Navigation – Plan du site
Documents

La mère et le partisan : une représentation de la paix et de la guerre dans la presse du parti communiste tchécoslovaque (1964)

Michel Christian
p. 212-218

Texte intégral

Dessin publié dans la revue Život strany en 1964 commémorant le soulèvement national slovaque de 1944

Dessin publié dans la revue Život strany en 1964 commémorant le soulèvement national slovaque de 1944

Source : Národní Archiv, knihovna – fond Knih.A, sign. C 532

  • 1 Studer 2000 : 383.
  • 2 Pour les fondateurs de la Tchécoslovaquie en 1918, le nouvel État reposait sur l’union des « Tchèqu (...)

1L’iconographie communiste avait vocation à incarner et encourager la rupture avec les représentations traditionnelles de genre. Ces dernières y sont pourtant progressivement réapparues, par exemple sous les traits de la travailleuse agricole et/ou de la mère de famille1. Mais pour savoir dans quelle mesure et comment ces représentations se sont maintenues, on ne peut se contenter de l’iconographie explicitement vouée à la promotion des rôles masculins et féminins. C’est ce que je voudrais montrer à partir du dessin ci-contre, réalisé pour commémorer le vingtième anniversaire du soulèvement slovaque de 19442. Ce dessin n’aborde pas directement la question des rôles sexués mais celle de la guerre et de la paix. Ce faisant, il met cependant en scène des personnages féminins et masculins dotés d’attributs spécifiques et participe donc de la production d’une représentation officielle de l’homme et de la femme dans la Tchécoslovaquie socialiste.

  • 3 Christian 2015.

2Réalisé à la plume, ce dessin est paru en 1964 dans Život strany (Vie du parti), une revue interne du parti communiste tchécoslovaque (PCT) à destination de ses membres et de ses responsables locaux. Elle était distribuée dans les organisations de base du PCT et était censée servir d’outil militant en proposant des articles de fond, des reportages locaux et même un « courrier des lecteurs ». L’iconographie, absente de la revue dans les années 1950, apparaît seulement dans les années 1960, principalement sous forme de photographies. Cela permet d’apprécier la manière dont le discours officiel met en scène hommes et femmes avec leurs attributs respectifs. D’emblée, on est frappé par le petit nombre de femmes représentées : sur l’ensemble des 70 photographies ou dessins contenus dans les 48 numéros des années 1964 et 1965, on n’en rencontre que douze représentant au moins une femme, seule ou en compagnie d’hommes. Les femmes sont donc largement sous-représentées, puisque dans les effectifs du PCT, leur proportion s’élevait à 30 % dans les années 1960. Le PCT semble spécifique en cela, car d’autres partis communistes, par exemple en RDA, semblaient appliquer une forme de quotas iconographiques, qui attribuait aux femmes une représentation dans l’iconographie à peu près équivalente à leur part dans les effectifs du Parti3.

  • 4 Eugénie Cotton est la présidente de la Fédération démocratique internationale des femmes de 1945 à (...)

3Les douze femmes représentées dans les colonnes de la revue en 1964 et 1965 étaient des responsables locales (6 cas), de simples membres (1 cas), des personnalités communistes étrangères (Eugénie Cotton et Dolorès Ibarruri)4 ou des femmes représentées dans une fonction symbolique : une Cubaine portant une corbeille de fruits et une femme symbolisant la paix dans le dessin ci-contre, commémorant le « soulèvement national slovaque » de 1944. Ce soulèvement, déclenché le 29 août et définitivement vaincu le 28 octobre 1944 par les troupes allemandes, fut organisé par des partisans sous l’égide d’un Conseil national slovaque créé en novembre 1943 avec la participation du parti communiste slovaque. Dans les faits, son organisation resta sous étroit contrôle de la division de l’armée Rouge basée à Kiev. Cela n’empêcha pas le soulèvement, originellement prévu pour se produire à Bratislava au moment de l’entrée des troupes soviétiques, d’éclater spontanément dès l’été 1944 dans la région sauvage des Tatras, alors que les Soviétiques n’avaient pas encore atteint la Slovaquie. Malgré son échec, il constitua une source de légitimité majeure après la guerre pour le régime communiste, puisque avec celui de Varsovie, ce fut le seul grand soulèvement militaire contre l’occupation allemande dans toute l’Europe centrale.

