Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44PortraitsDaniel Fabre (1947-2016).« L’invi...

Portraits

Daniel Fabre (1947-2016).« L’invisible initiation » en Europe, une recherche pionnière

Agnès Fine
p. 265-280

Texte intégral

  • 1 Fine 2016a et 2016b.

1Daniel Fabre, ethnologue de l’Europe, directeur d’études à l’EHESS, nous a quittés brutalement en janvier dernier. Nombreux sont les collègues et amis qui ont tenu à rendre hommage au grand chercheur et à l’ami chaleureux. On pourra lire dans les principales revues d’ethnologie, L’Homme, Ethnologie française, Gradhiva, Ethnographique.org des textes mettant l’accent sur tel ou tel aspect de son apport à la discipline. Pour ma part, j’ai évoqué l’ami cher et l’exceptionnel animateur de recherches collectives qu’il a été à Toulouse au Centre d’anthropologie dont il a été le co-fondateur ainsi que le rapport différencié et complexe qu’il a eu avec le « terrain » ethnologique1. Mais je tiens à témoigner dans Clio d’un aspect moins connu de son œuvre, alors qu’il était pour lui tout à fait central, l’analyse de la production sociale des hommes et des femmes dans les sociétés européennes.

2On sait que plusieurs décennies avant que la sociologie ne s’intéresse à la socialisation sexuée, les formes et les fonctions des rituels initiatiques dans les sociétés extra-européennes constituaient pour les ethnologues une thématique très étudiée et discutée sur laquelle il existe pléthore de publications. Fort de ces lectures, Daniel Fabre, ethnologue de l’Europe, a voulu comprendre comment nos sociétés avaient pu, par le passé, produire des hommes et des femmes sans rite de passage clairement identifié. Il a mis au jour ce qu’il a appelé « l’invisible initiation » masculine, propre aux sociétés européennes, par opposition aux sociétés dans lesquelles le passage à l’âge d’homme des garçons – et dans une moindre mesure des filles – est ritualisé et dramatisé de manière manifeste, dans un temps précis de leur vie et le plus souvent inscrit dans leur chair.

Alors qu’il était tout jeune enseignant chercheur à Toulouse, chaque semaine, du milieu des années 1970 à la fin des années 1980, il a exposé ses recherches sur la fabrication des hommes dans les sociétés rurales, en particulier dans le Midi de la France. Nous sommes plusieurs à avoir eu la chance de l’écouter élaborer peu à peu son analyse et à nous initier ainsi à la méthodologie de l’ethnologie du symbolique qu’il pratiquait avec aisance. Il s’est notamment interrogé sur la signification de l’expression méridionale « faire la jeunesse », pour désigner un ensemble de pratiques (en particulier festives mais pas seulement) concernant exclusivement les garçons célibataires entre l’âge de 11-12 ans jusqu’à 18 ans environ, l’âge du conseil de révision et du service militaire qui précédaient le temps du mariage. Cet ensemble forme selon son expression un « trajet initiatique » permettant l’acquisition progressive de la virilité. Son analyse s’est déployée en se fondant sur un terrain discontinu, de manière régressive, allant du présent au passé, en partant de ses observations et ses propres souvenirs, les témoignages recueillis auprès d’anciens, les autobiographies et les attestations des folkloristes des xixe et xixe siècles, les contes populaires, la littérature, ainsi que les travaux historiques sur la jeunesse. Son dialogue avec les historiens ouverts à l’anthropologie était serré et nourri de lectures et de toutes sortes de collaborations (Pierre Vidal-Naquet, Philippe Ariès, Jean-Claude Schmitt, Jacques Le Goff, Emmanuel Le Roy-Ladurie, André Burguière, Carlo Ginzburg, Nicole Pellegrin, etc.). Comme il l’a écrit lui-même récemment à propos de son parcours :

  • 2 Voir la page personnelle sur le site du Lahic, l’équipe de recherche qu’il a fondée et dont il a (...)

