Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9DossierTerminus Alger : la carrière univ...

Dossier

Terminus Alger : la carrière universitaire d’Alfred Dain (1880-1892)

Guillaume Boudou

Résumés

En 1881, Alfred Dain est nommé professeur à l’École de droit d’Alger. Il y restera jusqu’à son décès en 1892, alors que rien ne le destinait à y accomplir l’intégralité de sa carrière universitaire. L’article s’efforce d’élucider ce paradoxe en interrogeant les raisons de l’affectation et du maintien de Dain dans cet établissement. Il met en lumière l’originalité de cette trajectoire croisant les facteurs suivants : tropisme climatique, stratégie de carrière, centres d’intérêt intellectuel, réseaux d’influences politico-administratifs, projets de développement colonial, standards des évolutions de carrière, implantation locale et vie personnelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Conclusion d’un bref texte anonyme au sujet d’Alfred Dain, paru dans L’Événement, 2 mai 1892, p. 1

« Il est parti pour l’Afrique, il n’est plus revenu !
Il dort hors des portes de Bab-Azoun,
dans ce grand et luxueux cimetière français,
tout proche de la mer,
en face des hautes montagnes du Djurjura
aux crânes poudrés de neige
pendant que ce vent qui vient du désert
frissonne dans les grands arbres
qui murmurent les mélancoliques chansons des branches
au-dessus des paisibles tombeaux. »1

  • 2 Les occurrences qu’on peut relever dans l’historiographie sont rares, ainsi, par ordre chronologiq (...)
  • 3 Cette notice a été complétée pour être publiée dans Renucci, 2022, p. 123-129.

1Alfred Dain n’a guère retenu l’attention des historiens du droit2. De premières recherches nous avaient cependant donné l’occasion d’entrevoir la richesse du parcours et de l’œuvre de ce juriste né en 1851 et décédé en 1892, dont les sujets de thèse de doctorat présentaient des connexions avec le nôtre. Cela dit, ce n’est pas cet aspect du travail de Dain qui nous a le plus retenu, mais son rapport à l’outre-mer, dont nous avons esquissé les grandes lignes dans une notice du Dictionnaire des juristes ultramarins (Boudou, 2012, p. 107-112)3. C’est ce rapport que nous nous proposons d’approfondir dans les lignes qui suivent, en s’arrêtant sur sa carrière universitaire, qui, comme le titre de cette étude voudrait l’indiquer, l’a définitivement attaché à Alger : terminus Alger, c’est-à-dire que dès l’instant où, en 1880, il aura mis un pied à Alger, Dain n’en partira plus jamais. Comprendre cette trajectoire, paradoxale à plusieurs points de vue, suppose d’appréhender la complexité d’un écheveau de causes, des causes qu’il est toujours périlleux d’identifier, de démêler et de hiérarchiser, même en présence de sources formelles. C’est pourtant à cette entreprise que nous allons nous livrer, en interrogeant deux moments critiques de la carrière universitaire de Dain : d’abord celui de son affectation à l’École de droit d’Alger (I), puis celui de son maintien dans cette École (II).

I – L’affectation de Dain à l’École de droit d’Alger

  • 4 Dain fut institué agrégé près les facultés de droit le 23 mai 1881, puis nommé professeur de Code (...)
  • 5 Alfred Dain est né le 1er novembre 1851 sur l’île de Marie-Galante dans la ville de Grand-Bourg (a (...)
  • 6 À la première génération de Dain établie en Guadeloupe, on trouve Gilbert Dain, maître-chirurgien (...)
  • 7 Tranchau, 1893, p. 293, 550 ; Bredif et Association amicale des anciens élèves du lycée d’Orléans, (...)
  • 8 Acte de décès de Joseph-Charles Dain (archives de Paris, V4E575, 5e arrondissement de Paris, no 22 (...)
  • 9 « Une association fondée dans un dessein d’enseignement supérieur peut-elle acquérir la personnali (...)
  • 10 « Les préfets ont-ils le droit de faire saisir une lettre à la poste, en vertu des pouvoirs qui le (...)

2Alfred Dain fut nommé professeur à l’École de droit d’Alger en 1881, à l’issue de son succès au concours d’agrégation4. Pourquoi et dans quelles conditions fut-il affecté dans cet établissement, alors que rien ne semblait l’y appeler ? C’est là un premier paradoxe, perceptible au moins à deux égards. D’une part, Dain n’avait pas d’attaches familiales en Algérie. Il était né en Guadeloupe5, où sa famille était établie depuis cinq générations6, et, à partir de ses dix ans, il avait grandi entre Orléans, où il fut pensionnaire durant ses années lycéennes7, et Paris, où sa famille nucléaire se replia à la mort de son père, survenue en 1866, soit quinze ans avant sa nomination à Alger8. C’est dire que personne ne l’attendait en Algérie lorsqu’il y arriva comme professeur. D’autre part, Dain n’avait pas travaillé sur l’Algérie. Ses deux thèses de doctorat, soutenues à la faculté de droit de Paris le 25 juin 1879 et qui formaient sa première production scientifique, concernaient le droit des associations : le droit d’association en droit romain, et la condition des associations non reconnues en droit français (Dain, 1879). Les autres écrits doctrinaux qu’on lui connaît à cette époque tiennent dans les trois sujets de plaidoirie qu’il proposa à la conférence du stage du barreau de Paris lorsqu’il en fut quatrième secrétaire en 1878-1879, et pour lesquels il rédigea des rapports aujourd’hui conservés par la bibliothèque des avocats du barreau de Paris. Quand ils ne voisinèrent pas avec sa thèse de doctorat en droit français9, ces sujets de plaidoirie demeurèrent, en tout cas, étrangers à l’Algérie10. C’est dire qu’à ce moment-là du moins, Dain ne manifestait pas d’intérêt doctrinal pour l’Algérie. Dans ces conditions, comment expliquer l’affectation de Dain à l’École de droit d’Alger ?

  • 11 Les dix pages de cette notice intitulée « Alfred Dain » ont été lues le 22 décembre 1892 à l’assem (...)
  • 12 Double de la lettre du 24 janvier 1880 portant avis de nomination adressée à Dain par le directeur (...)
  • 13 Parmi ces témoignages, il convient de citer celui du directeur de l’École de droit, Robert Estoubl (...)
  • 14 Ces conclusions ont été déduites du croisement des informations relatives au concours d’agrégation (...)

3Dans la notice nécrologique qu’il lui consacra, Marc Sauzet (1893a, p. 246), un de ses compagnons de travail dans la préparation du barreau et de l’agrégation, avance l’explication suivante : « Le climat l’avait séduit. […] À toute résidence de province, il préférait l’Algérie. Il fallait l’éclat de son soleil et la douceur de ses hivers à ce Français des Antilles […] »11. Cette explication met certes le doigt sur la complexité du choix de Dain, à la fois positif (pour ce qui touche au tropisme climatique) et relatif (en comparaison de la province métropolitaine), mais elle rappelle aussi que, durant l’année universitaire qui avait précédé sa nomination comme professeur, Dain avait été chargé d’un cours de Code civil en première année à l’École de droit d’Alger12. Cette première expérience universitaire algéroise, dont plusieurs témoignages laissent entendre qu’elle fut très positive, interpelle nécessairement sur la qualité générale de son bilan et sur sa capacité, en particulier, à retenir dans une localité, plutôt qu’à y attirer, celui qui en fut le sujet autant que l’acteur13. À l’appui de cet élément d’explication, il faut souligner que le rang de sortie de Dain au concours d’agrégation lui offrait le choix d’un poste méridional, comme Bordeaux (choisi par Frantz Despagnet) ou Aix (choisi par Charles Turgeon), des postes dont Dain se détourna néanmoins14. Ce faisant aussi, l’explication de Sauzet interroge les raisons qui ont primitivement amené Dain à l’École de droit d’Alger. Ces raisons se déploient à trois niveaux, différents et en partie liés.

  • 15 AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain.
  • 16 Jusque-là, Dain avait seulement dispensé, à Montmartre, un cours dans une section de l’Association (...)

4Le premier niveau est celui de la quête d’une expérience pédagogique, laquelle – de nouveau – croise le critère du climat. C’est ce qui ressort d’une lettre adressée le 16 juillet 1879 au ministre de l’Instruction publique, par laquelle Dain sollicita un poste de chargé de cours à la faculté de droit de Montpellier ou à l’École de droit d’Alger, afin de « [s]e préparer à l’agrégation des Facultés »15. Les localités demandées n’étaient évidemment pas étrangères à la clémence de leur climat, et, surtout, on comprend le souci de l’agrégatif quasi néophyte de s’essayer à l’enseignement16.

  • 17 Entré dans l’administration du ministère de l’Instruction publique en 1838, Du Mesnil devint direc (...)
  • 18 « […] il entra, à peine licencié, à la fin de 1873, au ministère de l’Instruction publique. Il y f (...)
  • 19 « En cas de vacance d’une chaire dans une Faculté, la section permanente présente deux candidats, (...)
  • 20 L’« École préparatoire à l’enseignement du droit » d’Alger fut créée par l’article 1er de la loi d (...)
  • 21 Ce calcul stratégique s’accorde avec la demande de Dain pour un poste à Montpellier, dont la facul (...)

