Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Regards complémentairesQuand le nom marital ne va plus d...

Regards complémentaires

Quand le nom marital ne va plus de soi : naissance d’une réflexivité

When taking a husband’s surname is no longer automatic : the appearance of considered choice
Caroline Vasseur-Bovar
p. 185-198

Résumés

À partir d’une enquête par entretiens menée dans la région nantaise avec des femmes mariées d’âges différents, on a pu mettre en évidence les évolutions qui se sont produites en l’espace de deux à trois générations dans la pratique du nom marital et le sens qui lui est donné par les femmes mariées. Il montre comment l’adoption du nom marital, autrefois automatique et vécue dans une relative indifférence, tend à devenir aujourd’hui un choix réfléchi et investi de sens pour les femmes qui l’adoptent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cité dans Heinich 2003.

1Selon Norbert Elias, « la plus grande révolution qu’ait connue notre civilisation occidentale depuis ses origines est, au xxe siècle, l’accession des femmes à une identité qui leur soit propre, ne dépendant plus de celle ni de leur père ni de leur mari »1.

  • 2 Cité dans Valetas 2001.

2Comment comprendre dès lors que cette nouvelle « identité propre », puisse se concilier avec le maintien de la coutume qui voit l’épouse prendre le nom de son mari ? Nombre de mariées continuent en effet, aujourd’hui encore, à se rallier au port du nom marital. Une enquête Eurobaromètre de 1995 évaluait, à 98% la part des femmes mariées françaises utilisant le nom de leur mari, dont 7% en l’accolant à leur propre nom2. Nous n’avons pas connaissance de statistiques récentes consacrées aux pratiques actuelles lors des mariages, mais, au vu des éléments recueillis dans notre enquête, l’adoption par les mariées du nom marital semble encore très fréquente. Rien n’aurait donc changé sur ce terrain, où survivrait, à travers l’imposition du nom de l’époux, la marque ancienne du principe hiérarchique du couple ?

3Une évolution se dessine toutefois avec l’apparition d’une réflexivité sur le nom marital chez les femmes qui le prennent à l’occasion de leur mariage. C’est du moins ce qui ressort d’une série d’entretiens réalisés auprès de femmes mariées et appartenant à des générations différentes. Les entretiens ont été notamment réalisés auprès de résidentes de deux maisons de retraite (une dans l’Oise et une proche de Nantes), et auprès de femmes plus jeunes de la région nantaise, sollicitées par courrier après avoir eu connaissance, par une publication d’état civil, de leur mariage ou de la naissance de leur enfant. Les propos recueillis font apparaitre un fort contraste entre ceux recueillis auprès de femmes âgées (plus de 80 ans) qui ont changé de nom de façon totalement automatique, se contentant de faire « comme tout le monde » sans en ressentir le moindre trouble, et les propos de femmes mariées ces deux dernières années qui elles, affirment que c’est un choix qu’elles ont fait et peuvent en donner les raisons. Cette réflexivité nouvelle que je me propose d’illustrer ici, renvoie d’abord à un contexte et à une inflexion des parcours de vie qui l’ont rendue possible ; elle ouvre également la voie à un sens donné au nom marital par celles qui l’adoptent.

La loi et l’usage

  • 3 Heinich 1996.
  • 4 L’usage par les hommes du nom de leur épouse – pour bénéficier de sa notoriété – a été pratiqué. (...)
  • 5 Le nom marital permet de dissimuler le divorce et d’éviter le discrédit dont il est alors l’objet