[…] l’enquête sur ce thème (la production des identités sexuelles) illustre le principe du détour anthropologique : c’est en partant de l’analyse de situations où ces identités étaient affichées et mises en jeu, de discours qui en énonçaient les règles, de récits autobiographiques qui en incarnaient inconsciemment les principes que j’ai, peu à peu, élaboré un modèle d’interprétation valant pour le présent des sociétés languedociennes étudiées mais aussi pour la durée profonde au cours de laquelle ces modèles se sont mis en place. Ici le dialogue critique avec des amis historiens a été très fécond […]. C’est en m’attachant à ces questions que je suis devenu par nécessité spécialiste du carnaval, de la relation aux morts et de l’autobiographie, autant de sujets qui ne s’éclairent et ne me retiennent que dans la perspective générale d’une élucidation des trajets invisibles et des règles implicites qui constituent, dans nos sociétés, garçons et filles, hommes et femmes dans leurs différences2.

  • 3 Terme utilisé à Minot pour désigner l’homme efféminé. Sur une figure de folie masculine, voir Fab (...)
  • 4 Il a publié néanmoins de nombreux articles portant sur l’un ou l’autre aspect de cette thématique (...)
  • 5 À l’invitation de Jean-Claude Schmitt, son collègue et ami de l’EHESS, voir https://www.canal-u.t (...)
  • 6 Voir en particulier l’article intitulé « La voie des oiseaux », Fabre 1986a.

3Daniel Fabre a mis en évidence le fait que, pour devenir un homme, un garçon est censé transgresser trois frontières : celle qui sépare le monde sauvage du monde domestique, le monde des vivants et celui des morts, enfin celle qui, surplombant les deux autres, différencie le masculin et le féminin. Ces frontières doivent être franchies pendant l’adolescence pour que le rapprochement des sexes devienne un jour possible et aboutisse à la communication et au mariage. Toute initiation ayant ses ratés, il a repéré différentes figures de folies masculines affectant ceux qui ne sont pas revenus de ces explorations : l’homme sauvage, le « fada », le garçon efféminé (le « fanoche »)3. Pour avoir une synthèse de cette analyse qui devait faire l’objet de trois livres dont chacun des chapitres nous ont été exposés oralement mais qu’il n’a jamais publiés4, on peut écouter en ligne la conférence qu’il a donnée en février 20155. Il met en évidence les proximités entre les initiations de nos sociétés et celles des sociétés lointaines, en particulier la jalousie des hommes qui ne disposent pas du pouvoir de reproduction, qui les amènent à mettre en scène des formes d’auto-engendrement et à contrôler, y compris de manière violente, la sexualité féminine. Mais au-delà de l’unité de l’homme, son analyse met en lumière la diversité des cultures et permet de comprendre (et non pas simplement déplorer ou dénoncer) les ressorts historiques et anthropologiques de la domination masculine dans nos sociétés. Dans la société rurale en Europe, la maîtrise du monde naturel commence dès l’enfance par la quête des nids, des œufs et des oiseaux, que l’on capture ou qu’on apprivoise, dont on apprend les mœurs et le chant. Pourquoi cette activité est-elle strictement réservée aux garçons ? On peut difficilement résumer en quelques lignes une analyse consistant à tisser les relations qui unissent un élément à un autre, de sorte que les pièces du puzzle une fois placées font apparaître un ensemble signifiant, le système symbolique très riche qui relie les garçons et les oiseaux6. Ce modèle éclaire dans le détail une multitude de pratiques, de croyances et de rites propres à nos sociétés, restés jusque-là inexpliqués : par exemple, pourquoi à l’époque moderne de nombreuses institutions de jeunesse masculines désignaient-elles leur roi par un jeu de tir au papegai ? À Carcassonne par la capture d’un oiseau, le roitelet ? Pourquoi était-il interdit aux filles de siffler ? Pourquoi l’oiseau désigne-t-il dans presque toutes les langues le sexe masculin ? L’analyse de ce système et de ses transformations historiques donne des clefs, pour interpréter les comportements indisciplinés, désordonnés, parfois violents, dans et hors du cadre scolaire, qui sont encore aujourd’hui le plus souvent le fait des garçons.

