Navigation – Plan du site
Varia

Mixités et non-mixités dans les mouvements féministes des années 1968 en France

Mixed gender and women-only groups in 1970s’ feminist movements
Alban Jacquemart et Camille Masclet
p. 221-247

Résumés

En opérant plusieurs décalages de la focale d’observation (du seul MLF à la diversité des mobilisations féministes, de Paris à d’autres villes, de la théorie à la pratique), cet article propose une analyse sociohistorique des pratiques militantes de la mixité et de la non-mixité féministes dans les années 1968. Cette perspective permet de montrer que loin d’être une évidence pratiquée et partagée par toutes dès les premiers instants du mouvement, la non-mixité se construit progressivement comme une norme : après une période d’acclimatation et d’apprentissage (1970-1975), elle s’impose et se généralise, au gré des expériences militantes, dans la deuxième moitié de la décennie 1970. En replaçant les pratiques au cœur de l’analyse, cet article invite ainsi à comprendre le processus historique de construction de la non-mixité en symbole des féminismes des années 1968.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’invention incertaine de la non-mixité (1970-1975)
Apprivoiser la non-mixité
Des hommes au MLF
Les groupes MLAC : chant du cygne de la mixité féministe
L’affirmation d’une norme militante (1975-1980)
Diffusion des groupes femmes et d’une contre-culture féministe non mixte
La non-mixité, de la sororité aux divisions entre femmes
L’échec de la non-mixité entre hommes

Aperçu du texte

Les mouvements féministes qui émergent sur la scène publique dans les « années 1968 », ou « années mouvement », se distinguent à bien des égards de ceux qui les ont précédés : centralité de la frange radicale, proximité avec l’extrême gauche ou encore revendications concernant principalement le corps et la sexualité constituent ainsi autant de traits absents de la plupart des mouvements féministes de la Troisième République. On peut ajouter que les militantes, pour beaucoup confrontées au sexisme des collectifs politiques d’extrême gauche, se différencient également de leurs aînées en accordant dès le début des mobilisations une attention singulière à la reproduction des rapports sociaux de sexe au sein des groupes militants. C’est à ce titre que la non-mixité devient un élément central du Mouvement de libération des femmes (MLF), allant même jusqu’à être analysée comme la « métaphore » du mouvement.

Si ces éléments sont connus, tant par les témoignages des militantes que par les rec...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alban Jacquemart et Camille Masclet, « Mixités et non-mixités dans les mouvements féministes des années 1968 en France », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 46 | 2017, 46 | 2017, 221-247.

Référence électronique

Alban Jacquemart et Camille Masclet, « Mixités et non-mixités dans les mouvements féministes des années 1968 en France », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 46 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/13784 ; DOI : 10.4000/clio.13784

Haut de page

Auteurs

Alban Jacquemart

Jacquemart Alban est sociologue et politiste, maître de conférences à l’Université Paris-Dauphine et membre de l’IRISSO (CNRS/Paris-Dauphine). Après une thèse de doctorat sur l’engagement d’hommes dans les mouvements féministes en France entre 1870 et 2010, il a mené des recherches sur le genre et les carrières professionnelles dans la haute fonction publique, puis sur la mise en œuvre en France de la politique de lutte contre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle. Il a notamment publié Les hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015 et, avec Viviane Albenga et Laure Bereni (dir.), « Appropriations ordinaires des idées féministes », Politix, n°109, 2015. Contact : alban.jacquemart@dauphine.fr

Camille Masclet

Masclet Camille est doctorante en science politique et sociologie à l’Université de Lausanne et à l’Université Paris 8, et membre du Centre de recherche sur l’action politique de l’Université de Lausanne (CRAPUL) et du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA). Elle achève actuellement sa recherche doctorale consacrée aux féministes des années 1970 analysées sous l’angle des incidences biographiques et de la transmission familiale de leur engagement. Elle a publié récemment « Le féminisme en héritage ? Enfants de militantes de la deuxième vague », Politix, n°109, 2015 et « La quête des féministes : techniques et enjeux de reconstruction d’un mouvement social », Genèses, 95, 2014. Contact : camille.masclet@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page