4Traditionnellement, jusqu’au milieu du xxe siècle, le nom porté par la femme était indissociable de son statut matrimonial. Il évoluait au gré de son parcours à travers les « états de femme »3, fille portant le nom de son père, puis épouse portant le nom de son conjoint. C’était un usage bien établi, qui ne faisait l’objet d’aucun texte de loi. La question du nom de la femme est saisie par le législateur quand le divorce fait vaciller l’ordre matrimonial. La femme divorcée ne trouve en effet pas sa place dans les états de femme institués : elle n’est ni fille (ni fille perdue si elle est mère), ni vieille fille, ni épouse, ni veuve. La loi du 6 février 1893 sur le régime de la séparation de corps apporte un ajout à l’article 299 du Code civil stipulant que « par l’effet du divorce chacun des époux4 reprend l’usage de son nom ». La règle parait claire, n’autorisant en théorie pas « d’entre deux », bien que la jurisprudence admette que la femme divorcée garde le nom de son ex-conjoint. Le volume de divorces est faible et la situation en reste là. Avec la forte hausse du nombre de divorces au cours des années 1970, la demande de libéralisation conduit à une réforme d’ensemble du divorce. Le législateur revient alors sur le sujet du nom de la femme divorcée lors de la loi du 11 juillet 1975. Le maintien du nom marital y est vu tantôt comme une forme de protection de la femme divorcée5, tantôt comme une compensation pour celle qui aurait été abandonnée ; le texte final propose à la femme divorcée un choix sous conditions, le mari restant décisionnaire final dans le cas le plus général.

  • 6 Il est indiqué que le mariage est sans effet sur le nom mais que chacun des époux peut, s’il le d (...)
  • 7 La mise en œuvre effective de cette circulaire a beaucoup tardé. Trente ans après, la loi du 4 ao (...)

5Si la femme divorcée peut choisir, rien n’est encore explicitement précisé pour la femme mariée qui, elle aussi, a normalement le choix. Ce sera chose faite, d’abord discrètement par une mention mise dans le livret de famille décidée par l’arrêté ministériel du 20 mars 19856, puis par une circulaire du 26 juin 1985 qui vient rappeler les règles régissant les noms et les noms d’usage : l’usage du nom marital est un droit, non une obligation ; il ne se substitue pas au patronyme pour l’état civil et sa mise en œuvre relève de la liberté de chacun. Une liberté que l’administration doit respecter dans ses courriers en utilisant le seul nom d’usage qui lui a été indiqué. C’en est théoriquement fini de tout automatisme dans l’application aux femmes du nom marital si elles n’en font pas la demande7.

  • 8 Article 43 de la loi du 23 décembre 1985 relative à l’égalité des époux dans les régimes matrimon (...)

6Le besoin ressenti en 1985 et 1986 de clarifier la nature des noms d’usage et les règles qui entourent leur utilisation se manifeste à l’occasion d’une première réflexion sur le nom de famille des enfants, qui, sans modifier les règles de transmission pour l’état civil, permet à chacun, à titre de nom d’usage, de « porter le nom du parent qui n’aurait pas transmis son nom »8, soit en clair le plus souvent le nom de la mère.

7Cette réflexion arrive en un temps où, après la forte augmentation des divorces, un autre bouleversement de la conjugalité se produit qui contribue à brouiller les rapports entre nom et situation matrimoniale. C’est dans les années 1980 que les naissances hors mariage commencent à augmenter sensiblement ; des couples de plus en plus nombreux forment des familles sans se marier au préalable. L’évolution va être très rapide. Sur le territoire métropolitain, les naissances hors mariage représentent 11,4% des naissances en 1980, 30,1% en 1990, 42,6% en 2000, et 57,4% en 2014. Le mariage n’est donc plus la règle pour devenir une mère honorable. Une femme peut accéder à une conjugalité respectable sans se marier et donc sans porter le nom de son conjoint. Le découplage entre le statut matrimonial et le nom de la femme est complet.

Un non-choix

8La plupart des femmes très âgées, nées dans les années 1920, qui ont accepté de me raconter leur mariage, ne gardent aucun souvenir d’une émotion liée à leur changement de nom vécu dans l’indifférence. Pourtant, le mariage fut pour elles un grand événement ; elles en conservent la mémoire, et gardent en évidence chez elles la traditionnelle photo où elles figurent en robe de mariée au côté de leur conjoint. Dans le bouleversement que représentait le mariage, le changement de nom pouvait passer inaperçu. La femme vivait alors de façon quasi simultanée le départ de la maison des parents, le début d’une vie de couple avec la responsabilité d’un « ménage », souvent un changement de lieu ou d’activité. Bien vite l’enfant – parfois conçu avant le mariage – s’annonçait. Aujourd’hui décohabitation, mise en couple, sexualité et entrée dans la vie active sont dissociées.