5Le deuxième niveau d’explication est celui de la curiosité expérimentale pour l’École de droit d’Alger, une explication suggérée dans la nécrologie qu’il a consacrée à Dain par le directeur de l’École, Robert Estoublon (1892, n.p.) : « ses occupations au ministère, en lui donnant l’occasion de suivre l’élaboration du décret qui devait instituer à Alger l’enseignement supérieur, avaient fait naître chez lui le désir d’aller professer dans la nouvelle université dont la création était projetée ». En effet, avant de se lancer, en 1879, dans la carrière universitaire, et dans la foulée de l’obtention, en 1873, de sa licence en droit, Dain avait intégré l’administration centrale du ministère de l’Instruction publique, où il avait été le secrétaire du conseiller d’État à la tête de la direction de l’Enseignement supérieur, Armand Du Mesnil17, et où il avait pu suivre chacune des étapes de la création de l’École de droit d’Alger18. Il n’est pas exclu, en outre, que ce cadre de travail ait tôt permis à Dain de mesurer les possibilités qu’allait offrir l’article 4 de la loi du 27 février 1880 en autorisant la titularisation dans une chaire vacante sur double présentation du conseil de la faculté et de la section permanente du Conseil supérieur de l’Instruction publique19. Sous ce rapport, l’École de droit d’Alger, un établissement tout nouveau20, où la concurrence sur les recrutements était partant limitée, pouvait devenir, pour Dain qui souhaitait y prendre pied dès le départ, une cible stratégique en cas d’échec à l’agrégation21.

  • 22 Note de Du Mesnil portée en marge de la lettre déjà citée, adressée par Dain au ministre de l’Inst (...)
  • 23 Cette note n’est malheureusement ni signée ni datée, mais il est probable qu’elle date de 1879 : s (...)
  • 24 Originaire de Montredon dans le Tarn, médecin de formation, Bernard Lavergne commença par manifest (...)
  • 25 Cette lettre est conservée dans le dossier de carrière d’Alfred Dain ; elle est accompagnée de la (...)
  • 26 « Comme tous les enfants aimants, élevés par une mère pieuse, il était pieux, d’une piété simple e (...)
  • 27 Archives du diocèse d’Alger, Alger – cathédrale Saint-Philippe 1883, acte de mariage du 2 juin 188 (...)
  • 28 Archives du diocèse d’Alger, Alger – cathédrale Saint-Philippe 1892, acte de sépulture du 16 avril (...)

6Le troisième niveau d’explication est celui des appuis de Dain dans l’appareil d’État, notamment ses appuis politiques, qui apparaissent à la lecture de son dossier de carrière. Ce fut le cas, déjà évoqué, de Du Mesnil, qui recommanda « tout particulièrement » Dain en soulignant « la sûreté de son caractère et ses très sérieuses qualités d’intelligence et d’assiduité à ses devoirs » pour le cas où il pourrait « se produire dans quelques autres facultés [que celles de Montpellier et d’Alger] une vacance à la rentrée »22. Cette recommandation dut d’autant plus peser qu’elle aiguilla utilement la demande de Dain dans le circuit bureaucratique. Dans le dossier de carrière de Dain, elle est en effet précédée de la note suivante : « La demande de M. Dain a été remise directement à Monsieur l’Inspecteur général de la part de M. du Mesnil »23. Ce fut le cas aussi et surtout du député républicain du Tarn Bernard Lavergne24, qui, le 16 décembre 1879, recommanda spécialement Dain au ministre de l’Instruction publique pour un poste à Alger, « en répondant […] de ses opinions républicaines très fermes et très sages »25. Très sages en effet, car on sait qu’en matière religieuse notamment, Dain était croyant26 et un minimum pratiquant, puisqu’il se maria à l’église27 et qu’il mourut « muni des sacrements de l’Église »28. Ces appuis politico-administratifs ne doivent pas surprendre dans la mesure où le corps enseignant d’un établissement public se présentant d’abord comme un projet politique ne pouvait guère échapper à la politisation de son recrutement (Vatin, 1984, p. 163-164 ; Bastier, 2009, § 2-13).

7Toujours est-il que, pour toutes ces raisons – et peut-être d’autres encore –, Dain fut affecté comme professeur à l’École de droit d’Alger. Il y resta jusqu’à sa mort, ce qui soulève toute une autre série de questions.

II – Le maintien de Dain à l’École de droit d’Alger

8Il s’agit cette fois, selon un autre ordre d’idées, de déterminer pourquoi et comment Dain fut maintenu en poste à l’École de droit d’Alger, alors que – et c’est un second paradoxe de sa carrière, qu’il faut tenter d’élucider – il souhaita, au moins durant un certain temps, en partir, et alors qu’il présentait plus d’un titre pour y parvenir. Reprenons chacun de ces trois points, avant de proposer une explication.

  • 29 La première notice individuelle n’est pas datée, mais elle remonte probablement à janvier 1882, ta (...)

9Nous disons d’abord que Dain souhaitait partir d’Alger, et c’est Sauzet – une nouvelle fois – qui fournit les premiers indices à ce sujet. En effet, Sauzet affirme que Dain revint à Alger après son succès à l’agrégation, en attendant de rallier Paris : « pour attendre l’heure du retour dans notre vieille École de Paris », ajoutant même « son cher Paris » (1893a, p. 246). Cette affirmation est strictement corroborée par deux notices individuelles qui figurent au dossier de carrière de Dain pour l’année 1882. Aux questions « dire s’il irait partout où il pourrait être envoyé en France » et « désire-t-il un avancement ou un changement de résidence ? », Dain répondit, dans la première notice, « Paris seulement », et, dans la seconde, « Paris, en attendant, rester à Alger »29. Alger était donc une station provisoire, d’où Dain entendait préparer son retour vers Paris.

  • 30 Gonse, 1886, p. 560-569. Le 6 juin 1886, le recteur Charles Jeanmaire note que le travail de Dain (...)
  • 31 Arrêtés ministériels de délégation d’Alfred Dain comme agrégé près la faculté de droit de Paris po (...)
  • 32 Agrégé près la faculté de droit de Paris à partir de 1867, Glasson y fut titularisé en qualité de (...)
  • 33 À cette époque, on ne lui connaît que son Rapport sur les modifications à apporter à la loi du 26  (...)
  • 34 L’École de droit d’Alger put préparer aux examens de licence dès 1881, mais les étudiants devaient (...)
  • 35 Ces renseignements sont fournis par le dossier de carrière de Dain, qui comprend notamment les arr (...)

10De fait, Dain développa ses activités en accord avec ses ambitions. D’un côté, il s’employa à affermir sa proximité avec des instances parisiennes, ce pour quoi il recueillit des signaux assez encourageants : le 13 décembre 1882, il fut admis membre de la Société de législation comparée (Duverger, 1883, p. 40), ce qui lui permit d’étoffer son réseau scientifique30 ; surtout, il obtint d’être délégué dans les fonctions – convoitées – d’agrégé à la faculté de droit de Paris durant les étés 1883, 1884 et 1885, ce qui lui permit d’établir un lien direct avec l’institution qu’il souhaitait intégrer31. C’est d’ailleurs en 1885 que, dans La France judiciaire, parut un avis très favorable sur ses travaux relatifs à l’act Torrens : dans cette revue, à laquelle collaboraient quelques-uns de ses collègues parisiens comme Albert Desjardins – qui avait aussi siégé dans le jury de soutenance de thèse de Dain – ou Joseph-Émile Labbé, Ernest Glasson (p. 203-205) signala l’« importance particulière » et l’« intérêt d’actualité » des recherches de Dain en soulignant que celui-ci avait entrepris, pour la première fois, de donner un exposé juridique de ce système et qu’il y avait « complètement réussi »32. D’un autre côté, Dain n’entreprit rien qui pût conforter son implantation professionnelle à Alger : il ne s’inscrivit pas au barreau et ne publia quasiment pas33, si bien que ses activités se limitèrent à l’enseignement, en l’espèce, du Code civil (suivant les années universitaires, en première ou deuxième année de baccalauréat, ou, en 1882, en licence34) et du droit international privé sous la forme d’un cours complémentaire35. En somme, Dain était à Alger sans y être : son regard était clairement tourné vers la capitale.

  • 36 Ce mariage, célébré le 31 mai 1883, fut suivi de quatre naissances : les jumeaux Henri-Marie-Émile (...)
  • 37 La chaire de droit criminel était vacante : Ernest Fau, qui était chargé du cours de droit crimine (...)
  • 38 État nominatif du personnel judiciaire de l’Algérie et des colonies, nomination de Chéronnet comme (...)
  • 39 Marc Sauzet use à ce propos d’une formule éloquente : « Admis dans une famille d’avocat, il voulut (...)
  • 40 Dans les « renseignements confidentiels » du dossier de carrière de Dain (AN, F1722812B), figurent (...)
  • 41 Une quarantaine d’arrêts publiés à la Revue algérienne entre 1887 et 1891 signalent Dain comme avo (...)
  • 42 À partir de 1885, Dain fit paraître dans la Revue algérienne et tunisienne de législation et de ju (...)
  • 43 Il obtient d’être promu de la 4e à la 3e classe des professeurs seulement à compter du 1er janvier (...)

