Navigation – Plan du site
Documents

Travailler ou danser. L’iconographie des dix vierges (Pays-Bas, xvie-xviie siècle)

Working or dancing: iconography of the Ten Virgins (Netherlands, 16th-17th centuries)
Marina Nordera
p. 199-213

Résumés

Cette contribution analyse les déclinaisons du thème iconographique de la parabole des dix vierges dans des estampes produites entre les xvie et xviie siècles aux Pays-Bas. Issues d’un processus culturel complexe de production et réception, ces artefacts culturels constituent un exemple significatif de la mise en œuvre d’un discours moralisateur de nature confessionnelle au service de la transformation du système de valeurs d’une population urbaine caractérisée par des changements significatifs dans les structures économiques et sociales de la modernité, dans lesquelles les hommes et les femmes ne cessent de négocier leurs relations et leurs rôles sociaux. L’opposition symbolique entre l’image positive des femmes qui travaillent et celle négative des femmes qui dansent qui émerge de l’analyse, permet d’éclairer la complexité de l’articulation entre les représentations sociales de la danse et du genre que cette opposition implique et produit.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Figures féminines de l’industrie et de la dissipation
La complexité de la réception : entre séduction du regard et discours moral
La domestication vertueuse du corps dansant

Aperçu du texte

À travers l’analyse des déclinaisons du thème iconographique de la parabole des dix vierges dans des estampes produites entre les xvie et xviie siècles aux Pays-Bas, cette contribution interroge l’opposition symbolique entre l’image positive des femmes qui travaillent et celle négative des femmes qui dansent, afin d’éclairer la complexité de l’articulation entre les représentations sociales de la danse et du genre que cette opposition implique et produit. En particulier, par une analyse fine des figures et des compositions, je propose d’une part d’identifier les stratégies par lesquelles les artistes jouent avec les facettes contrastées d’une certaine culture visuelle, et d’autre part d’étudier les références aux pratiques sociales de la danse dont ils partagent l’expérience corporelle et perceptive avec les lecteurs/ spectateurs. Enfin, j’émets l’hypothèse que le recours à ce sujet biblique, non seulement contribue à l’élaboration et à la diffusion des instances moralisatrices port...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marina Nordera, « Travailler ou danser. L’iconographie des dix vierges (Pays-Bas, xvie-xviie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 46 | 2017, 46 | 2017, 199-213.

Référence électronique

Marina Nordera, « Travailler ou danser. L’iconographie des dix vierges (Pays-Bas, xvie-xviie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 46 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 15 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/13766 ; DOI : 10.4000/clio.13766

Haut de page

Auteur

Marina Nordera

Nordera Marina est danseuse, historienne de la danse et, depuis 2002, professeure et membre du Centre transdisciplinaire d’épistémologie de la littérature et des arts vivants (CTEL – EA 6307) à l’Université Côte d’Azur. Ses recherches et son enseignement portent sur l’histoire du corps et de la danse en Europe à l’époque moderne et sur les méthodologies transdisciplinaires de la recherche. Elle s’intéresse aux articulations entre les savoirs techniques, artistiques et théoriques en danse, ainsi qu’à leur transmission et circulation. Elle explore les questions de l’archive et de la mémoire, ainsi que les croisements entre les études de genre et les études en danse. L’ensemble de son activité de recherche est imprégné par son expérience artistique.Elle a communiqué et publié les résultats de ses recherches en français, italien, anglais, espagnol, et dirigé avec S. Franco Dance Discourses. Keywords for Methodologies in Dance Research (Routledge, 2007) et Ricordanze. Memoria in movimento e coreografie della storia (UTET, 2010) ; avec R. Martin, Les Arts de la scène à l’épreuve de l’histoire (H. Champion, 2011), avec H. Marquié, « Perspectives genrées sur les femmes dans l’histoire de la danse », Recherches en danse, 3, 2015 ; avec F. Fratagnoli et P. Veroli, « Ramifications. Méthodologies dans les études en danse (France-Italie) », Recherches en danse, 5, 2016. Elle est membre fondatrice de l’association des Chercheurs en Danse (aCD). Contact : marinordera@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page