9Mais les récits font apparaître autre chose : la vie de ces femmes laissait peu de place à la perception de leur nom de famille quel qu'il soit. Le contexte dans lequel elles évoluaient, en quittant l’école à 14 ans, et même avant parfois, en vivant et en travaillant d’abord avec leurs parents puis avec leur mari, leur donnait peu l’occasion au quotidien d’entendre leur patronyme, puis leur nouveau nom ; c’est par leur seul prénom qu’elles étaient appelées. Madeleine Mandé, fille d’agriculteurs, est née en 1920 et, après avoir quitté l’école à 12 ans et demi, elle reste et travaille sur la ferme de ses parents jusqu’à son mariage en 1947. Avec son mari, elle travaille ensuite dans une propriété agricole à 35 kilomètres de là. Et bien qu’elle porte le nom de son mari, c’est toujours par son prénom qu’on l’appelle. Enfant ou femme mariée, cela n’a pas changé. Sur la ferme où elle arrive après son mariage, il y a déjà des couples qui y travaillent mais

[…] les gens qui étaient là, c’était des gens de Plessé comme nous. Des gens que nous, on n’avait pas connus, qui étaient plus vieux que nous. Mais comme ils sortaient du même coin, on était amis tout de suite. C’était Madeleine et Jean… On est presque venus en famille là.

10Pour ressentir un tant soit peu le changement de nom, encore faut-il évoluer dans un contexte qui permet de l’entendre et de l’énoncer. C’est hors des milieux d’interconnaissance proche que le nom de famille est utilisé, le patronyme d’abord, le nom marital ensuite. Sortir de situations régies par l’intimité et une forme de subordination suppose de disposer d’une relative autonomie. C’est le cas de Georgette Pelletier, née en 1926, qui mène une vie très indépendante jusqu’à son mariage en 1960, à 33 ans. Née dans une famille de 8 enfants dont le père était bûcheron, elle fait l’école Pigier et cette qualification lui permet d’accéder à l’autonomie économique. À 19 ans, elle quitte ses parents et va travailler à Compiègne d’abord, à Paris ensuite, où elle fait carrière chez un courtier en assurances, puis dans une caisse de retraite. Elle est salariée, locataire de son logement où elle vit seule, et dispose d’un compte en banque. Après un temps d’hésitation, elle se marie. Le couple restera uni mais pour elle, mariage et changement de nom évoquent immédiatement la fin de son indépendance avec la perte de son autonomie bancaire.

Je me suis mariée au début de 1960. J’avais un compte en banque puisque je travaillais et que j’étais payée directement par l’intermédiaire de la banque. Eh bien, du jour au lendemain, on m’a supprimé mon compte en banque. J’avais changé de nom, j’étais mariée, j’étais sous la domination d’un mari. Étant donné que je dépendais d’un mari, je n’avais plus droit à un compte en banque. À la question de savoir si changer de signature l’a gênée, elle ajoute « Les premières signatures n’ont pas été évidentes… et pourtant, c’est comme ça que j’ai signé mon transfert de banque. C’était ridicule ».

11Yvette Lescure est un peu plus jeune. Née en 1936, elle se souvient du trouble momentané qui l’a saisie lors de son changement de nom. Parisienne, d’origine modeste mais ayant dans son enfance accédé à des loisirs culturels par la proximité de ses parents avec le parti communiste, elle fait à l’université des études supérieures de géologie, tout comme son futur mari. Sa grossesse les décide à se marier quand elle a 23 ans. Elle est ravie ; la vie d’adulte commence. Elle prend le nom de son mari mais en est un peu perturbée.

La signature, moi je me rappelle surtout de la signature. Je me disais, ma signature, qu’est-ce qu’elle veut dire ma signature de jeune-fille ? Alors déjà ça. Comment dire ? Je m’appelais Lescure, jeune fille et je me suis appelée Langlade comme femme. Et d’un seul coup on plonge dans… mais qu’est-ce que je suis alors ? C’est une question d’identité… Je me rappelle de ça, je me rappelle : — ah ben, maintenant, je suis une Langlade —. Mais on est pris dans la vie donc on se dit ça et puis, on le fait quand même puisque c’est la règle.

  • 9 Jeauffreau 2005.

12Cette perception du nom marital comme une obligation a longtemps perduré. Marie-Françoise Jeauffreau en a fait le constat dans son enquête sur le nom marital réalisée au début des années 2000 auprès de femmes âgées de 25 ans à 40 ans9. Mais les temps changent.