4Le dessin est structuré en deux groupes de personnages. Le groupe du haut comprend deux hommes. Le personnage central est un homme jeune, sans uniforme, portant une toque de fourrure et appuyant sa main sur une arme automatique. C’est l’image typique du partisan. À sa gauche, l’épaulant légèrement, se trouve un second personnage masculin, lui aussi en civil et portant dans son dos une arme dont on voit dépasser le bout du canon. Derrière lui, un drapeau flotte au vent : on peut peut-être y distinguer le coin bleu du drapeau tchécoslovaque. Sur sa tête, une casquette à visière courte suggère qu’il s’agit plutôt d’un ouvrier. Son regard, dirigé vers le personnage central, semble exprimer inquiétude ou même tristesse et sa main fait un geste délicat qui semble à la fois désigner et retenir le jeune partisan à la toque. À la différence de son camarade, le partisan à la toque regarde droit devant lui avec confiance, en esquissant un léger sourire. Son calme et sa détermination donnent au jeune homme une dimension sacrificielle, destinée au contemporain des années 1960 qui sait que le soulèvement a été un échec. Sa main gauche serre un rameau d’olivier contre sa poitrine. Ce végétal, peu réaliste dans le contexte slovaque, fait en revanche un pendant symbolique tout à fait clair à l’arme sur laquelle il appuie la main droite : la guerre n’est justifiée que pour parvenir à la paix.

  • 5 Bernatowicz & Lahoda 2011. Je remercie Jérôme Bazin pour cette indication.

5Le groupe placé en bas du dessin est formé d’une femme tenant un enfant dans ses bras. Elle porte une tunique plissée et l’auteur a placé immédiatement à sa gauche un rameau d’olivier dessiné avec une plus grande précision, qui fait écho à celui tenu par le jeune partisan. La réalisation du visage rappelle l’un des « visages de la paix » que Picasso avait dessinés à la demande du PCF en 1950 et qui étaient très populaires dans les pays socialistes5. Avec sa peu vraisemblable tunique à l’antique et sa réalisation à la manière de Picasso, ce personnage se veut donc manifestement une allégorie de la paix. Cependant l’enfant dans ses bras contribue sans doute à l’humaniser comme mère. Pour dessiner le petit enfant, avec sa chevelure naissante et son regard pétillant, l’auteur a d’ailleurs choisi un traitement plus réaliste.

6Entre les deux groupes, l’auteur a créé un lien sous la forme d’une chaîne de montagnes. Il s’agit des Tatras, symbole national slovaque qu’on retrouve notamment sur les armoiries traditionnelles ainsi que sur le drapeau de la Slovaquie indépendante depuis 1993. C’est précisément dans la région des Tatras, autour de Baňská Bystrica, que le soulèvement a éclaté en août 1944, ce qui a d’ailleurs renforcé après coup la symbolique nationale attachée à ce massif. Vers le haut, la chaîne de montagnes, dont le tracé découpé de l’arête est reproduit par les bras des deux partisans, se prolonge par un élément massif qui peut être vu comme un rocher mais aussi comme un poing fermé, symbole traditionnel de la lutte dans le répertoire communiste. Vers le bas, la chaîne conduit au contraire à une usine que l’auteur a intégrée dans le paysage montagneux, comme pour en faire un élément naturel. Le lien entre la lutte sacrificielle d’hier et la paix d’aujourd’hui est également assuré par de grandes lignes verticales qui relient le partisan et la mère et invitent explicitement à cette lecture.

  • 6 Studer 2000 : 379.
  • 7 Černa 2009.

7Cette représentation de la guerre et de la paix n’aborde pas en soi la question des rôles sociaux masculins et féminins. Elle les fait pourtant effectivement fonctionner, en attribuant aux hommes et aux femmes des caractéristiques bien différentes. Du côté des hommes, en haut du dessin, on trouve les armes, le poing levé et les drapeaux. C’est une représentation tout à fait classique non seulement de la lutte du mouvement ouvrier, pensé comme un mouvement d’hommes6, mais de la guerre en général : on voit ici que les régimes communistes n’ont pas hésité à puiser au patrimoine commun européen des représentations de genres. Du côté féminin, en bas du dessin, on trouve la paix et la fécondité. L’assimilation de la paix à une mère est là encore tout à fait traditionnelle, mais elle prend encore un autre sens dans le contexte tchécoslovaque des années 1960, où la libéralisation politique permet à certains milieux scientifiques d’exprimer leurs inquiétudes sur l’avenir démographique du pays et de prôner un retour de la femme à son « rôle naturel »7. De manière plus surprenante, on trouve aussi de ce côté féminin l’industrie, habituellement associée à la figure masculine de l’ouvrier. Quand l’industrie est présentée sous la forme du travail manuel, elle reste effectivement le plus souvent du domaine masculin. Dans le cas présent, le dessin présente au contraire une usine sans travailleurs, aperçue de loin et comme naturalisée dans son paysage de montagnes. L’industrie se trouve donc moins associée au travail lui-même qu’à la prospérité retrouvée grâce à la paix : il ne s’agit pas d’une industrie en action, celle des ouvriers, mais d’une industrie en croissance, celle de la nation.