  • 7 Verdier 1979.
  • 8 Sur l’apport d’Y. Verdier et de D. Fabre, auquel elle ajoute sa propre contribution, voir le beau (...)
  • 9 Ce désintérêt est sans doute lié à l’enjeu politique majeur à l’époque consistant à se démarquer (...)

4Du côté des filles, le travail d’analyse était mené au même moment par Yvonne Verdier, une de ses amies chères, dans Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière et la cuisinière7. Ce livre a suscité l’enthousiasme des chercheurs toulousains qui ont reconnu dans cette recherche, le pendant féminin de celle que menait Daniel Fabre8. À l’époque, ces travaux étaient souvent mal compris par les historiens et historiennes féministes, polarisés par la mise en évidence des relations de pouvoir entre les sexes et peu intéressés par l’analyse de la production sociale des sexes9.

  • 10 « Parler, chanter, lire, écrire », Clio HFS, 2000, 11.
  • 11 Voir Albert 1993, Blanc 1993 et Fine, Labro & Lorquin 1993.
  • 12 Voir Fine 1999, 2000, 2008. Mes publications sur ce thème ayant précédé de peu la préparation du (...)
  • 13 Daniel Fabre était connu pour ses retards dus à ses nombreux engagements simultanés dans des coll (...)
  • 14 Voir par exemple Fabre-Vassas 1982, Blanc 1987, Desideri 2003, Godeau 2007.

5L’intérêt de Daniel Fabre pour l’analyse des formes de la sexuation dans les sociétés européennes explique qu’il ait salué avec joie la création de Clio en 1995. La revue d’histoire occuperait une place vacante et nécessaire dans le champ des sciences sociales et son ouverture à l’ethnologie et à la littérature ne pouvait que lui plaire. Aussi en a-t-il été un des premiers lecteurs réguliers. On comprend alors qu’il m’ait très naturellement proposé de coordonner avec lui un numéro dont il avait imaginé la problématique et le contenu. Il s’agissait d’analyser le partage sexué des actes de communication que sont, « parler, chanter, lire, écrire »10. Quelques années plus tôt, notre équipe toulousaine avait en effet publié sous sa direction une recherche collective sur les pratiques d’écriture ordinaire dans laquelle plusieurs contributions avaient mis en évidence la spécificité des écritures ordinaires féminines dans notre société11. Sur sa suggestion, j’avais poursuivi l’analyse en mettant en lumière les écritures propres aux différents « états de femme », depuis celles de la fin de l’enfance (le journal intime), de l’adolescence amicale et amoureuse (cahiers d’amitié, correspondance amoureuse), jusqu’à la première maternité (écritures de la naissance), écritures qui accompagnaient les âges des passages biographiques féminins12. Lui-même a poursuivi ses lectures et ses propres recherches sur l’appropriation sexuellement différenciée de la lecture et de l’écriture, et pour le numéro, il a sollicité des auteurs historiens, ethnologues, ethnolinguistes et spécialistes du fait littéraire. L’éditorial qu’il a rédigé seul s’ouvre sur une analyse lumineuse du partage sexué du langage, de l’écriture et de la lecture, dans Madame Bovary. Le volume comprend aussi deux très longs articles de lui – l’un porte sur la figure de l’écrivain, « l’androgyne fécond », l’autre est un état de la recherche sur la lecture au féminin –, ainsi que plusieurs comptes rendus qui montrent son vif intérêt pour cette problématique. C’est ainsi qu’il est le premier chercheur homme, extérieur au comité de rédaction, à avoir dirigé un numéro de Clio, à une époque où la légitimité de la revue n’était pas encore aussi assurée qu’elle l’est aujourd’hui. Il l’a fait avec passion et sérieux, et miracle, tout a été prêt, impeccable, dans les temps13 ! Ce n’est, hélas, pas le cas des trois volumes sur l’invisible initiation masculine qu’il nous promettait depuis des décennies et dont il repoussait la rédaction au temps de la retraite, car ce devait être son chef d’œuvre. La mort l’a emporté trop tôt et il faudra se contenter de ses articles. Ses collègues ont exploré plusieurs facettes de cette problématique14 mais la synthèse tant attendue manque définitivement.