Un choix désormais clair

  • 10 Cf. le site « Service Public.fr »
    https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F868.

13L’information sur le caractère optionnel du nom marital est aujourd’hui largement diffusée. Outre les efforts faits dans la communication des administrations10, les sites internet « féminins » et les sites dédiés à la préparation des mariages s’en font l’écho avec le rappel des règles juridiques en vigueur et surtout des sujets ouverts sur le choix du nom dans les forums de discussions comme « Qui va changer de nom ? » (site mariage.net) ou « Changer ou ne pas changer de nom » (forum mariage du site doctissimo.fr) ou encore « Pourquoi certaines femmes tiennent à changer de nom pour celui de leur mari ? » (site aufeminin.com). Les exemples abondent. Nos enquêtées le disent aussi : le choix de nom est un sujet de conversation entre collègues au bureau et entre amies quand le mariage s’annonce ; il peut même faire l’objet d’un échange avec le conjoint. L’accessibilité de l’information n’exclut pas que des femmes, à l’écart de ces circuits, ignorent encore qu’elles ont le choix, mais nous n’avons pas rencontré ce cas ; pas plus que de cas de réelle pression du conjoint à ce sujet.

  • 11 Les rappels récents faits aux administrations portent leurs fruits ; sauf exception, il n’y a plu (...)

14Pour les femmes qui se marient aujourd’hui, le changement de nom est devenu un petit événement en soi qui ne peut plus passer totalement inaperçu. On mesure tout d’abord combien les parcours de vie sont différents. Le plus souvent, pour les femmes participant à l’enquête du moins, le mariage survient après 5 ou 10 ans, voire plus, de vie de couple et la naissance d’un ou plusieurs enfants. Tout un parcours d’adulte, une vie professionnelle, une vie de mère, se sont déroulés avant le mariage avec un tissu relationnel où le patronyme peut être utilisé au quotidien. Changer de nom ne déclenche pas pour autant d’émotion forte ; le ressenti reste cantonné dans le registre du léger plaisir ou du petit trouble amusé. Pour bien des couples installés dans la conjugalité depuis longtemps, le seul petit impact concret sur la vie quotidienne du mariage pourrait bien désormais se réduire au nom marital par lequel la femme qui le veut se présentera et se fera appeler. Les mariées actuelles ont donc l’initiative sur leur appellation11 ; elles gèrent à leur convenance le processus de changement de nom et la façon dont le nom marital se conciliera au quotidien avec leur patronyme.

La gestion de deux noms

15Muriel Le Goff s’est mariée en octobre 2015 et a décidé de prendre le nom de son mari, avec qui elle a eu deux enfants. Pour le changement de nom, elle gère les opérations en plusieurs phases.

Comme je suis enseignante, je m’appelle Mme Lefebvre depuis le 1er septembre, alors que je n’étais pas mariée, pour ne pas changer de nom au niveau administratif en cours d’année sur les logiciels de nom. Et pour ne pas perturber les élèves, on donne le nom dès le début. Mais ce n’est pas possible au niveau administratif hiérarchique. C’est-à-dire au niveau du rectorat, je suis Mme Le Goff, mais au niveau de mon établissement, je suis déjà Mme Lefebvre. Il faut que je fasse la démarche administrative. Mais du coup, je suis allée voir par exemple ma banque, pour leur montrer le livret de famille… Il faut que j’appelle partout, je ne l’ai pas encore fait. Ce n’est jamais très festif de faire des appels et d’essayer de joindre les gens pour faire les démarches administratives.

16Emeline Martinez mariée en 2015 avec le père de sa petite fille choisit un schéma qui différencie vie professionnelle et vie privée. Chargée d’études, elle est connue dans son métier depuis 7 ans avec son patronyme. Elle n’a pas changé de nom au travail mais veut porter le nom de son mari en dehors du bureau.

J’en ai discuté avec une collègue qui avait fait le même choix que moi, qui m’a bien identifié un deuxième avantage à ce choix-là, à savoir que quand elle croise quelqu’un dans la rue, en fonction du nom qu’on lui donne, elle a au moins l’indication de si ça relève de la sphère privée ou professionnelle. Alors disons que pour mon travail où il y a des relations avec l’extérieur etc., comme moi je ne suis pas très physionomiste, c’est déjà un gros avantage.

