Navigation – Plan du site
Dossier

Entre plaisir et censure, Marie Taglioni chorégraphe du Second Empire

Between pleasure and censure: Marie Taglioni Choreographer of the Second French Empire
Vannina Olivesi
p. 43-64

Résumés

Le présent article explore la reconversion professionnelle de Marie Taglioni, vedette du ballet romantique de la Monarchie de Juillet devenue pédagogue et chorégraphe à l’Opéra de Paris sous le Second Empire. L’examen des sources montre le rôle joué par ses parents dans sa formation à la composition chorégraphique dans un contexte de féminisation de la danse théâtrale professionnelle à l’échelle de l’Europe occidentale. Si la composition féminine demeure l’objet de fortes censures, Marie Taglioni parvient à tisser un réseau professionnel favorable à sa promotion au rang de chorégraphe. Son essai de reconversion, après la composition des ballets Le Papillon (1860) et Zara (1862), se heurte cependant à des normes de genre qui assignent les femmes à l’interprétation des œuvres et les excluent de l’accession à l’emploi de maître de ballet.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Transmission maternelle
La persistance des normes de genre
Constructions de la légitimité artistique
Une vedette sous tutelle
Taglioni, actrice de la féminisation du ballet
Un solide réseau professionnel
Le prix du déclassement

Aperçu du texte

Née à Stockholm en 1804, Marie Taglioni est la fille du danseur et maître de ballet italien Filippo Taglioni (1777-1871), fils de maître, et de Sophie Hedvig Karsten (1783-1862), harpiste professionnelle issue d’une famille suédoise d’acteurs dramatiques et lyriques renommés. Marie se forme à la danse théâtrale entre 1815 et 1822 et réalise ses débuts à la scène au Kärntnertortheater de Vienne avant d’être engagée à l’Opéra en 1827 où elle renouvelle bientôt l’art de la danse théâtrale en imposant une nouvelle esthétique. Sa maîtrise de la technique des pointes et de l’arabesque la consacre rapidement, grâce à son interprétation de La Sylphide, comme la plus grande ballerine du répertoire romantique. Après s’être produite dans les théâtres des principales capitales culturelles européennes, elle revient en 1858 négocier ses talents de pédagogue et de chorégraphe auprès de la direction de l’Opéra. Elle est d’abord nommée à un emploi d’Inspectrice des classes de danse en 1859, puis dir...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vannina Olivesi, « Entre plaisir et censure, Marie Taglioni chorégraphe du Second Empire », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 46 | 2017, 46 | 2017, 43-64.

Référence électronique

Vannina Olivesi, « Entre plaisir et censure, Marie Taglioni chorégraphe du Second Empire », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 46 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/13699 ; DOI : 10.4000/clio.13699

Haut de page

Auteur

Vannina Olivesi

Olivesi Vannina est doctorante en arts et langages à l’EHESS sous la direction d’Esteban Buch. Sa thèse explore la féminisation du corps de ballet de l’Opéra entre 1770 et 1860. Ses recherches recouvrent l’histoire des pratiques et représentations des maîtres de ballet, du vedettariat, l’industrialisation des spectacles et la composition chorégraphique féminine. Elle co-anime depuis 2009 le séminaire « Histoire culturelle de la danse » à l’EHESS et a enseigné l’histoire de la danse à l’Université Lille 3. Ses récentes publications étudient la trajectoire de Marie Taglioni (« Le vedettariat dans le ballet romantique : l’exemple de Marie Taglioni (1827-1838) », in Florence Filippi, Sophie Marchand, Sarah Harvey (dir.), Le Sacre de l’acteur. Émergence du vedettariat théâtral de Molière à Sarah Bernhardt, Paris, Armand Colin, coll. « U », p. 203-211) et la définition de l’autorité en danse (avec Marie Glon et Juan-Ignacio Vallejos, « Writing (for) the Ballet in the Eighteenth Century », European Drama and Performance Studies, n°9, 2017-2, Écrire pour la scène (xve-xviiie siècle), dir. Sabine Chaouche, Estelle Doudet, Olivier Spina, p. 263-279). Affiliation : Centre de Recherches sur les Arts et le Langage (CRAL). Contact : volivesi@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page