11Nous disons également que ce souhait de quitter Alger s’exprima durant un certain temps. Précisons à présent que ce laps de temps courut de 1881 à 1886, et qu’y survinrent plusieurs événements qui accompagnèrent la décision de Dain de renoncer à demander sa nomination à Paris. En 1883, il se maria36. La même année, il fut nommé membre du Conseil académique (Estoublon, 1892), et il obtint son transfert dans la chaire de droit criminel37. Son beau-père, Ferdinand Chéronnet, était avocat défenseur à la cour d’Alger38, et, en 1885, Dain s’installa également comme avocat39. C’est une profession dans laquelle il réussit vite et très bien40, et qui semble même sa première activité, car, s’il développa alors une production doctrinale, c’est sur des questions de droit local, notamment le statut personnel et le régime de la propriété foncière, dont il semble qu’il les plaidait aussi41. Cette production doctrinale fut publiée à la Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence42, dont il fut élu membre du comité de rédaction en 1885 (Renucci, 2015, p. 6). Le 8 mai 1886, Dain remplit sa « notice individuelle » en indiquant « Paris » au titre de ses vœux de changement de résidence ; ce fut la dernière fois : dans les notices suivantes, il se contentera de demander de l’avancement43. S’il demeure difficile de dire si son renoncement à Paris s’apparente à une décision positive ou à une résignation, il est en revanche bien certain qu’en 1887, Dain était fixé à Alger.

  • 44 La guerre contre la Prusse ayant conduit sa famille à se réfugier à Brest, Dain prit ses premières (...)
  • 45 La première place fut attribuée à Dain à six voix contre deux au troisième tour de scrutin (Regist (...)
  • 46 Né en 1837, agrégé des lettres en 1864 et reçu docteur ès lettres à la faculté des lettres de Lyon (...)
  • 47 Né, comme son prédécesseur, en 1837, Boissière avait étudié à l’École normale supérieure avant d’ê (...)
  • 48 Remarqué par le futur ministre Jules Duvaux, ce fils de cultivateur propriétaire, né en 1841 en Me (...)
  • 49 « Renseignements confidentiels » complétés ainsi par le recteur Belin le 3 juillet 1880, le 15 jui (...)
  • 50 « Renseignements confidentiels » complétés ainsi par le recteur Belin le 15 juin 1881 et le 27 mai (...)
  • 51 « Renseignements confidentiels » complétés ainsi en 1883 par Estoublon, puis par le recteur Jeanma (...)
  • 52 « Renseignements confidentiels, Observations générales » d’Estoublon pour l’année 1884 (AN, F17228 (...)
  • 53 « Renseignements confidentiels, Observations générales » du recteur Belin le 15 juin 1881 et le 27 (...)
  • 54 « Renseignements confidentiels, Observations générales » du recteur Jeanmaire le 20 juillet 1885 e (...)
  • 55 « Renseignements confidentiels, Observations générales » du recteur Jeanmaire le 6 juin 1886 (AN, (...)
  • 56 « Renseignements confidentiels, Observations générales » par le recteur Jeanmaire déjà cités (AN, (...)

12Nous disons enfin que Dain pouvait faire valoir des arguments en faveur d’une nomination à Paris. Précisons à présent que ces arguments étaient objectifs et partant solides. Il avait obtenu ses grades à la faculté de droit de Paris, où ses thèses avaient été primées44, puis il avait été reçu, dès sa première tentative en 1881, premier au concours d’agrégation, un concours dont le millésime était de haut niveau, puisqu’il avait vu l’échec, parmi les 65 candidats admis à concourir, de juristes talentueux comme Léon Michoud (pour la première fois) et Maurice Hauriou (pour la seconde fois)45. De plus, les excellentes appréciations formulées à son sujet par le directeur de l’École de droit, Robert Estoublon, et trois des recteurs qui se succédèrent à la tête de l’académie d’Alger (Ferdinand Belin46, Gustave Boissière47 et Charles Jeanmaire48) ne se démentirent jamais : « exactitude et zèle irréprochables »49, « élocution brillante et même recherchée »50, puis « très brillante »51, « digne d’éloges à tous égards »52, « enseignement très fructueux et fort goûté des élèves »53, « esprit hors ligne »54 qui « fait honneur » à l’École d’Alger55 ; ce qui les conduisit à soutenir le projet de Dain. Ainsi, en 1883, Estoublon estimait que Dain « saura tenir sa place à la Faculté de Paris où l’appellent ses succès universitaires », et, en 1885, le recteur Jeanmaire admettait que Dain pouvait être nommé à la faculté de Paris « comme il le désire, et comme ses titres lui en donnent le droit », puis, en 1886, qu’il « a sa place marquée à la Faculté de droit de Paris s’il persiste à vouloir quitter l’École d’Alger »56.

  • 57 Cette mission d’inspection « des trois ordres d’enseignement » en Algérie faisait suite à la missi (...)
  • 58 Dans cette note, Foncin précise également : « Professeur de Code civil, enseigne en 3e année le Co (...)
  • 59 Né en 1841, Pierre Foncin était le fils d’un censeur au collège royal de Limoges, devenu ensuite i (...)
  • 60 De fait, Dain fut nommé officier d’académie le 1er janvier 1883 (AN, F1722812B, dossier de carrièr (...)

13Reste donc à expliquer pourquoi ces quelque cinq années qui suivirent sa nomination de professeur à Alger ne permirent pas à Dain de gagner Paris. Un premier niveau d’explications procède de ses évaluations dithyrambiques, mais en remarquant qu’elles purent servir une conclusion radicalement inverse de celles que nous avons pu prêter à ses supérieurs locaux. Au ministère de l’Instruction publique, ce fut le cas de l’inspecteur général Pierre Foncin, qui, en 1882, fut chargé d’inspecter les établissements d’enseignement d’Algérie57. Dans une note sans doute décisive, versée au dossier de carrière de Dain, non datée mais probablement rédigée à l’issue de son inspection58, ce géographe, qui devait, à partir de l’année suivante et pendant plus de trente ans, s’investir dans l’Alliance française59, préconisait : « C’est un créole. […] Il désire Paris ; mais il serait bien utile de l’attacher définitivement à l’École d’Alger. Il a 8 ans de service. Il mérite les palmes d’O. A. »60.

14À l’École de droit, contre toute attente, ce put être le cas de Robert Estoublon. « Modèle de l’universitaire en droit » au xixe siècle, dont il partage le « rapport aux autres » et les « objectifs », Estoublon estimait « naturel de terminer sa carrière dans la prestigieuse université parisienne » selon Florence Renucci (2022, p. 152), qui en a dressé le portrait et analysé la carrière. Il avait toutefois pris le « pari audacieux » de s’éloigner de la capitale en sollicitant, dès août 1878, une chaire à l’École de droit d’Alger, établissement dont il fut nommé directeur dès l’ouverture en 1879 et qu’il considérait comme « son œuvre » (ibid., p. 151, 152). Sous ce rapport, il est possible qu’il ne fût pas enthousiaste à l’idée de voir Dain rapidement quitter l’École, pour laquelle il nourrissait une véritable ambition. On le perçoit dans sa façon de capter une partie du succès de Dain au concours de thèse : « l’École tout entière est heureuse de s’associer au légitime succès remporté par un de ses membres les plus distingués, M. Dain, chargé d’un cours de Code civil, dont le travail […] vient de mériter un des quatre prix ex aequo décernés par la Faculté de Droit de Paris aux meilleures thèses de doctorat soutenues dans l’année 1879. » (Estoublon, 1881, p. 28-29). De même, lorsqu’un an plus tard, il évoqua « le succès d’un des nôtres au concours d’agrégation » avant d’ajouter : « M. Dain est revenu parmi nous comme professeur titulaire […] et l’École est fière de compter un agrégé de plus parmi ses membres. L’exemple de M. Dain sera suivi de près, car le prochain concours ne peut manquer d’être pour notre École l’occasion de nouveaux triomphes » (Estoublon, 1882, p. 25 et 33). Aussi, face aux brèves « observations générales » dans lesquelles, à l’issue de l’année universitaire 1882-1883, Estoublon envisageait le départ de Dain pour Paris, est-on tenté de s’associer à la circonspection du recteur Boissière, qui remarquait : « Avec M. Estoublon, je suis à mon aise, et je pourrais me borner à contresigner, si la réserve et la froideur de sa plume ne me tentaient à un peu plus. » (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain). En somme, d’une certaine façon, Dain put être victime de ses qualités hors normes en devenant l’instrument privilégié d’une politique au service du développement d’un établissement émergent.

  • 61 Archives de Paris, acte de décès de Joseph-Charles Dain (no 2270), 5e arrondissement de Paris, V4E (...)

15À ces considérations, s’ajoutent, à un second niveau d’explications, d’autres faiblesses dans la candidature de Dain pour un rapatriement à Paris. À en croire le profil archétypique des professeurs parisiens durant la double décennie 1876-1895, dégagé par Vincent Bernaudeau (2011, p. 89-141), Dain détonnait nettement sur deux ensembles de critères. Le premier ensemble de critères est celui des origines sociales et géographiques : Dain était né à Marie-Galante, d’un père fonctionnaire subalterne dans le commissariat de Marine61, qui mourut à 44 ans après un passage par la Martinique, Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon, quand près de 60 % des professeurs parisiens étaient originaires du nord de la ligne Saint-Malo–Genève, avec une concentration dans le Bassin parisien, de pères appartenant aux fractions possédantes et intellectuelles et à la petite bourgeoisie pour 47,6 % d’entre eux (Bernaudeau, 2011, p. 98 et 109). Le second ensemble de critères est sans doute plus parlant ; il s’agit de celui lié à l’âge : Dain avait entre 30 et 35 ans lorsqu’il demanda un poste à Paris, quand l’âge moyen d’accès au premier poste parisien était de 37 ans et celui d’accès au poste de professeur titulaire à Paris était de 42 ans (ibid., tableau no 10, p. 112, tableau no 15, p. 115). De toute évidence, Dain était trop jeune.

