Navigation – Plan du site
Dossier

Les danseuses en Grèce antique. Performance, capacité d’agir et divertissement

The dancing girls of Ancient Greece: performance, agency, and entertainment
Sarah Olsen
Traduction de Antoine Heudre
p. 19-42

Résumés

La « danse grecque antique » évoque en général des images de chœurs imposants et de festivités dionysiaques, ou encore d’Isadora Duncan dansant au milieu des ruines de l’Acropole. Dans cet article, j’étudie une figure peu connue de la danseuse de l’Antiquité : l’orchestris, ou danseuse de banquet. De ces femmes, marginalisées par leur genre et leur classe, il ne demeure que des traces éparses dans la littérature et les vestiges matériels. En réunissant ces traces, cet article met en lumière la place de la danseuse de banquet dans l’imaginaire culturel grec. Il montre ensuite que l’exploration fictionnelle de la subjectivité des femmes dans le dialogue III des Dialogues des courtisanes de Lucien doit nous inciter à réfléchir à la façon dont le mouvement et l’incarnation ont pu constituer – à toutes les époques – des sources essentielles, bien qu’à jamais hors de notre portée, de la capacité d’agir des orchestrides.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’américain par Antoine Heudre.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’orchestris dans la Grèce antique
Lucien, Dialogues des courtisanes iii : performance, capacité d’agir et discours

Aperçu du texte

La « danse grecque antique » évoque en général des images de chœurs imposants et de festivités dionysiaques, ou encore d’Isadora Duncan dansant au milieu des ruines de l’Acropole. Dans cet article, j’entends étudier une danseuse de l’Antiquité peu connue : l’orchestris. Strictement parlant, ce terme désigne tout simplement une « danseuse » en grec ancien, mais à l’exception d’un passage particulier chez Platon, il est employé plus précisément pour désigner des femmes rémunérées pour danser individuellement et divertir les participants lors d’un symposion. De ces orchestrides, marginalisées par leur genre et leur classe, il ne demeure que des traces éparses dans la littérature et les vestiges matériels. Je commencerai par réunir ces traces afin de mettre en lumière la place de la danseuse de banquet dans l’imaginaire culturel grec, en me concentrant sur Athènes aux époques archaïque et classique. Dans un second temps, j’examinerai comment le dialogue iii des Dialogues des courtisanes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Olsen, « Les danseuses en Grèce antique. Performance, capacité d’agir et divertissement », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 46 | 2017, 46 | 2017, 19-42.

Référence électronique

Sarah Olsen, « Les danseuses en Grèce antique. Performance, capacité d’agir et divertissement », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 46 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/13829 ; DOI : 10.4000/clio.13829

Haut de page

Auteur

Sarah Olsen

Olsen Sarah est Visiting Assistant Professor d’études classiques à l’Amherst College. Elle a obtenu un doctorat d’études classiques à l’Université de Californie (Berkeley) en 2016, et a publié des articles sur le roman antique, les relations d’empathie kinesthésique entre le chœur et les spectateurs dans la pensée grecque, le genre et la poésie lyrique, et l’iconographie vasculaire. Ses recherches actuelles portent principalement sur la danse soliste en tant que trope littéraire et pratique culturelle dans la Grèce antique. solsen@amherst.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page