Haut de page

Bibliographie

Albert Jean-Pierre, 1993, « Écritures domestiques », in Daniel Fabre (dir.), Écritures ordinaires, Paris, POL et BPI, p. 37-94.

Blanc Dominique, 1987, « Numéros d’hommes. Rituels d’entrée à l’École Normale d’instituteurs », Terrain, 8, p. 52-62.

—, 1993, « Correspondances. La raison graphique de quelques lycéennes », in Daniel Fabre (dir.), Écritures ordinaires, Paris, POL et BPI, p. 95-115.

Desideri Lucie, 2003, « Alphabets initiatiques », Ethnologie française, 4, p. 673-682.

Fabre Daniel, 1980, « Passeuses au gué du destin », Critique, 402, p. 1075-1099.

—, 1986 a. « La voie des oiseaux. Sur quelques récits d’apprentissage », L’Homme, 99, p. 7-40.

—, 1986 b, « Le garçon enceint », Cahiers de littérature orale, 20, p. 15-39.

—, 1986 c, « Le sauvage en personne », Terrain, 6, p. 6-18.

—, 1987 a, « Juvéniles revenants », Études rurales, 105/1, p. 147-164.

—, 1987 b, « L’interprète et les oiseaux », Actes du colloque Réception et identification du conte, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 65-90.

—, 1988, « Le maître et les oiseleurs », préface à Perbosc, Le langage des bêtes, J. Bru (éd), Carcassonne, Garae-Hésiode, p. 9-51.

—, 1991a, « La folie de Pierre Rivière », Le Débat, 66, p. 96-109.

—, 1991b, « Une enfance de roi », Ethnologie française, tome 21/4, p. 392-414.

—, 1991c, Apprentissages. Hommage à Yvonne Verdier, n.s., Ethnologie française, tome 21/4.

—, 1992, Carnaval ou la fête à l’envers, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard ».

—, 1993 (dir.), Écritures ordinaires, Paris, POL et BPI.

—, 1996, « “Faire la jeunesse” au village », in Giovanni Levi & Jean-Claude Schmitt (dir.), Histoire des jeunes en Occident. II. L’époque contemporaine, Paris, Seuil, p. 51-83.

—, 1999, « Corrispondenti. Scritture di donne e cosmologia de la modernità », in Anna Iuso (dir.), Scritture di donne. Un sguardo europeo, Sienne, Protagon, p. 79-102.

—, 2000 (dir.), « Parler, chanter, lire, écrire », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 11.

—, 2000, « L’androgyne fécond ou les quatre conversions de l’écrivain », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 11, p. 73-118.

—, 2000, « Lire au féminin », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 11, p. 179-212.

—, 2009, « Fondu au noir », L’Homme, 191, p. 27-36.

—, 2014, « Langage des oiseaux et idée de la poésie », Amb un fil d’amistat. Mélanges offerts à Philippe Gardy, Toulouse, Centre de la littérature occitane, p. 415-431.

Fabre-Vassas Claudine, 1982, « Le partage du ferum, un rite de chasse au sanglier », Études Rurales, juillet-décembre, p. 63-93.

Fine Agnès, 1999, « Scritture femminili come riti di passagio », in Anna Iuso (dir.), Scritture di donne. Uno sguardo europeo, Sienne, Protagon, p. 53-74.

—, 2000, « Écritures féminines et passages de la vie », Communications, « Les seuils », 70, p. 121-142.

—, 2002, « Histoire des femmes et anthropologie du féminin. Poursuite d’un débat ouvert en 1986 », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 16, p. 145-166.

—, 2008, « La production du féminin. L’exemple de l’écriture de soi », in Pascale Bonnemère & Irène Théry (dir.), Ce que le genre fait aux personnes, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Enquêtes », p. 235-254.