17Et quant à savoir quelle signature elle utilise, elle répond en riant :

Je m’en suis inventée une nouvelle, donc c’est pareil, ça dépend. Du coup, je fais la signature qui va avec le bon nom, donc j’ai deux signatures.

18Pour prendre le nom marital dans sa vie « privée », elle procède très progressivement. Elle commence à l’utiliser mais sans avoir fait les démarches administratives, ce qui lui vaut des petites mésaventures.

Je ne l’ai pas encore fait faire, mais ma carte d’identité est périmée, je vais m’en faire faire une autre. Et il faut que je m’en fasse faire une avec mon nom d’épouse parce que comme je l’utilise, il m’arrive régulièrement de me retrouver coincée à faire une commande par exemple sur internet où je suis livrée dans un point relais, avoir rentré mon nom d’épouse et puis arriver au point relais, me rendre compte que je n’ai pas du tout de pièce d’identité encore avec ce nom-là, donc comme je compte quand même l’utiliser en vrai je vais faire le nécessaire. Il faut que je trouve le temps de faire des démarches administratives, mais c’est quelque chose qui sera fait à mon avis d’ici la fin de l’été. […] Ça va être d’abord la banque, progressivement, tout ce qui est administratif. Pour l’instant, je l’ai surtout utilisé à l’école, pour le dossier d’inscription de ma fille.

19Des situations intermédiaires se mettent ainsi en place, avec deux noms et des documents d’identité non actualisés ; elles sont en partie temporaires jusqu’à ce qu’un besoin de cohérence se fasse sentir. Elles renvoient également à une distinction et une hiérarchisation faites entre le nom utilisé au quotidien dans des situations d’interlocution et le nom « administratif » qui figure sur des documents écrits. C’est ce qu’indique Laurence Dinde, qui s’est mariée en mai 2014 et que j’ai rencontrée 10 mois après. Alors qu’elle était très contente de substituer le nom de son mari à son patronyme qui prêtait facilement à plaisanteries désagréables, elle ne l’avait pas fait marquer partout, notamment pas sur sa carte d’identité ni sur sa boîte aux lettres. Elle l’explique par sa négligence et par le peu d’importance qu’elle accorde au nom indiqué sur les documents administratifs qu’elle qualifie de « paperasse ». Mais comme elle le note elle-même, il y a des situations où elle est contente d’utiliser son nom marital : « à l’école ou sur les chèques quand je signe des choses pour les enfants, je suis contente ».

Porter le nom de ses enfants

  • 12 Mechin 2000 ; Jeauffreau 2005 ; Fine 2008.
  • 13 Collet 2010.
  • 14 89 % des enfants reconnus par leur père à la naissance avaient en 2014 le seul nom du père.
  • 15 Le mariage peut être évoqué lors d’un achat immobilier, ou quand un drame survient dans l’entoura (...)

20L’utilisation du nom marital pour porter le même nom que leurs enfants, ce à quoi elles sont très attachées, a été mise en évidence dans la plupart des recherches sur cette thématique12. Mais aujourd’hui, en France, le mariage arrive bien souvent après les enfants13 et une large part des femmes qui se marient ont vécu plusieurs années avec un nom différent de celui de leurs enfants. Selon l’Insee, en 2011, 66% des premiers nés d’un couple étaient conçus hors mariage, tandis que le seul nom du père reste donné à une écrasante majorité pour les enfants14. Lors du mariage, le nom marital arrive alors par un effet d’entrainement, après la transmission du nom aux enfants, sans que cela s’inscrive dans un plan d’ensemble. En effet, d’après les premiers éléments de notre enquête, le mariage n’est pas nécessairement envisagé lors de la naissance du premier enfant. Le couple peut commencer à y songer quelques années après, pour trouver un cadre qui sécurise le conjoint survivant en cas de décès de l’un des deux15. Dans l’analyse du nom marital, la question première est donc celle du nom de l’enfant. L’envie de porter ce nom ensuite dépend de la façon dont a été ressenti, dans la période parfois longue précédant le mariage, le fait de ne pas être identifiée immédiatement comme mère de ses enfants par le nom de famille.