  • 62 L’ensemble de ces données est tiré de la base de données Siprojuris déjà citée.

16Dans cette même veine, parcourue d’attention pour l’expérience que l’âge laisse supposer, on peut encore remarquer qu’à l’exception d’Estoublon, qui fut nommé directement à la faculté de droit de Paris à l’âge de 50 ans, tous les autres professeurs qui, jusqu’aux premières années du xxe siècle (c’est-à-dire d’une génération comparable à celle de Dain), débutèrent leur carrière à Alger et la terminèrent à Paris (toujours selon un schéma comprenant une affectation comme agrégé, avant une nomination comme professeur titulaire), effectuèrent un passage intermédiaire dans une faculté de province métropolitaine. Antoine Pillet, après un passage d’une décennie par Grenoble, fut agrégé à Paris à 39 ans, puis nommé professeur titulaire de la chaire d’histoire des traités le jour de ses 43 ans ; Robert Piedelièvre exerça pendant douze ans à Rennes avant d’être agrégé à Paris à 39 ans, puis nommé sur une chaire de droit civil à 42 ans ; Étienne Bartin passa par Lille et Lyon avant d’être agrégé à Paris à 41 ans et d’accéder à une chaire de droit civil six ans plus tard ; Albert Tissier fut affecté à Rennes, Aix et Dijon, avant d’être agrégé à Paris à 43 ans et nommé professeur titulaire de la chaire de procédure civile à 44 ans62.

***

  • 63 Tous les témoignages post-mortem au sujet de Dain vont dans le même sens : selon Robert Estoublon (...)

17Au final, ce que met en lumière la carrière universitaire de Dain, qui mourut à Alger à seulement 40 ans, « presque […] inconnu » (Sauzet, 1893a, p. 241) de ses collègues et confrères de métropole, c’est bien la multiplicité des facteurs qui y ont présidé, mêlant le tropisme climatique à la stratégie de carrière et aux appuis politiques, les événements personnels aux projets politiques et aux critères de promotion, des facteurs qui achèvent, également, de forger l’originalité de sa destinée63.

Haut de page

Bibliographie

Sources archivistiques

AN, F175700 : certificats d’aptitude d’Alfred Dain (premier et second examens) de la faculté de droit de Paris pour le baccalauréat en droit (24 août 1871 et 5 août 1872).

AN, F175951 : certificats d’aptitude d’Alfred Dain de la faculté de droit de Paris pour la licence en droit (7 août 1873).

AN F176060 : certificats d’aptitude d’Alfred Dain (examens et soutenance de thèse) de la faculté de droit de Paris pour le doctorat en droit (11 novembre 1874, 16 juillet 1877, 25 juin 1879).

AN, F1713117 : affiche des cours de la faculté de droit de Paris durant l’année scolaire 1871-1872.

AN, F1722163B, dossier « Pierre Foncin » : lettre de mission du ministère de l’Instruction publique à Pierre Foncin (2 mars 1882).

AN, F1722812B : dossier de carrière d’Alfred Dain.

AN, AD/XXc/209/pièce 103 : faire-part du mariage d’Alfred Dain et Marie-Louise Chéronnet (2 juin 1883).

AN, AJ16210 et AJ161026 : arrêtés ministériels de délégation d’Alfred Dain comme agrégé près la faculté de droit de Paris pour les sessions d’examens de 1883, 1884 et 1885.

AN, AJ161637, bobine 5, fos 1154.1-1155.1 et AJ161699, bobine 1, fos 3220-3223 : fiches individuelles d’Alfred Dain, étudiant à la faculté de droit de Paris.

AN, AJ161784 : Faculté de droit de Paris, 1880, Distribution des prix fondés en la Faculté en vertu de la donation Ernest Beaumont, Prix du comte Rossi, Concours de 1880, Paris, Charles de Mourgues frères.

AN, AJ161906 : registre des procès-verbaux du concours d’agrégation des facultés de droit de 1881.

AN, BB6* 496, fo 9 : état nominatif du personnel judiciaire de l’Algérie et des colonies, nomination de Chéronnet comme défenseur à la Cour impériale d’Alger le 2 novembre 1866, en remplacement de Journès, décédé.

AN, LH 64764 : dossier de chevalier de la Légion d’honneur de Joseph-Charles Dain.

ANOM, 1DPPC/1065 (85MIOM437), no 188 : acte de naissance d’Alfred Dain (1851).

ANOM, état civil en ligne, n° 209 : acte de mariage civil d’Alfred Dain et Marie-Louise Chéronnet (1883).

ANOM, état civil en ligne, nos 971, 972, 452 et 313 : actes de naissance de Henri-Marie-Émile (1884) et André-Joseph-Victor Dain (1884), Alice-Marie-Mathilde Dain (1886), et Jacques-Alfred-Edmond Dain (1888).

Archives de Paris, V4E575, 5e arrondissement de Paris, no 2270 : acte de décès de Joseph-Charles Dain (1866).

Archives du diocèse d’Alger (conservées au monastère Sainte-Claire de Nîmes), Alger – cathédrale Saint-Philippe 1883, no 38 : acte de mariage catholique d’Alfred Dain et Marie-Louise Chéronnet.

Archives du diocèse d’Alger (conservées au monastère Sainte-Claire de Nîmes), Alger – cathédrale Saint-Philippe 1892, no 64 : acte de sépulture catholique d’Alfred Dain.

Bibliothèque de l’Ordre des avocats de Paris : A. Dain, 1878, « Les préfets ont-ils le droit de faire saisir une lettre à la poste, en vertu des pouvoirs qui leur sont conférés par l’art. 10 du Code d’instruction criminelle ? », rapport lu le 7 décembre 1878.

Bibliothèque de l’Ordre des avocats de Paris : A. Dain, 1879b, « Un ministre du culte peut-il être traduit devant les tribunaux sans autorisation du Conseil d’État pour un délit commis dans l’exercice de son ministère ? », rapport lu le 22 février 1879.

Bibliothèque de l’Ordre des avocats de Paris : A. Dain, 1879c, « Une association fondée dans un dessein d’enseignement supérieur peut-elle acquérir la personnalité civile en se constituant sous la forme d’une société civile ou commerciale ? », rapport lu à la conférence des avocats du 7 juillet 1879.

Sources imprimées

Bulletin des lois, xiie série, t. XVIII, bull. no 428, décret no 7704, p. 153-154.

Bulletin des lois, xiie série, t. XIX, bull. no 491, loi no 8743, p. 1073-1075.

Bulletin des lois, xiie série, t. XX, bull. no 502, décret no 8960, p. 90-93.

Bulletin des lois, xiie série, t. XX, bull. no 507, loi no 9020, p. 267-270.

A. Dain, 1879a, Du droit d’association en droit romain suivi de De la condition des associations non reconnues en droit français, Paris, F. Pichon, 63 et 183 p.

A. Dain, 1882, Rapport sur les modifications à apporter à la loi du 26 juillet 1873 présenté à l’assemblée des professeurs, Alger, Adolphe Jourdan, 51 p.

A. Dain, 1885a, « Étude sur la naturalisation des étrangers en Algérie », Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence, I, p. 1-21.

A. Dain, 1885b, « Le système Torrens. De son application en Tunisie et en Algérie. Rapport à M. Tirman, gouverneur général de l’Algérie », Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence, I, p. 285-356.

A. Dain, 1885c, « Note sous Tribunal de Tunis, 14 janvier 1884, Collège Sadiki c/ Benjamin Padoa, et Tribunal de Tunis, 10 mars 1884, Delassalle c/ Bessy », Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence, II, p. 203-205.

A. Dain, 1886, « Note sous Cour d’Alger, 1re chambre, 7 décembre 1885, Consorts Gobrini c/ consorts Gobrini, et Cour d’Alger, 1re chambre, 29 décembre 1885, Hassein ben Damni c/ Adjouze », Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence, II, p. 67-69.

A. Dain, 1887a, « Projet de loi sur le régime de la propriété foncière en Algérie. Rapport présenté au nom de la commission », Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence, I, p. 1-27.

A. Dain, 1887b, « Au sujet du décret du 13 décembre 1886 relatif à l’insaisissabilité pour dettes antérieures, des terres constituées en propriété individuelle en exécution du sénatus-consulte du 22 avril 1863 », Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence, I, p. 208-210.

A. Dain, 1887c, « Du conflit du titre délivré en exécution de la loi du 26 juillet 1873 avec un titre français administratif, judiciaire ou notarié », Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence, I, p. 259-269.

A. Dain, 1887d, « Note sous Tribunal de Tunis, 2 février 1887, Hassein Hachiche c/ Mohammed Eschaouch et la Société foncière de Tunisie », Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence, II, p. 170-172.

A. Dain, 1889, « Compte rendu sur Léon Dunoyer, Étude sur le conflit des lois spéciales à l’Algérie, Paris, Durand et Pédone-Lauriel, 1888, in-8o », Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence, I, p. 82-84.

A. Dain, 1891, « La réforme de la législation foncière en Algérie. Note remise à la commission d’étude du Sénat », Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence, I, p. 141-165.