—, 2016a, « Daniel Fabre, mon parrain et mon compère », L’Homme, 218, p. 23-34.

—, 2016b, « Daniel Fabre, un homme de terrain », Ethnologie française, 4/164, p. 587-589.

Fine Agnès, Labro Stéphanie & Claire Lorquin, 1993, « Lettres de naissance », in Daniel Fabre (dir.), Écritures ordinaires, Paris, POL et BPI, p. 117-147.

Godeau Emmanuelle, 2007, L’Esprit de corps. Sexe et mort dans la formation des internes en médecine, Paris, Les Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Verdier Yvonne, 1979, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Fine 2016a et 2016b.

2 Voir la page personnelle sur le site du Lahic, l’équipe de recherche qu’il a fondée et dont il a été le directeur jusqu’à son décès :

http://www.iiac.cnrs.fr/article571.html

3 Terme utilisé à Minot pour désigner l’homme efféminé. Sur une figure de folie masculine, voir Fabre 1991a.

4 Il a publié néanmoins de nombreux articles portant sur l’un ou l’autre aspect de cette thématique, voir Fabre 1980, 1986a, 1986b, 1986c, 1987a, 1987b, 1988, 1991a, 1991b, 1991c, 1992, 1996, 2009, 2014.

5 À l’invitation de Jean-Claude Schmitt, son collègue et ami de l’EHESS, voir https://www.canal-u.tv/video/campus_condorcet_paris_aubervilliers/l_invisible_initiation_devenir_filles_et_garcons_dans_les_societes_rurales_d_europe.17599

6 Voir en particulier l’article intitulé « La voie des oiseaux », Fabre 1986a.

7 Verdier 1979.

8 Sur l’apport d’Y. Verdier et de D. Fabre, auquel elle ajoute sa propre contribution, voir le beau texte de Lucie Desideri (2003).

9 Ce désintérêt est sans doute lié à l’enjeu politique majeur à l’époque consistant à se démarquer du courant féministe différentialiste à laquelle ces recherches ont été à tort assimilées. En réalité, l’incompréhension a surtout été le fait des historien.ne.s du contemporain, déroutés par l’anthropologie du symbolique avec laquelle les spécialistes des autres périodes historiques étaient beaucoup plus familiers. J’ai présenté ce débat et tenté d’expliciter et de dissiper ce malentendu entre disciplines dans Clio, voir Fine 2002.

10 « Parler, chanter, lire, écrire », Clio HFS, 2000, 11.

11 Voir Albert 1993, Blanc 1993 et Fine, Labro & Lorquin 1993.

12 Voir Fine 1999, 2000, 2008. Mes publications sur ce thème ayant précédé de peu la préparation du numéro, je n’ai pas été en mesure d’y participer par un article.

13 Daniel Fabre était connu pour ses retards dus à ses nombreux engagements simultanés dans des collectifs de recherche qu’il créait lui-même pour explorer une thématique qui l’intéressait.

14 Voir par exemple Fabre-Vassas 1982, Blanc 1987, Desideri 2003, Godeau 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Fine, « Daniel Fabre (1947-2016).« L’invisible initiation » en Europe, une recherche pionnière »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 44 | 2016, 265-280.

Référence électronique

Agnès Fine, « Daniel Fabre (1947-2016).« L’invisible initiation » en Europe, une recherche pionnière »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/13334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.13334

Haut de page

Auteur

Agnès Fine

Historienne et anthropologue, est directrice d’études honoraire à l’EHESS. Ses recherches ont porté sur l’anthropologie historique de la parenté. Ses principaux ouvrages concernent le parrainage, l’adoption, la nomination. Elle s’est aussi intéressée aux processus de production du masculin et du féminin dans les sociétés européennes, à travers différents thèmes ((lecture, écriture, liens familiaux, musique, sexualité), choisis par la revue Clio, Femmes, genre, histoire, dont elle est cofondatrice et membre du comité de rédaction. fine@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search