Navigation – Plan du site

Sauvons la bibliothèque Marguerite-Durand ! 

Le comité de rédaction de Clio. FGH tient à informer ses lectrices et ses lecteurs des menaces qui pèsent actuellement sur la bibliothèque Marguerite-Durand (BMD) et à s’associer aux manifestations de soutien

La bibliothèque Marguerite-Durand spécialisée en histoire des femmes, du genre et des féminismes, fruit d’un don effectué en 1932 par la journaliste Marguerite Durand à la Ville de Paris, a été récemment informée de son déménagement à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP). Cette décision a été prise sans concertation suffisante avec le personnel de la bibliothèque et les personnes qui y font des recherches.

Des négociations sont en cours mais, malgré les diverses propositions de déménagement, le risque est grand d’un éclatement de la bibliothèque dans différents espaces trop exigus et, à court ou à long terme, d’une dispersion de ses fonds, d’une perte de son autonomie, de son identité, de son attractivité et de son dynamisme. Pour préserver ce lieu de mémoire et de recherche à Paris, un collectif « Sauvons la BMD » s’est constitué (http://sauvonslabmd.fr/ pétition en ligne). Les historien.n.es de nombreux pays ont manifesté leur soutien.

Cette bibliothèque a une importance patrimoniale et scientifique qui en fait l’équivalent d’institutions étrangères prestigieuses comme la Schlesinger Library aux États-Unis (université Harvard) ou la Women’s Library (anciennement Fawcett Library) à Londres (London School of Economics and Political Science).

Pour mener à bien sa fonction patrimoniale, scientifique et culturelle, la BMD a besoin d’être autonome, de pouvoir enrichir ses fonds, anciens ou récents, et d’en permettre rapidement la consultation aux chercheur.e.s et aux étudiant.e.s. Elle doit être en mesure de continuer à recevoir des dons.

Si regrouper le fonds de la BMD avec d’autres fonds féministes (fonds Bouglé et Sand de la BHVP) peut être une bonne idée, elle n’a de pertinence qu’en sens inverse : confier à la BMD la gestion de ces fonds plus petits qui acquerraient ainsi plus de visibilité.

Si jamais aucun lieu plus grand et indépendant n’était disponible dans Paris pour accueillir la BMD dans de bonnes conditions, il nous semble indispensable de la laisser là où elle est actuellement, dans le bâtiment qu’elle partage avec la médiathèque Jean-Pierre-Melville dans le 13e arrondissement. L’idéal serait cependant de trouver à terme un local adapté, gage de la pérennité d’une bibliothèque dont la Ville de Paris peut être fière et dont la portée est nationale et internationale.