Navigation – Plan du site
Dossier

Enlacer l’ajnabi. Une histoire politique de la danse de couple à Téhéran, 1920-1950

Embracing the Ajnabi. A political history of couples dancing in Tehran (1920-1950)
Ida Meftahi
Traduction de Aurélie Perrier
p. 111-133

Résumés

À travers une lecture de la presse périodique comportant des perspectives religieuses diverses, ainsi que des sources et archives diplomatiques, cet article pose la question de l’émergence de la pratique de danse de couple européenne à Téhéran dans la première moitié du xxe siècle. Notre enquête révèle l’existence d’une anxiété nationaliste autour du problème des relations de genre lié à la présence du corps militaire des Alliés qui ont su infiltrer le milieu urbain et la vie sociale iranienne notamment par la pratique de la danse. Par un examen critique des discours sur la performance du genre incorporée par ces pratiques « modernes » de danse de couple a Téhéran, on observe l’importance des liens établis entre la sociabilité du corps dansant, l’érotisme (shahvat), la nudité, la pratique de la prostitution, et la notion d’une modernité « imitée ». En contextualisant la réception de ces danses vis-à-vis de la scène politique iranienne de l’époque on remarque que chacun de ces éléments a servi à l’élaboration d’un discours nationaliste sur les danses de couple qui seront construites et vues par les contemporains comme complices avec des phénomènes du colonialisme et de l’impérialisme menaçant l’esprit de l’Iran et de l’Islam.

Haut de page

Dédicace

Je dédie cet article à ma tante Tooran Siahpoosh. Je remercie Elizabeth Claire, Farzaneh Hemmasi, Paromita Kar et les relecteurs externes pour leurs précieux commentaires.

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Aurélie Perrier

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Performer la « modernité » : une notion au cœur de l’Iran du début du xxe siècle
Danser dans les bras de l’occupant
Le Téhéran qui danse « brûle » : de la métaphore à la réalité

Aperçu du texte

« Personne ne sait danser la samba, mais ils s’en sortent tous au tango.
Ici les femmes chics boivent de la bière et les jeunes de Téhéran se trémoussent ! »

Écrite sur un ton humoristique par le jeune auteur Jalal Ni‘matullahi, la citation ci-dessus est extraite de l’article « Téhéran danse », publié en janvier 1951 dans l’hebdomadaire Kaviyan. L’article détaille l’engouement croissant des Iraniens pour les danses de couples européennes au milieu du xxe siècle. Ces danses, où des corps d’hommes et de femmes s’entrelaçaient, prenaient place dans l’un des nombreux lieux de sociabilité publique de Téhéran. Ceux-ci comprenaient des hôtels et des cafés situés dans le quartier Lalehzar de Téhéran, ainsi que des clubs semi-privés destinés à une clientèle décrite par Ni‘matullahi comme formant « un monde aristocrate ». Dansant au son de musiques interprétées par des orchestres très populaires, les femmes fréquentant ces clubs portaient des tenues chics avec des cheveux relevés, des bijoux br...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ida Meftahi, « Enlacer l’ajnabi. Une histoire politique de la danse de couple à Téhéran, 1920-1950 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 46 | 2017, 46 | 2017, 111-133.

Référence électronique

Ida Meftahi, « Enlacer l’ajnabi. Une histoire politique de la danse de couple à Téhéran, 1920-1950 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 46 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/13722 ; DOI : 10.4000/clio.13722

Haut de page

Auteur

Ida Meftahi

Meftahi Ida est historienne de l’Iran moderne et focalise sur les questions de l’intersection entre genre, politique et performance (défini de manière large). Elle est actuellement professeure invitée au Roshan Institut des études Perses à l’Université de Maryland. Sa première monographie, Gender and Dance in Modern Iran: Biopolitics on Stage a paru au printemps 2016 chez Routledge (Iranian Studies Series). Elle publie dans de multiples revues scientifiques et volumes collectifs, notamment Islam and Popular Arts (2016), Oxford Handbook of Dance and Ethnicity (2016), IranNameh (2016), and International Journal of Middle East Studies (2016). Elle travaille sur un manuscrit qui propose une “spatial humanities” lecture du quartier historique de Lalehzar à Téhéran ; elle dirige également le Lalehzar Digital Project, qui intègre le Roshan Initiative for Digital Humanities. Contact : imeftahi@umd.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page