Navigation – Plan du site
Dossier

Les émotions des puritains sont-elles genrées ? (Nouvelle-Angleterre, milieu xviie siècle)

Were Puritan emotions gendered? (New England, mid-1600s)
Barbara H. Rosenwein
Traduction de Paula Barros
p. 67-91

Résumés

Si les historiens ont étudié les émotions des premiers groupes protestants, dont les puritains, ils ne se sont pas demandé s’il pouvait y avoir des différences dans les émotions exprimées et ressenties par les hommes et les femmes appartenant à des congrégations puritaines. Cet article analyse une série de confessions consignées dans les années 1648-1649 par Thomas Shepard, qui était à la tête de l’église puritaine de Cambridge, dans le Massachusetts. Trois approches différentes sont utilisées. La première étudie les « émotions basiques », la seconde examine les émotions telles que les puritains les envisageaient eux-mêmes et la troisième s’intéresse aux émotions dans le contexte de la « pratique », c’est-à-dire dans le cadre de comportements habituels. L’article démontre qu’il y avait bel et bien des différences de genre dans la vie émotionnelle de ces femmes et de ces hommes de Cambridge.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Paula Barros

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La congrégation de Thomas Shepard, 1648-1649
Les « émotions basiques » et leurs limites
Le langage du cœur
Les émotions de la pratique
La représentativité de ces expériences

Aperçu du texte

Il y a quelques années, la notion même d’émotion protestante aurait été considérée comme un oxymore. Selon la thèse influente du « processus de civilisation » de Norbert Elias, les émotions étaient fortement réprimées à l’époque moderne. Bien qu’Elias n’ait pas abordé les émotions à proprement parler, les historiennes et les historiens du protestantisme reprirent ses idées dans leurs travaux sur le contrôle social et la confessionnalisation à l’ère de la première modernité, affirmant que les contrôles institutionnels visant à réguler le comportement avaient pour effet de contenir l’impulsivité et l’expression émotionnelle.

L’historiographie récente a reconsidéré ce constat. Susan Karant-Nunn a trouvé des émotions dans le luthéranisme allemand et Alec Ryrie en a découvert dans le protestantisme anglais. Contrairement aux autres formes de protestantisme, cependant, le puritanisme de part et d’autre de l’Atlantique s’est depuis longtemps vu reconnaître une dimension émotionnelle. Un ouv...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara H. Rosenwein, « Les émotions des puritains sont-elles genrées ? (Nouvelle-Angleterre, milieu xviie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, 47 | 2018, 67-91.

Référence électronique

Barbara H. Rosenwein, « Les émotions des puritains sont-elles genrées ? (Nouvelle-Angleterre, milieu xviie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 01 août 2021, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/14043 ; DOI : 10.4000/clio.14043

Haut de page

Auteur

Barbara H. Rosenwein

Barbara H. Rosenwein est professeure émérite à l’Université Loyola de Chicago et spécialiste du Moyen Âge et de l’histoire des émotions. Elle a publié Emotional Communities in the Early Middle Ages (Cornell, 2006) et Generations of Feeling: A History of Emotions, 600-1700 (CUP, 2015), traduit en italien sous le titre Generazioni di sentimenti. Una storia delle emozioni, 600-1700 (éd. et tr. Riccardo Cristiani, Viella, 2016). Elle a écrit What is the History of Emotions ? (à paraître chez Polity Press, 2018) en collaboration avec Riccardo Cristiani. Un autre volume, écrit en collaboration avec Elina Gertsman et intitulé The Middle Ages in 50 Objects, est sous presse (à paraître chez CUP). Son prochain livre s’intitulera Anger et paraîtra dans la collection de Yale University Press sur les vices et les vertus. brosenw@gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page