Rouxel, 1886, « Revue critique des publications économiques en langue française », Journal des économistes, revue de la science économique et de la statistique, t. XXXIII, no janvier-mars, p. 223-251

Société de géographie commerciale, 1886, « Séance du 19 janvier 1885 », Revue française de l’étranger et des colonies, no 14, p. 189-191.

Bibliographie

Anonyme, 1893, « Alfred Dain (1851-1892) », Annales de droit commercial, français, étranger et international, p. 272.

Fr. Audren et J.-L. Halpérin, 2013, La culture juridique française. Entre mythes et réalités, xixe-xxe siècles, Paris, CNRS éditions.

J. Bastier, 2009, « L’enseignement du droit à Alger de 1879 à 1914 », in Ph. Nélidoff (dir.), Les facultés de droit de province au xixe siècle, t. I : Bilan et perspectives de la recherche, t. I, Toulouse, Presses de l’université Toulouse 1 Capitole, coll. Études d’histoire du droit et des idées politiques, p. 519-542.

V. Bernaudeau, 2011, « Origines et carrières des enseignants de la Faculté de droit de Paris (xixe-xxe siècles) », in J.-L. Halpérin (dir.), Paris, capitale juridique (1804-1950). Étude de socio-histoire sur la faculté de droit de Paris, Paris, éditions Rue d’Ulm, p. 89-141.

L. Blévis, 2006, « Une université française en terre coloniale. Naissance et reconversion de la Faculté de droit d’Alger (1879-1962) », Politix, no 76, p. 53-73.

G. Boudou, 2012, « Alfred Dain », in Fl. Renucci (dir.), Dictionnaire des juristes ultramarins, xviiie-xxe siècles, Paris, Mission de recherche Droit et Justice, p. 107-112.

G. Boudou, 2022, « Alfred Dain », in Fl. Renucci (dir.), Dictionnaire des juristes. Colonies et outre-mer, xviiie-xxe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 123-129.

E. Bredif et Association amicale des anciens élèves du lycée d’Orléans, 1913, Notice historique publiée à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa fondation 1863-1913, Orléans, Auguste Gout et Cie.

G. Caplat (dir.), 1986, Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique. Dictionnaire biographique 1802-1914, Paris, éd. CNRS, coll. Histoire biographique de l’enseignement.

J.-F. Condette, 2006, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. II : Dictionnaire biographique, Lyon, Institut national de la recherche pédagogique, coll. Histoire biographique de l’enseignement.

F. Derrida, 1994, « La faculté de droit d’Alger », Revue d’histoire des facultés de droit et de la science juridique, no 15, p. 41-46.

R. Drago, J. Imbert et J. Tulard (dir.), 2004, Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Arthème Fayard, voir la notice « Mesnil, Alexandre Ernest Armand du », p. 553.

P. Ducret, 2005, Les agrégés de droit de 1856 à 1914, base de données en ligne, http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=agregdroit.

Duverger, 1883, « Séance du 13 décembre 1882 », Bulletin de la Société de législation comparée, t. XII, no 1, p. 39-43.

R. Estoublon, 1881, « Rapport sur la situation et les travaux de l’École de droit pendant l’année scolaire 1879-1880 », in Université de France – Académie d’Alger, Rentrée solennelle des quatre écoles d’enseignement supérieur, jeudi 23 décembre 1880, Alger, Adolphe Jourdan, p. 19-29.

R. Estoublon, 1882, « Rapport sur la situation et les travaux de l’École de droit pendant l’année scolaire 1880-1881 », in Université de France – Académie d’Alger, Rentrée solennelle des quatre écoles d’enseignement supérieur, mercredi 14 décembre 1881, Alger, Adolphe Jourdan, p. 25-34.

R. Estoublon, 1892, « Alfred Dain », Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence, nº 8, deuxième partie.

J.-Cl. Farcy et R. Fry, 2010, Annuaire rétrospectif de la magistrature xixe-xxe siècles, base de données en ligne, https://annuaire-magistrature.fr.

C. Fillon (dir.), 2015, Siprojuris, base de données en ligne, http://siprojuris.symogih.orghttp://siprojuris.symogih.org.

E. Glasson, 1885, « La Revue algérienne de législation et de jurisprudence et l’étude de M. Dain sur le système Torrens », La France judiciaire, no 1, p. 203-205.

R. Gonse, 1886, « Communication sur le rapport de M. Dain relatif à l’application du système Torrens à l’Algérie, par M. R. Gonse, directeur des Affaires civiles au ministère de la Justice », Bulletin de la Société de législation comparée, t. XV, p. 560-569.

Guilhem, 1892, « Nécrologie », Journal des tribunaux algériens et des travaux publics, no 547, p. 3.

J.-L. Halpérin, 2015, « Sauzet Émile-Marie-Marc », in P. Arabeyre, J.-L. Halpérin et J. Krynen (dir.), Dictionnaire historique des juristes français xiie-xxe siècle, Paris, Presses universitaires de France, coll. Quadrige, p. 916.

N. Imbert, 2003, « Note biographique », Génésis-Guadeloupe, Le bulletin de l’association de généalogie et histoire de la Guadeloupe, no 16, p. 351-353.

A. Kralfa, 2016, La profession d’avocat en Algérie coloniale (1830-1962), thèse en droit de l’université de Bordeaux.

Y. LVillain, 2003, « Dain, l’avocat des nègres », Génésis-Guadeloupe, Le bulletin de l’association de généalogie et histoire de la Guadeloupe, no 16, p. 353-355.

E. M., 28 avril 1892, « Alfred Dain », Journal des débats politiques et littéraires, p. 3.

M. Morand, 1905, « L’œuvre scientifique de l’École de droit d’Alger », Revue africaine. Journal des travaux de la Société historique algérienne, no 256, p. 447-451.

J. Poumarède, 2015, « Glasson Ernest-Désiré », in P. Arabeyre, J.-L. Halpérin et J. Krynen (dir.), Dictionnaire historique des juristes français xiie-xxe siècle, Paris, Presses universitaires de France, coll. Quadrige, p. 488-489.

Fl. Renucci, 2010, « Le meilleur d’entre nous ? Ernest Zeys ou le parcours d’un juge de paix en Algérie », in B. Durand, M. Fabre et M. Badji (dir.), Le juge et l’outre-mer, t. VI : La conquête de la toison : justicia litterata, æquitate uti ?, Lille, Centre d’histoire judiciaire, coll. Histoire de la justice, p. 67-85.

Fl. Renucci, 2015, « La Revue algérienne, tunisienne et marocaine de législation et de jurisprudence entre 1885 et 1916 : une identité singulière ? », in J.-Ph. Bras (dir.), Faire l’histoire du droit colonial cinquante ans après l’indépendance de l’Algérie, Paris, Khartala, coll. Terres et gens d’Islam, p. 181-201.

Fl. Renucci, 2022, « Robert Estoublon », in Fl. Renucci (dir.), Dictionnaire des juristes. Colonies et outre-mer, xviiie-xxe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 151-154.

G. Richard, 2022, « Parcourir l’espace national. Les voyages d’inspection des facultés de droit au xixe siècle », Clio@Thémis, revue électronique d’histoire du droit, no 22, DOI : 10.4000/cliothemis.2034.

J. Richardot, 1961, « Dain (Marie-François-Joseph-Alfred) », in J.-Ch. Roman d’Amat (dir.), Dictionnaire de biographie française, t. IX, Paris, Letouzey et Ané, col. 1507.

A. Robert, E. Bourloton et G. Cougny, 1891, Dictionnaire des parlementaires français, t. IV, Paris, Bourloton, voir la notice « Lavergne Bernard-Barthélémy-Martial », p. 2.

R. Rousset, 1914, « M. Marc Sauzet », Bulletin annuel de l’Association amicale des secrétaires et anciens secrétaires de la conférence des avocats à Paris, no 36, p. 81-94.

Sainte-Croix La Cour, 2003, « Éléments généalogiques », Génésis-Guadeloupe, Le bulletin de l’association de généalogie et histoire de la Guadeloupe, no 16, p. 355-357.

M. Sauzet, 1893a, « M. Alfred Dain », Bulletin annuel de l’Association amicale des secrétaires et anciens secrétaires de la Conférence des avocats à Paris, no 15, p. 241-250.

M. Sauzet, 1893b, Alfred Dain, Nancy, Berger-Levrault.

L.-H. Tranchau, 1893, Le collège et le lycée d’Orléans (1762-1892). Notes, souvenirs, documents, avec plans, vues et vignettes, Orléans, H. Herluison.

Un bourgeois de Paris, 2 mai 1892, « Coins et recoins. Quelqu’un de France », L’Événement, no 7343.

J.-C. Vatin, 1984, « Exotisme et rationalité : à l’origine de l’enseignement du droit en Algérie (1879-1909) », in J.-C. Vatin et alii, Connaissances du Maghreb, Paris, CNRS, Recherches sur les sociétés méditerranéennes, p. 161-183.

Haut de page

Notes

1 Conclusion d’un bref texte anonyme au sujet d’Alfred Dain, paru dans L’Événement, 2 mai 1892, p. 1.

2 Les occurrences qu’on peut relever dans l’historiographie sont rares, ainsi, par ordre chronologique : Richardot, 1961, col. 1507 ; Vatin, 1984, p. 166, 169 ; Bastier, 2009, § 16 ; Renucci, 2010, p. 67-85 ; Renucci, 2015, p. 181-201 ; Kralfa, 2016, p. 228.