21Les propos recueillis ne font pas état de véritables difficultés ; un couple mère/enfant avec des noms qui diffèrent est aujourd’hui une configuration banale. Tout au plus y a-t-il des situations où il faut explicitement dire sa qualité de mère, comme les consultations médicales dans un contexte où la famille n’est pas connue.

22Muriel Le Goff (cf. supra), s’amusait de l’hésitation de ses interlocuteurs :

Je me suis rendue compte à l’usage, sans que ça remette en compte quoi que ce soit, que du coup, on me situait moins bien. Surtout que j’ai fait des clones de mon mari. Ils ne me ressemblent pas du tout. C’est des petits blonds aux yeux bleus. A priori, physiquement, on ne voit pas forcément qu’il y a un lien de parenté avec moi. Et donc, moi, je n’avais pas du tout de problème de positionnement, mais j’ai vu que… j’ai pu me rendre chez des médecins, et le lien que je pouvais avoir avec les enfants alors que je n’avais pas le même nom se posait. On se demandait si j’étais la baby sitter, la mère, la belle-mère, la… et donc, le fait de pas porter le même nom, les gens marchaient sur des œufs avant d’être sûrs que… que je sois bien la mère. À partir de là c’était… pas de souci. Mais j’ai vu ça. […] Et puis c’est tout et ce n’est pas bien (grave) … Mais j’ai pris l’habitude de me présenter comme la maman, d’emblée. Dans un cadre administratif, à l’école.

23Elle a opté pour le nom marital parce que c’est plus pratique, « histoire de faciliter les choses ». Elle ajoute qu’elle est tout de même contente de porter le même nom que son mari et ses deux enfants, mais elle n’en ressentait pas le besoin avant.

24En revanche, pour Ludivine Sandereau (employée de banque de 33 ans, mariée avec son compagnon après la naissance de leur deuxième enfant), le questionnement sur son statut de mère était très désagréable. Elle supportait mal d’entendre énoncer deux noms différents, pour la désigner elle et son fils.

C’est vrai que, en fait, en n’ayant pas le même nom que mon premier enfant au début, c’est compliqué quand on va chez le médecin.

25Prenant un ton ironique, elle simule un échange avec le médecin.

« Vous êtes qui par rapport à l’enfant ? » « Je suis sa mère mais je ne porte pas son nom ». C’est un peu… un peu bizarre quand même. Quand on est dans un lieu puis qu’on dit « William Sandereau (son fils)… Vous êtes qui ? » « Je suis sa mère » « Ah oui, vous n’avez pas le même nom » « C’est normal »…

26Maintenant qu’elle a pris le nom marital c’en est fini de ces situations déplaisantes qui troublaient aussi son fils.

C’est vrai que William me disait : « Mais maman, pourquoi tu ne t’appelles pas Sandereau ? » Il entendait dans la salle d’attente : « Ludivine Lefort ». Non, maintenant c’est Ludivine Sandereau !

27Signe du lien avec les enfants et avec le conjoint, le nom marital permet, quand le nom de famille est énoncé ou écrit, de « faire famille », d’afficher par un seul nom l’unité de la cellule familiale. Mais la famille à laquelle on se réfère alors est celle que l’on crée. Il n’est jamais question, spontanément du moins, de s’inscrire par le nom marital dans la belle famille. Si, pour le choix du nom de l’enfant, l’ancrage dans une « lignée » familiale est évoqué, le port du nom marital reste un choix intime. Affichage public, il peut aussi être vecteur d’un message privé. La variabilité du nom de famille est alors utilisée par la femme pour « faire plaisir ».

Un cadeau au conjoint

28Adopter le nom marital peut être aussi un petit signe affectueux adressé au conjoint. Plusieurs femmes dans l’enquête le disent, pour elles, quitter leur nom n’est pas coûteux ; c’est une façon assez facile finalement de faire plaisir à leur mari.

29C’est ce que formule Cécile Denis, ouvrière, devenue Cécile Hoes, mariée à 40 ans avec le père de ses deux enfants.

