Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Les danses ahidous entre Moyen Atlas et Ariège

Dances of the Ahidous between the Middle Atlas and Ariège
Balladine Vialle
p. 149-160

Résumés

Les parcours migratoires placent les familles migrantes, qui traversent la Méditerranée, face à des enjeux nouveaux de transmission de gestes et de discours en fonction de stratégies identitaires aussi diverses que mouvantes. Ces familles, qui refont le voyage sans cesse entre les deux rives, s’attachent à faire le pont entre deux espaces, à faire voyager des idées, des gestes, des mots, des objets, des danses. C’est à ces dernières, accompagnées de chants et de musiques, gestes et sonorités de mémoire, qui marquent le lien ou la séparation, que je m’intéresse. À partir d’un questionnement sur l’élaboration, la rencontre, mais aussi la remise en cause des identités genrées à travers l’apprentissage et la mise en œuvre des danses migrantes berbères ahidous, je me demande dans quelle mesure on peut proposer une approche diachronique et dialogique des mouvements de danses partagées au féminin et au masculin, qui font le voyage avec les migrants et qui sont les supports de l’expression d’une loyauté vis-à-vis du pays d’origine, d’une légitimité passant au travers des liens revendiqués, ou bien encore d’une position en marge des usages convenus au moment du départ en lien avec un contexte de vie différent, saisi de nouveaux modèles esthétiques.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Maroc, France
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un ahidous de noce à Foix
Apprendre l’ahidous là-bas : une affaire de jeunes garçons, puis d’hommes
Des danses au féminin en terre amazigh
La règle et ses marges
Refaire l’ahidous en Ariège

Aperçu du texte

Les parcours migratoires placent les familles qui traversent la Méditerranée face à des enjeux nouveaux de transmission de gestes et de discours en fonction de stratégies identitaires aussi diverses que mouvantes. Ces familles, qui refont le voyage entre les deux rives, s’attachent à faire le pont entre deux espaces, à faire voyager des idées, des gestes, des mots, des objets, des danses. C’est sur ces dernières, accompagnées de chants et de musiques, qui marquent le lien ou la séparation, que j’aimerais m’arrêter. Les danses traditionnelles amazigh, nommées ahidous, sont en effet l’objet d’une inversion genrée de leur apprentissage.

C’est dans la ville de Foix, en Ariège, dans laquelle vit une communauté migrante d’origine berbère, que j’ai pu partager, tout d’abord en tant que proche, puis en tant qu’ethnologue, le quotidien de ces familles. Je suis ensuite allée à la rencontre des familles de mes interlocuteurs, restées dans le pays d’origine, dans le Moyen Atlas marocain et plus...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Balladine Vialle, « Les danses ahidous entre Moyen Atlas et Ariège », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 46 | 2017, 46 | 2017, 149-160.

Référence électronique

Balladine Vialle, « Les danses ahidous entre Moyen Atlas et Ariège », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 46 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/13746 ; DOI : 10.4000/clio.13746

Haut de page

Auteur

Balladine Vialle

Vialle Balladine, est titulaire d’un doctorat en anthropologie soutenu à l’Université Toulouse Jean Jaurès, sous la direction de Claudine VASSAS. Dans ses recherches, elle a questionné les différentes manières de faire et de dire le lien à la berbérité dans la migration, au travers des chants, des poésies, des tissages et des danses qui se réinventent ici et là-bas et tissent les liens ou marquent les écarts entre les deux rives. En parallèle, elle a pu participer, avec le laboratoire de recherche du CRASC (Oran), à un projet EPPAF, entre l’Algérie et la France, sur les thématiques de la vieillesse ici et là-bas. Un article est à paraitre à la suite de ce travail : « Les premières grands-mères de l'expérience migratoire amazigh en Ariège » dans la revue Insaniyat (Algérie). Enfin, elle a publié un article dans la revue Horizons Maghrébins n°73, sous le titre : « Circulations et transmission des izlan amazigh d'une rive à l’autre de la méditerranée », et elle est en attente de publication de son manuscrit de thèse auprès des PUM. Contact : vialle.balladine@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page