3 Cette notice a été complétée pour être publiée dans Renucci, 2022, p. 123-129.

4 Dain fut institué agrégé près les facultés de droit le 23 mai 1881, puis nommé professeur de Code civil à l’École de droit d’Alger le 4 juin 1881, avec effet sur son traitement à compter du 1er juin 1881 (arrêtés du ministre de l’Instruction publique, Jules Ferry, AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

5 Alfred Dain est né le 1er novembre 1851 sur l’île de Marie-Galante dans la ville de Grand-Bourg (acte de naissance d’Alfred Dain, ANOM, 1DPPC/1065 (85MIOM437), no 188).

6 À la première génération de Dain établie en Guadeloupe, on trouve Gilbert Dain, maître-chirurgien de 29 ans, et son épouse, Magdeleine, née Brissoy (ou Brisson), qui embarquèrent à Nantes sur Le Généreux et s’installèrent à Baillif en 1701. La figure la plus célèbre de la famille Dain est Charles Dain (1812-1871), avocat et représentant aux Assemblées constituante et législative de 1848 et 1849, qui fut un ardent défenseur de l’abolition de l’esclavage. Dans Génésis-Guadeloupe, le bulletin de l’association de généalogie et histoire de la Guadeloupe (no 16, 2003), on se reportera aux trois contributions suivantes : Imbert, p. 351-353 ; Le Villain, p. 353-355 ; Sainte-Croix La Cour, p. 355-357.

7 Tranchau, 1893, p. 293, 550 ; Bredif et Association amicale des anciens élèves du lycée d’Orléans, 1913, p. 121.

8 Acte de décès de Joseph-Charles Dain (archives de Paris, V4E575, 5e arrondissement de Paris, no 2270) ; dossier de chevalier de la Légion d’honneur de Joseph-Charles Dain (AN, LH 64764).

9 « Une association fondée dans un dessein d’enseignement supérieur peut-elle acquérir la personnalité civile en se constituant sous la forme d’une société civile ou commerciale ? », rapport lu à la conférence des avocats du 7 juillet 1879.

10 « Les préfets ont-ils le droit de faire saisir une lettre à la poste, en vertu des pouvoirs qui leur sont conférés par l’art. 10 du Code d’instruction criminelle ? », rapport lu le 7 décembre 1878 ; « Un ministre du culte peut-il être traduit devant les tribunaux sans autorisation du Conseil d’État pour un délit commis dans l’exercice de son ministère ? », rapport lu le 22 février 1879.

11 Les dix pages de cette notice intitulée « Alfred Dain » ont été lues le 22 décembre 1892 à l’assemblée générale de l’Association amicale des secrétaires et anciens secrétaires de la conférence des avocats à Paris. Elles ont paru en 1893 dans le 15e bulletin annuel de l’Association, d’après lequel nous les citons, et aussi sous forme d’opuscule : Marc Sauzet, Alfred Dain, Nancy, Berger-Levrault, 1893. Comme Alfred Dain, Marc Sauzet fut secrétaire de la conférence du stage du barreau de Paris en 1878-1879, avant d’être reçu à l’agrégation en 1881. Nommé à Lyon, où il fut chargé des cours de législation industrielle (dont il deviendra un spécialiste) et de droit international privé, il passa à Paris comme agrégé, avant d’être titularisé professeur sur une chaire de droit administratif en 1899. Il fut également élu député républicain de l’Ardèche, dans le groupe de la gauche radicale, en 1893, 1898 et 1910 (Halpérin, 2015, p. 916).

12 Double de la lettre du 24 janvier 1880 portant avis de nomination adressée à Dain par le directeur de l’Enseignement supérieur (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

13 Parmi ces témoignages, il convient de citer celui du directeur de l’École de droit, Robert Estoublon, qui précise qu’au retour de Dain à Alger, « ses collègues ont été heureux de le revoir et de le féliciter » de son « brillant succès » à l’agrégation (1882, p. 33). Ce témoignage s’harmonise avec les « renseignements confidentiels » consignés, le 3 juillet 1880, par le recteur Ferdinand Belin. À la question des rapports entretenus par Dain avec ses « chefs, les autorités et le public », Belin répondait : « excellents rapports avec tous » (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

14 Ces conclusions ont été déduites du croisement des informations relatives au concours d’agrégation de 1881, fournies par la base de données Les agrégés de droit de 1856 à 1914 élaborée par P. Ducret et mise en ligne en juillet 2005, et des informations relatives à la carrière de Charles Turgeon procurées par la base de données Siprojuris dirigée par C. Fillon et mise en ligne en 2015.

15 AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain.

16 Jusque-là, Dain avait seulement dispensé, à Montmartre, un cours dans une section de l’Association polytechnique, qu’il confia à Marc Sauzet à son départ en Algérie (Sauzet, 1893a, p. 247).

17 Entré dans l’administration du ministère de l’Instruction publique en 1838, Du Mesnil devint directeur de l’Enseignement supérieur en 1870, poste dans lequel il défendit l’enseignement public lors des discussions des projets de réforme de l’Enseignement supérieur, puis fut nommé conseiller d’État en service extraordinaire en 1872. Il quitta le ministère de l’Instruction publique lorsqu’il fut nommé conseiller d’État en service ordinaire, en 1879 (Drago et al., 2004, p. 553).

18 « […] il entra, à peine licencié, à la fin de 1873, au ministère de l’Instruction publique. Il y fut bientôt remarqué. Il parlait souvent, avec une respectueuse gratitude, de l’homme éminent qui se l’était attaché comme secrétaire. On sait la part considérable prise par M. le conseiller d’État du Mesnil à la réforme de l’enseignement supérieur. Sous son active direction, Dain se familiarisa avec les questions d’administration universitaire. » (Sauzet, 1893a, p. 243).

19 « En cas de vacance d’une chaire dans une Faculté, la section permanente présente deux candidats, concurremment avec la Faculté dans laquelle la vacance existe » (Bulletin des lois, xiie série, t. XX, bull. no 507, loi no 9020 du 27 février 1880, p. 267).

20 L’« École préparatoire à l’enseignement du droit » d’Alger fut créée par l’article 1er de la loi du 20 décembre 1879 relative à l’enseignement supérieur en Algérie (Bulletin des lois, xiie série, t. XIX, bull. no 491, loi no 8743, p. 1073). Dans son premier alinéa, l’article 2 de cette loi disposait : « L’enseignement dans l’École de droit comprend les matières exigées pour l’obtention du baccalauréat, auxquelles s’ajouteront des cours de droit commercial, de droit administratif et coutumes indigènes » ; et son alinéa 4 prévoyait : « Un décret rendu sur la proposition du ministre de l’Instruction publique déterminera, dans chacun de ces établissements, le nombre et la spécialité des chaires. » Ce fut l’objet du décret du 10 janvier 1880, dont l’article 1er disposait : « L’École préparatoire à l’enseignement du droit à Alger comprend : 1o une chaire de droit romain ; 2o une chaire de Code civil (première année) ; 3o une chaire de Code civil (deuxième année) ; 4o une chaire de procédure civile ; 5o une chaire de droit criminel ; 6o une chaire de droit administratif et constitutionnel ; 7o une chaire de droit commercial ; 8o une chaire de législation algérienne et de coutumes indigènes. » (Bulletin des lois, xiie série, t. XX, bull. no 502, décret no 8960, p. 90-91).

21 Ce calcul stratégique s’accorde avec la demande de Dain pour un poste à Montpellier, dont la faculté de droit avait été restaurée par le décret du 28 novembre 1878 (Bulletin des lois, xiie série, t. XVIII, bull. no 428, décret no 7704, p. 153-154). À l’instar de celles de Bordeaux en 1870 ou de Lyon en 1875, la création de nouvelles facultés amena « le gouvernement à faire entrer directement des avocats dans le corps enseignant » (Audren et Halpérin, 2013, p. 122). En ce sens, on relèvera que, dans sa lettre de demande de poste déjà citée, Dain se présenta d’abord comme « 4e secrétaire de la Conférence des avocats » et qu’il signa en tant qu’« avocat à la Cour d’appel ». De même, à la question « Désire-t-il un avancement ou un changement de résidence ? », posée par la notice individuelle qu’il renseigna à l’attention du ministère de l’Instruction publique le 3 mai 1880, Dain répondit : « la titularisation » (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

22 Note de Du Mesnil portée en marge de la lettre déjà citée, adressée par Dain au ministre de l’Instruction publique le 16 juillet 1879 (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

23 Cette note n’est malheureusement ni signée ni datée, mais il est probable qu’elle date de 1879 : son en-tête imprimé de la direction de l’Enseignement supérieur comprend le radical de date « 187. », ce qui indique a minima qu’il était destiné à être complété durant la décennie 1870 (AN, F1722812B).

24 Originaire de Montredon dans le Tarn, médecin de formation, Bernard Lavergne commença par manifester une vive opposition au gouvernement de Louis-Philippe, avant d’être élu, en 1849, représentant du peuple à l’Assemblée législative, où il opina constamment avec la minorité républicaine. Rendu à la médecine sous le Second Empire, il collabora à divers journaux d’opposition. Élu député le 20 février 1876, il siégea avec la gauche modérée, fut réélu le 14 octobre 1877, devint président du groupe de la gauche et vota pour les lois Ferry sur l’enseignement, et fut élu de nouveau le 21 août 1881 et le 4 octobre 1885 (Robert et al., 1891, t. IV, p. 2).