Pour mon mari, je pense que c’est un peu… pas une preuve d’amour, mais… il n’y a pas besoin de ça, mais je pense que si, je vois bien, lui, il est content quand même. Je pense que ça fait quelque chose. Ça lui fait plaisir. Oui, je pense qu’il est content. Je pense qu’un homme… Oui ça reste un peu quand même, ils sont contents de donner le nom à leurs enfants et puis à nous.

30Le cas le plus explicite que nous ayons rencontré, peut-être atypique mais montrant clairement comment se revêtir du nom marital peut être conçu comme un présent fait à son époux, est celui de Blandine Galet devenue Langres. Assistante sociale, née en 1960, elle était très autonome dans sa jeunesse. Elle a quitté le domicile parental parisien à 18 ans pour faire des études en province. Elle s’est mariée en 1988, et désireuse de « garder son identité », elle n’a pas pris le nom marital et a résisté à toutes les petites tracasseries administratives que cela pouvait représenter en ce temps-là; pour elle c’était important. Et puis, au fil du temps, l’importance qu’elle y accordait a diminué. Et après 14 ans de mariage (et deux enfants qui ont déjà un peu grandi), elle change d’option.

Je pense que mon mari… enfin j’en suis sûre, il m’a dit qu’il serait content que je porte son nom. Il me l’a dit deux ou trois fois, sans insister beaucoup et ça a dû cheminer dans ma tête. Et puis, je crois que, constituant une famille, on était quatre, ils s’appelaient tous Langres, et moi je m’appelais Galet. Et petit à petit, je me suis dit, finalement, je suis qui je suis et le nom ne changera pas grand-chose. Voilà.

31Et petit à petit, elle change de nom, professionnellement, sur ses papiers d’identité quand elle les renouvelle, dans sa vie privée ; elle change aussi de signature.

Je pense que les choses se sont faites petit à petit, pas tout d’un coup et ça ne m’a pas semblé compliqué. C’était un cadeau pour Denis (son mari), et puis, bon, ça ne me coûtait pas trop aussi, parce que sinon je ne l’aurais pas fait du tout. Maintenant, c’est définitif, oui. Ceci dit, c’est vrai, on est allés voter dimanche dernier et je me suis aperçue que c’était marqué Galet. Je me suis dit « ah bien oui ! ». Ça fait un petit clin d’œil. J’ai repensé à ce moment-là, à ce choix, volontaire, à cette envie de plaire à mon mari.

32Le nom marital est toujours très répandu, mais il ne se prend plus dans l’indifférence. Dès lors qu’il devient un choix, les femmes peuvent s’en saisir, l’utiliser comme signal de lien familial, le transformer en petit geste affectueux destiné à l’époux, s’en servir pour dissimuler un patronyme pénible, le prendre comme moyen de séparer vie professionnelle et vie privée… Toute une gamme de significations s’ouvre. Et cela se fait dans la légèreté, sans y accorder finalement beaucoup d’importance, avec un rapport souple au nom, une capacité certaine à se détacher d’un patronyme peu investi de représentation identitaire. Une enquêtée, récemment mariée avec, comme beaucoup, déjà des enfants de son conjoint, et qui a pris le nom marital, tient en fin d’entretien à tempérer la portée de son discours :

Et puis, je vous dis, je ne me serais pas mariée, mes enfants avaient le nom de leur père, ça m’allait bien. Ce n’était pas non plus… Même si on ne s’était pas mariés ce n’était pas… j’étais heureuse comme ça.

  • 16 Irène Théry y voit un moyen de pallier la fragilisation de la paternité et de reconnaître l’asymé (...)

33L’aptitude des femmes à délaisser leur patronyme est ancienne ; elle pouvait autrefois être mise sur le compte de la conscience, dès le plus jeune âge, que l’avenir le plus désirable se situait dans le mariage avec un autre nom. Elle renvoyait aussi, pour nombre de femmes sur une vie avant le mariage où, maintenues dans leur famille, elles avaient peu l’occasion d’utiliser leur patronyme. Tout cela a changé, mais, pour celles qui se marient et optent pour le nom marital, le faible attachement au patronyme demeure. Ce qui importe, à la naissance des enfants, c’est toujours de les rattacher par le nom à leur père16; le mouvement de la mère vers le nom marital en sera d’autant plus facilité par la suite, si le couple parental se marie.

Haut de page

Bibliographie

Collet Marie Claude, 2010 « Un enfant d’abord, le mariage après », Insee Haute Normandie, Brèves d’aval, 16.