8Le traitement des personnages est également significatif : les hommes sont représentés de manière plutôt réaliste alors que le personnage féminin fonctionne comme une allégorie. Ce traitement donne des hommes l’image d’acteurs concrets de l’histoire : avec une sorte de soleil qui se lève à l’arrière-plan, les personnages masculins – en particulier le personnage central – incarnent une dimension non seulement sacrificielle, mais aussi eschatologique, sous une forme sécularisée. Au contraire, le personnage allégorique féminin, malgré l’enfant qui fait d’elle une mère, n’a pas le même statut d’acteur, mais incarne plutôt un état (la paix) et un stade historique atteint grâce aux luttes des hommes.

9L’iconographie communiste a souvent été étudiée du point de vue du genre en partant d’un matériel documentaire explicitement destiné à promouvoir des rôles masculins et féminins plus ou moins nouveaux. Le mérite de ce document est de nous rappeler que c’est toute l’iconographie communiste qui a travaillé à la définition des rôles masculins et féminins et qui a, dans son ensemble, contribué à établir une représentation légitime des genres moins en rupture avec la tradition que le discours émancipateur officiel ne le laissait supposer.

Haut de page

Bibliographie

Bernatowicz Piotr & Vojtěch Lahoda, 2011, « Picasso und Zentraleuropa nach 1945 », in Lynda Morris & Christoph Grunenberg (dir.), Picasso. Frieden und Freiheit, Wien, Albertina, p. 52-61.

Černa Marie, 2009, « Entre production et reproduction : à propos du discours officiel sur les femmes tchèques dans les années 1950 et 1960 », Histoire@politique, 7
http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=07&rub=dossier&item=75#_ftnref10

Christian Michel, 2015, « Hommes et femmes dans le parti communiste est-allemand », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 126.

Studer Brigitte, 2000, « La femme nouvelle », in Michel Dreyfus et al. (dir.), Le Siècle des communismes, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Les Éditions Ouvrières, p. 378-387.

Haut de page

Notes

1 Studer 2000 : 383.

2 Pour les fondateurs de la Tchécoslovaquie en 1918, le nouvel État reposait sur l’union des « Tchèques et des Slovaques », avec cependant un privilège économique, intellectuel et politique des premiers sur les seconds. La Slovaquie, dont l’autonomie régionale s’accroît à l’époque communiste, devient finalement un État indépendant en 1993, dans un contexte où la chute du régime communiste entraîne avec elle la remise en question du projet tchécoslovaque initial, dont les communistes s’étaient faits les continuateurs.

3 Christian 2015.

4 Eugénie Cotton est la présidente de la Fédération démocratique internationale des femmes de 1945 à 1967. Dolores Ibarruri est une militante et dirigeante communiste espagnole, figure de proue de la résistance franquiste en exil.

5 Bernatowicz & Lahoda 2011. Je remercie Jérôme Bazin pour cette indication.

6 Studer 2000 : 379.

7 Černa 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Dessin publié dans la revue Život strany en 1964 commémorant le soulèvement national slovaque de 1944
Légende Source : Národní Archiv, knihovna – fond Knih.A, sign. C 532
URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/image/12440/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Christian, « La mère et le partisan : une représentation de la paix et de la guerre dans la presse du parti communiste tchécoslovaque (1964) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, 41 | 2015, 212-218.

Référence électronique

Michel Christian, « La mère et le partisan : une représentation de la paix et de la guerre dans la presse du parti communiste tchécoslovaque (1964) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 17 juin 2017, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/clio/12440 ; DOI : 10.4000/clio.12440

Haut de page

Auteur

Michel Christian

Chercheur associé au LARHRA et adjoint scientifique à l’Université de Genève. Il s’est tout d’abord consacré à l’étude des partis communistes du bloc soviétique du point de vue d’une histoire sociale du politique et travaille actuellement sur les politiques d’aide au développement en Europe de l’Ouest et en Europe de l’Est pendant la Guerre froide, dans le cadre d’un projet suisse dirigé par Sandrine Kott (Shared modernities or competing modernities ? Europe between West and East, 1920s-1970s). Auteur notamment de : (avec Sandrine Kott) « Sphère publique et sphère privée dans les sociétés socialistes. La mise à l’épreuve d’une dichotomie », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 7, avril 2009 ; « Les partis communistes du bloc de l’Est : un objet transnational ? L’exemple des écoles supérieures du parti », Vingtième Siècle, n° 109, mars 2011. michel.christian40@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page