25 Cette lettre est conservée dans le dossier de carrière d’Alfred Dain ; elle est accompagnée de la copie de la lettre par laquelle, le 27 juin 1880, le ministre de l’Instruction publique, Jules Ferry, répondit : « Je suis heureux d’avoir pu, dans cette circonstance, prendre une décision conforme au vœu que vous aviez bien voulu m’exprimer » (AN, F1722812B).

26 « Comme tous les enfants aimants, élevés par une mère pieuse, il était pieux, d’une piété simple et touchante, manifestation première de cette exquise tendresse filiale, qui résiste aux virils tourments du doute, comme à l’ébranlement de la foi » (Sauzet, 1893a, p. 242).

27 Archives du diocèse d’Alger, Alger – cathédrale Saint-Philippe 1883, acte de mariage du 2 juin 1883, no 38. Les Archives nationales conservent également un faire-part du mariage d’Alfred Dain et Marie-Louise Chéronnet daté du 2 juin 1883 (AN, AD/XXc/209/pièce 103).

28 Archives du diocèse d’Alger, Alger – cathédrale Saint-Philippe 1892, acte de sépulture du 16 avril 1892, no 64.

29 La première notice individuelle n’est pas datée, mais elle remonte probablement à janvier 1882, tandis que la seconde notice, signée de Dain, est datée du 15 mai 1882 (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

30 Gonse, 1886, p. 560-569. Le 6 juin 1886, le recteur Charles Jeanmaire note que le travail de Dain sur l’act Torrens « a fait l’objet des communications les plus flatteuses […] à la Société de législation comparée (« Observations générales », AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

31 Arrêtés ministériels de délégation d’Alfred Dain comme agrégé près la faculté de droit de Paris pour les sessions d’examens de 1883, 1884 et 1885 (AN, AJ16210 et AJ161026).

32 Agrégé près la faculté de droit de Paris à partir de 1867, Glasson y fut titularisé en qualité de professeur de droit civil en 1878, puis transféré dans la chaire de procédure civile l’année suivante. En 1882, il intégra l’Institut de France, dans le cadre duquel il se montra très actif (Poumarède, 2015, p. 488-489). D’après l’affiche des cours de la faculté de droit de Paris durant l’année scolaire 1871-1872, Dain dut suivre le cours de procédure civile dispensé en deuxième année par Glasson (AN, F1713117), ce que confirment les fiches individuelles d’étudiant à la faculté de droit de Paris d’Alfred Dain, déjà citées (AN, AJ161637, bobine 5, fo 1154.1 et AJ161699, bobine 1, fo 3220). Le travail de Dain sur le système Torrens fut également mis à l’honneur par le député libéral Yves Guyot lors de la séance du 19 janvier 1885 de la Société de géographie commerciale (1886, p. 189). À partir de 1910, ce même Yves Guyot présidera le Journal des économistes, revue de la science économique et la statistique, dans lequel le travail de Dain fit encore l’objet d’un compte rendu très favorable (Rouxel, 1886, p. 235).

33 À cette époque, on ne lui connaît que son Rapport sur les modifications à apporter à la loi du 26 juillet 1873 présenté à l’assemblée des professeurs, Alger, Adolphe Jourdan, 1882, 51 p.

34 L’École de droit d’Alger put préparer aux examens de licence dès 1881, mais les étudiants devaient alors se rendre en métropole, à Aix ou à Montpellier, pour passer leurs examens. Elle fut habilitée à délivrer le diplôme de licence par la loi du 5 décembre 1885 (Derrida, 1994, p. 43 ; Bastier, 2009, § 1 et 18).

35 Ces renseignements sont fournis par le dossier de carrière de Dain, qui comprend notamment les arrêtés ministériels le chargeant de ce cours complémentaire nouvellement créé par le décret du 28 décembre 1880, ainsi qu’une lettre adressée le 13 juin 1881 au recteur de l’académie d’Alger, par laquelle le directeur de l’École de droit, Robert Estoublon, fit valoir : « il me paraît de toute justice de conférer cet avantage à celui de nos collègues qui vient de conquérir le titre d’agrégé. En conséquence, Monsieur le Recteur, j’ai l’honneur de vous prier de vouloir bien proposer à Monsieur le ministre, pour le cours dont il s’agit, la nomination de M. Dain, agrégé, professeur de Code civil à l’École de droit. » Dans sa lettre du 16 juin 1881 au ministre de l’Instruction publique, le recteur Belin émit un avis « conforme » à celui d’Estoublon (AN, F1722812B).

36 Ce mariage, célébré le 31 mai 1883, fut suivi de quatre naissances : les jumeaux Henri-Marie-Émile et André-Joseph-Victor nés le 8 mai 1884, Alice-Marie-Mathilde née le 1er août 1886 et Jacques-Alfred-Edmond né le 14 mai 1888. L’acte de mariage civil et les actes de naissance (respectivement numérotés 209, 971, 972, 452 et 313) sont en ligne sur le site des ANOM.

37 La chaire de droit criminel était vacante : Ernest Fau, qui était chargé du cours de droit criminel à l’École de droit tout en occupant un poste d’avocat général à la cour d’appel d’Alger, avait été nommé aux fonctions de procureur général à Orléans le 1er mai 1883 (Farcy et Fry, 2010). Dain y fut nommé à sa demande, par arrêté ministériel du 16 octobre 1883 (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain). Il n’est cependant pas impossible que ce transfert volontaire de chaire traduise un calcul stratégique de la part de Dain pour gagner Paris. À cette époque, la chaire de droit criminel et de législation pénale comparée de la faculté de droit de Paris était détenue par Jules-Louis Leveillé, lequel, d’après la base de données Siprojuris déjà citée, avait été en congé plusieurs mois en 1873 et 1874. Il le sera de nouveau de novembre 1884 à juin 1885, Jacques-Léon Michel (reçu à l’agrégation en 1877) assurant les cours en qualité d’agrégé pendant ce temps. Ce dernier restera en poste à la faculté de droit de Paris, où il sera titularisé professeur en 1892 sur une chaire de droit civil : Dain escomptait-il un parcours de son type ?

38 État nominatif du personnel judiciaire de l’Algérie et des colonies, nomination de Chéronnet comme défenseur à la Cour impériale d’Alger le 2 novembre 1866, en remplacement de Journès, décédé (AN, BB6* 496, fo 9).

39 Marc Sauzet use à ce propos d’une formule éloquente : « Admis dans une famille d’avocat, il voulut prouver qu’il était avocat lui-même. » (1893a, p. 248) ; « Renseignements confidentiels » du 20 juillet 1885 (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

40 Dans les « renseignements confidentiels » du dossier de carrière de Dain (AN, F1722812B), figurent les observations suivantes du recteur Charles Jeanmaire : « s’est inscrit au Barreau d’Alger et y a très bien réussi » (6 juin 1886) ; « avocat très occupé au Barreau d’Alger » (7 juin 1889). Un « bourgeois de Paris », qui fit paraître dans L’Événement du 2 mai 1892 un article sur Dain déjà cité en exergue, rapporte cette phrase de Waldeck-Rousseau à son sujet : « J’ai entendu à Alger un maître de la parole ; Paris lui opposerait difficilement un rival ».

41 Une quarantaine d’arrêts publiés à la Revue algérienne entre 1887 et 1891 signalent Dain comme avocat dans ces affaires, dont environ le quart concerne le régime de la propriété foncière. En se spécialisant ainsi sur des questions de droit local, Dain ne se marginalisait pas de ses collègues à l’École de droit (Morand, 1905, p. 447-451 ; Blévis, 2006, p. 53-73).

42 À partir de 1885, Dain fit paraître dans la Revue algérienne et tunisienne de législation et de jurisprudence, les travaux suivants :
1885a, « Étude sur la naturalisation des étrangers en Algérie », I, p. 1-21 ;
1885b, « Le système Torrens. De son application en Tunisie et en Algérie. Rapport à M. Tirman, gouverneur général de l’Algérie », I, p. 285-356 ;
1885c, « Note sous Tribunal de Tunis, 14 janvier 1884, Collège Sadiki c/ Benjamin Padoa, et Tribunal de Tunis, 10 mars 1884, Delassalle c/ Bessy », II, p. 203-205 ;
1886, « Note sous Cour d’Alger, 1re chambre, 7 décembre 1885, Consorts Gobrini c/ consorts Gobrini, et Cour d’Alger, 1re chambre, 29 décembre 1885, Hassein ben Damni c/ Adjouze », II, p. 67-69 ;
1887a, « Projet de loi sur le régime de la propriété foncière en Algérie. Rapport présenté au nom de la commission », I, p. 1-27 ;
1887b, « Au sujet du décret du 13 décembre 1886 relatif à l’insaisissabilité pour dettes antérieures, des terres constituées en propriété individuelle en exécution du sénatus-consulte du 22 avril 1863 », I, p. 208-210 ;
1887c, « Du conflit du titre délivré en exécution de la loi du 26 juillet 1873 avec un titre français administratif, judiciaire ou notarié », I, p. 259-269 ;
1887d, « Note sous Tribunal de Tunis, 2 février 1887, Hassein Hachiche c/ Mohammed Eschaouch et la Société foncière de Tunisie », II, p. 170-172 ;
1889, « Compte rendu sur Léon Dunoyer, Étude sur le conflit des lois spéciales à l’Algérie, Paris, Durand et Pédone-Lauriel, 1888, in-8o », I, p. 82-84 ;
1891, « La réforme de la législation foncière en Algérie. Note remise à la commission d’étude du Sénat », I, p. 141-165.