Fine Agnès, 2008, « Identité civile et sentiment de soi », in Agnès Fine (dir.), États civils en questions, Paris, Éditions du CTHS, p. 7-43.

Heinich Nathalie, 1996, États de femme, Paris, Gallimard.

—, 2003, Les Ambivalences de l’émancipation féminine, Paris, Albin Michel.

Jeauffreau Marie-Françoise, 2005, « Le nom marital dans la société française contemporaine », in Agnès Fine & Françoise-Romaine Ouellette (dir.), Le Nom dans les sociétés occidentales contemporaines, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 213-234.

Lefebvre-Teillard Anne, 1990, Le Nom, droit et histoire, Paris, Presses universitaires de France.

Mechin Colette, 2000, « Le nom des femmes : simple ou double », in Colette Mechin, Isabelle Bianquis-Gasser & David Le breton (dir.), Le Corps, son ombre et son double, Paris, L’Harmattan, p. 169-182.

Théry Irène, 2002 « Le nom entre préséance et préférence », Esprit, 2, p. 108-118.

Valetas Marie-France, 2001, « Le nom des femmes mariées dans l’Union européenne », Population et Sociétés, 367, p. 1-4.

Haut de page

Notes

1 Cité dans Heinich 2003.

2 Cité dans Valetas 2001.

3 Heinich 1996.

4 L’usage par les hommes du nom de leur épouse – pour bénéficier de sa notoriété – a été pratiqué. Lefebvre-Teillard 1990.

5 Le nom marital permet de dissimuler le divorce et d’éviter le discrédit dont il est alors l’objet.

6 Il est indiqué que le mariage est sans effet sur le nom mais que chacun des époux peut, s’il le désire, utiliser dans la vie courante le nom de son conjoint.

7 La mise en œuvre effective de cette circulaire a beaucoup tardé. Trente ans après, la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes rappelle la nécessité d’avoir l’accord d’une personne avant de lui appliquer un nom d’usage (article 59).

8 Article 43 de la loi du 23 décembre 1985 relative à l’égalité des époux dans les régimes matrimoniaux et dans la gestion des biens des enfants mineurs.

9 Jeauffreau 2005.

10 Cf. le site « Service Public.fr »
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F868.

11 Les rappels récents faits aux administrations portent leurs fruits ; sauf exception, il n’y a plus pour les mariages actuels de remplacement systématique du patronyme de la femme par un nom marital et les manquements sont dénoncés avec force.

12 Mechin 2000 ; Jeauffreau 2005 ; Fine 2008.

13 Collet 2010.

14 89 % des enfants reconnus par leur père à la naissance avaient en 2014 le seul nom du père.

15 Le mariage peut être évoqué lors d’un achat immobilier, ou quand un drame survient dans l’entourage.

16 Irène Théry y voit un moyen de pallier la fragilisation de la paternité et de reconnaître l’asymétrie des corps dans l’engendrement qui ne laisse pas de doute sur le lien maternel, Théry 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Vasseur-Bovar, « Quand le nom marital ne va plus de soi : naissance d’une réflexivité », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, 45 | 2017, 185-198.

Référence électronique

Caroline Vasseur-Bovar, « Quand le nom marital ne va plus de soi : naissance d’une réflexivité », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 16 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/13553 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.13553

Haut de page

Auteur

Caroline Vasseur-Bovar

Doctorante à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Elle prépare une thèse sous la direction d’Irène Théry et sous le titre provisoire « Les femmes et le nom qu’elles portent ». Sa recherche vise à comprendre les pratiques féminines actuelles de nomination en France ; elle porte sur les choix faits pour le nom marital et la transmission du nom aux enfants, choix qui peuvent varier selon les différents contextes et les relations dans lesquelles les femmes sont engagées. De formation initiale commerciale et comptable (HEC, expert-comptable diplômée), elle étudie la sociologie depuis 2008, parallèlement à une activité professionnelle de consultante, avec un cursus de second cycle suivi à l’université de Nantes. Les thèmes de recherche qu’elle souhaite développer portent sur l’agir féminin, ainsi que sur les questions d’identité comprise comme récit de soi. caroline.bovar[@]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search