Navigation – Plan du site
Dossier

La construction genrée des émotions dans les mondes grec et romain

The gendered construction of emotions in Ancient Greece and Rome
Jean-Noël Allard et Pascal Montlahuc
p. 23-43

Résumés

L’article discute l’hypothèse selon laquelle les Anciens percevaient certaines émotions comme typiquement « féminines » ou « masculines », afin de restituer à la fabrication conjointe du genre et des émotions son épaisseur chronologique, de la Grèce archaïque à la Rome impériale. L’étude attire l’attention sur les comportements sociaux face à l’émotion, sur l’importance de la vie en cité et sur l’impact du discours des orateurs antiques dans la (dé)construction de la dimension genrée des émotions.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Émotions « masculines », émotions « féminines »
(Dé)constructions d’un régime genré des émotions
Un régime genré de l’émotion
Émotions, femmes et hommes dans la cité
Orateurs antiques, émotions et (dé)constructions genrées

Aperçu du texte

Pour que tu saches qu’il n’est pas naturel d’être brisé par le chagrin, sache que le deuil blesse les femmes plus que les hommes, les barbares plus que les hommes doux et instruits, les ignorants plus que les personnes cultivées.

L’étude des liens entre émotions et constructions de genre dans les sociétés grecque et romaine oblige à croiser deux problématiques qui, prises isolément, suscitent depuis plusieurs décennies déjà, dans des proportions diverses, l’intérêt des historien.ne.s de l’Antiquité. Toutefois, à la différence d’autres disciplines et à l’exception d’un ouvrage collectif de 2011 et de contributions centrées sur une émotion en particulier (au sein desquelles la tristesse occupe une place de choix), les antiquisant.e.s ont rarement proposé de bilan synthétique des rapports entre genre et émotions. Il faut d’emblée préciser que l’émotion constitue une catégorie dont les contours demeurent difficiles à dessiner définitivement dans la mesure où ils sont variables, notamment...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Allard et Pascal Montlahuc, « La construction genrée des émotions dans les mondes grec et romain », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, 47 | 2018, 23-43.

Référence électronique

Jean-Noël Allard et Pascal Montlahuc, « La construction genrée des émotions dans les mondes grec et romain », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 01 août 2021, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/13967 ; DOI : 10.4000/clio.13967

Haut de page

Auteurs

Jean-Noël Allard

Jean-Noël Allard agrégé d’Histoire, est docteur en Histoire Grecque de l’Université Panthéon Sorbonne (Paris I) et membre associé du laboratoire ANHIMA (UMR 8210). Son ouvrage, La Cité du rire. La Dérision et la politique à Athènes à l’époque classique, est en cours de publication. jeannoallard@yahoo.fr

Articles du même auteur

Pascal Montlahuc

Pascal Montlahuc, agrégé d’Histoire et docteur en Histoire Romaine de l’Université Paris Diderot (Paris 7), est membre de l’École française de Rome et membre associé au laboratoire ANHIMA (UMR 8210). Il est l’auteur de Le pouvoir des bons mots : « faire rire » et politique à Rome du milieu du iiie siècle a.c. jusqu’à l’avènement des Antonins, sous presse (Rome ; BEFAR). pascal.montlahuc@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page