43 Il obtient d’être promu de la 4e à la 3e classe des professeurs seulement à compter du 1er janvier 1892 (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain, arrêté du ministre de l’Instruction publique du 23 janvier 1892).

44 La guerre contre la Prusse ayant conduit sa famille à se réfugier à Brest, Dain prit ses premières inscriptions le 13 janvier 1871 à la faculté de droit de Rennes (Sauzet, 1893a, p. 242-243), mais, de retour à Paris dès le mois de juin, il y obtint, avec éloges, ses premier et second examens pour le baccalauréat en droit, respectivement le 24 août 1871 et le 5 août 1872 (AN, F175700, certificats d’aptitude de la faculté de droit de Paris pour le baccalauréat en droit), puis sa licence en droit le 7 août 1873 (AN, F175951, certificats d’aptitude de la faculté de droit de Paris pour la licence en droit), et son doctorat en droit une fois passés les examens de rigueur le 11 novembre 1874 et le 16 juillet 1877, et ses thèses soutenues le 25 juin 1879 (AN F176060, certificats d’aptitude de la faculté de droit de Paris pour le doctorat en droit). On consultera également les fiches individuelles d’Alfred Dain, étudiant à la faculté de droit de Paris (AN, AJ161637, bobine 5, fos 1154.1-1155.1 et AJ161699, bobine 1, fos 3220-3223), et Faculté de droit de Paris, Distribution des prix fondés en la Faculté en vertu de la donation Ernest Beaumont, Prix du comte Rossi, Concours de 1880, Paris, Charles de Mourgues frères, 1880, p. 29 (AN, AJ161784).

45 La première place fut attribuée à Dain à six voix contre deux au troisième tour de scrutin (Registre des procès-verbaux du concours d’agrégation des facultés de droit de 1881, AN, AJ161906). Les échecs de Michoud et Hauriou sont renseignés par la base de données Les agrégés de droit de 1856 à 1914 déjà citée.

46 Né en 1837, agrégé des lettres en 1864 et reçu docteur ès lettres à la faculté des lettres de Lyon en 1875, ce spécialiste du xviie siècle, notamment des écrits du cardinal de Retz, fut ensuite inspecteur d’académie à Toulouse (1876) et Marseille (1877), avant d’occuper le poste de recteur de l’académie d’Alger du 15 octobre 1879 au 7 octobre 1882, où l’essentiel de son travail consista à installer les écoles d’enseignement supérieur (Condette, 2006, t. II, p. 64-65).

47 Né, comme son prédécesseur, en 1837, Boissière avait étudié à l’École normale supérieure avant d’être reçu à l’agrégation (1859) et au doctorat ès lettres. Professeur dans divers lycées d’Alger durant la première partie de sa carrière, il y passa dans l’inspection académique (1871) avant d’être nommé en métropole (1876) et d’obtenir son premier rectorat à Chambéry (1878). Il revint à Alger pour y occuper les fonctions de recteur d’académie au 1er novembre 1882. Il y suscita le mécontentement du ministre de l’Instruction publique, et, après « le scandale de Miliana », il fut placé en congé d’inactivité le 1er juillet 1884 (ibid., p. 78-79).

48 Remarqué par le futur ministre Jules Duvaux, ce fils de cultivateur propriétaire, né en 1841 en Meurthe-et-Moselle, entra à l’École normale supérieure en 1863 et obtint l’agrégation de philosophie en 1875 puis le doctorat ès lettres en 1882. Il enseigna au lycée d’Alger de 1869 à 1878, année durant laquelle il fut nommé inspecteur d’académie à Tarbes. Après avoir été recteur à Besançon (1882), il fut nommé, le 12 juillet 1884, recteur à Alger, où il resta 24 ans et où il réalisa une « œuvre considérable », notamment en préparant la transformation des écoles supérieures en université (ibid., p. 226-227).

49 « Renseignements confidentiels » complétés ainsi par le recteur Belin le 3 juillet 1880, le 15 juin 1881 et le 27 mai 1882, puis en 1883 et 1884 par Estoublon, et par le recteur Jeanmaire le 20 juillet 1885 et le 6 juin 1886 (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

50 « Renseignements confidentiels » complétés ainsi par le recteur Belin le 15 juin 1881 et le 27 mai 1882 (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

51 « Renseignements confidentiels » complétés ainsi en 1883 par Estoublon, puis par le recteur Jeanmaire le 20 juillet 1885 (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

52 « Renseignements confidentiels, Observations générales » d’Estoublon pour l’année 1884 (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

53 « Renseignements confidentiels, Observations générales » du recteur Belin le 15 juin 1881 et le 27 mai 1882 (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

54 « Renseignements confidentiels, Observations générales » du recteur Jeanmaire le 20 juillet 1885 et le 6 juin 1886 (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

55 « Renseignements confidentiels, Observations générales » du recteur Jeanmaire le 6 juin 1886 (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

56 « Renseignements confidentiels, Observations générales » par le recteur Jeanmaire déjà cités (AN, F1722812B, dossier de carrière d’Alfred Dain).

57 Cette mission d’inspection « des trois ordres d’enseignement » en Algérie faisait suite à la mission dévolue à Foncin « d’étudier à Tunis les moyens d’y développer l’enseignement primaire […] et l’enseignement secondaire » (Lettre de mission du ministère de l’Instruction publique à Pierre Foncin du 2 mars 1882, AN, F1722163B, dossier « Pierre Foncin »). Sur les habitudes et la portée des inspections des facultés de droit de la Monarchie de Juillet au début du Second Empire, v. Richard, 2022.

58 Dans cette note, Foncin précise également : « Professeur de Code civil, enseigne en 3e année le Code civil ; il est chargé en outre du cours de droit international privé dans la même année (en tout, 5 leçons par semaine) », ce qui correspond strictement aux renseignements consignés dans la « Notice individuelle » du 15 mai 1882 et dans les « Renseignements confidentiels » du 27 mai suivant conservés dans le dossier de carrière de Dain (AN, F1722812B).

59 Né en 1841, Pierre Foncin était le fils d’un censeur au collège royal de Limoges, devenu ensuite inspecteur d’académie. Après un premier prix au concours général de 1860, il entra à l’École normale supérieure et fut reçu à l’agrégation d’histoire en 1863. Il enseigna successivement à Carcassonne, Troyes, Mont-de-Marsan et Bordeaux, ville dans laquelle, après l’obtention du doctorat, il fut nommé professeur à la faculté des lettres. Appelé au rectorat de Douai en 1879, il créa l’Union géographique du Nord de la France, avant d’être nommé directeur de l’Enseignement secondaire par Paul Bert. C’est en 1882 qu’il fut nommé inspecteur général et fut chargé d’inspecter, notamment, les établissements d’enseignement primaire, secondaire et supérieur d’Algérie. Membre du conseil d’administration de l’École coloniale, il fonda, le 21 juillet 1883, avec Bert, Cambon et Jusserand, l’Alliance française qu’il présida à partir de 1899 (Caplat, 1986, p. 353-354).

60 De fait, Dain fut nommé officier d’académie le 1er janvier 1883 (AN, F1722812B, dossier de carrière de Dain, arrêté du ministre de l’Instruction publique).

61 Archives de Paris, acte de décès de Joseph-Charles Dain (no 2270), 5e arrondissement de Paris, V4E575 ; AN, dossier de chevalier de la Légion d’honneur de Joseph-Charles Dain, LH 64764.

62 L’ensemble de ces données est tiré de la base de données Siprojuris déjà citée.

63 Tous les témoignages post-mortem au sujet de Dain vont dans le même sens : selon Robert Estoublon (1892), « le charme incomparable de son esprit, l’exquise affabilité de ses relations, l’élévation de son caractère avaient su lui gagner toutes les sympathies. […] Ceux qui ont eu la bonne fortune d’écouter ses leçons savent qu’il possédait à un rare degré de perfection, tous les dons du professeur » et un certain Guilhem (20 avril 1892), étudiant en droit délégué de l’association des étudiants, prolonge les propos d’Estoublon en rendant hommage à un « maître vénéré », « victime du devoir », dont le souvenir s’attache à l’image d’un « travailleur infatigable », d’un « professeur remarquable », d’un « homme énergique et bon » ; « Maître éminent, avocat très distingué, conseiller très sûr, il avait tous les dons et toutes les qualités acquises qui assurent à un homme le plus bel avenir » (E. M., 28 avril 1892) ; « il faudrait encore classer cet esprit si séduisant, aux convictions chaudes, à l’égal de son pays des Antilles, comme un de ceux qui, à notre époque, ont le mieux compris l’extension des lois de crédit à la terre, à la terre coloniale surtout » (Anonyme, 1893, p. 272) ; l’avocat Raoul Rousset (1914, p. 83) évoque « le frêle et élégant Alfred Dain, professeur et avocat de grande envergure et que le climat de l’Algérie n’a pas pu protéger contre les succès écrasants de sa double profession » ; « l’un des plus brillants professeurs qu’ait comptés l’École » (Morand, 1905, p. 450).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Boudou, « Terminus Alger : la carrière universitaire d’Alfred Dain (1880-1892) »Cahiers Jean Moulin [En ligne], 9 | 2023, mis en ligne le 05 février 2024, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cjm/2066 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cjm.2066

Haut de page

Auteur

Guillaume Boudou

Université Paris-Panthéon-Assas

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search