réincarnation, qui nourrissent la critique des dévots du présent dystopique de la modernité occidentale et motivent leur migration vers la campagne bengalie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Methodology
Utopia in theory and practice
Mayapur
Mayapur as religious utopia: Escaping the dystopic “material world’ for life in the rural Holy Dham
Space: Utopia is “no place”, but “someplace”
Time and temporality: “Five thousand years to get out”
Cosmic time: Reincarnation
Apocalypse: “What is happening now, is actually nothing?”
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

The past few decades have seen a proliferation of intentional or utopian communities – understood as a number of people consciously and purposely living together as a community in order to create an “entire way of life” (Shenker 1986: 10; see also Jacoby 2005; Sargisson 2007). Impetus to create such communities is usually in response to “extreme stress” due to rapid changes in the social and physical environment (Brown 2002: 5). Social scientific interest in these communities is often motivated by their potential to represent alternatives to – and critiques of – a late-modern, capitalist lifestyle (Levitas 2017). Such communities are reflexive responses, often in protest, to life in large societies and they offer anthropologists an opportunity to understand how community becomes a shared practice in coping with societal trouble (Brown 2002). Despite the utility of intentional communities for those seeking such environments, the majority do not survive past a generation. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Teruko Vida Mitsuhara, « Time and temporality in a religious utopia: Migration to rural safe haven as the world ends »Civilisations, 70 | 2021, 123-141.

Référence électronique

Teruko Vida Mitsuhara, « Time and temporality in a religious utopia: Migration to rural safe haven as the world ends »Civilisations [En ligne], 70 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/6894 ; DOI : https://doi.org/10.4000/civilisations.6894

Haut de page

Auteur

Teruko Vida Mitsuhara

Teruko Vida Mitsuhara is a researcher at the Center for Language, Interaction, and Culture at the University of California, Los Angeles as well as a staff experience researcher at Adobe. Her research focuses on emergent digital creativity, utopian social and religious movements in India and the United States, migration, language socialisation, discourse analysis, language enchantment, and feminist theory. She has published on linguistic empathy, conversion narratives, and the enregisterment of “Guru English” among white priests in an in Indic-inspired movement in the US as a linguistic vehicle for establishing authenticity │ Center for Language, Interaction and Culture (CLIC), University of California, Los Angeles, 375 Portola Plaza/341 Haines Hall, box 951553, Los Angeles CA 90095, USA – tmitsuhara[at]protonmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search