Navigation – Plan du site
Dossier

L’amour de la patrie a-t-il un genre ? Les émotions révolutionnaires mal partagées de 1790 à 1795

Does love of one’s country have a gender? The uneven distribution of revolutionary emotions in France, 1790 to 1795
Sophie Wahnich
p. 93-116

Résumés

Face aux nouveaux désirs des femmes, le rappel à l’ordre par les hommes au pouvoir a été constant. Les femmes sont vite sommées de rester à leur place d’épouses, de mères de famille et de maintenir leur supposé penchant de douceur pour qu’il agisse au foyer. Au mieux, elles doivent transmettre l’amour de la patrie à leurs enfants, le goût de l’héroïsme à leurs fils. La pensée, puis l’expérience d’un brouillage des affects et des places produisent l’affolement des hommes. Pour que les guerrières et les furies ne surgissent plus il est attendu des hommes qu’ils soient capables de retenir les pulsions féminines, de les lier entre elles afin de maintenir ladite douceur. C’est pourquoi les émotions ont un genre ou peuvent faire mauvais genre, symptômes de l’attente politique différenciée à l’égard des hommes et des femmes, des riches et des pauvres, des lettré.e.s et des peu lettré.e.s, symptômes également de la dissonance entre la prescription, la revendication et le vécu émotionnel pour chacun et chacune dans un contexte où tous les possible se sont ouverts. 

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Prescrire : des rôles propres à la sensibilité des femmes et des hommes
Usages de la mixité
Émotions civiques privées pour les unes,émotions publiques citoyennes pour les autres
Troubler le genre : ne plus rester en place
Faire entrer la douceur dans les mœurs politiques
1792 : l’ardeur de la vie patriotique
Les citoyennes du peuple de Lyon
Désirs à contrôler, apprivoiser ou dompter
La fabrique des honnêtes femmes
Saint-Just, un nouveau souci des hommes pour les femmes ?

Aperçu du texte

La Révolution française a été le lieu de l’invention de nouveaux rôles et de nouvelles places pour les hommes et pour les femmes. Dans ce contexte, les émotions ont un genre ou peuvent faire mauvais genre, symptômes de l’attente politique différenciée à l’égard des hommes et des femmes, des riches et des pauvres, des lettré.e.s et des peu lettré.e.s, symptômes également de la dissonance entre la prescription, la revendication et le vécu émotionnel pour chacun et chacune. Loin de constituer un bloc, dès lors notamment que l’on réfléchit en termes de genre ou de classe, les émotions révolutionnaires dans leur économie doivent aussi être différenciées selon les aléas et les discontinuités de la période. La Révolution tour-à-tour invente et bride de nouveaux possibles émotionnels.

En effet, comme le mot d’ordre général est un retour à la nature après des siècles de corruption historique, le discours sur les émotions, les sensibilités, les sentiments, est à la fois un discours sur la nat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Wahnich, « L’amour de la patrie a-t-il un genre ? Les émotions révolutionnaires mal partagées de 1790 à 1795 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, 47 | 2018, 93-116.

Référence électronique

Sophie Wahnich, « L’amour de la patrie a-t-il un genre ? Les émotions révolutionnaires mal partagées de 1790 à 1795 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 01 août 2021, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/14089 ; DOI : 10.4000/clio.14089

Haut de page

Auteur

Sophie Wahnich

Sophie Wahnich est directrice de recherche au CNRS en sciences politiques, elle est spécialiste de la période révolutionnaire et travaille sur ce que « les émotions » comme nouvel élément du questionnaire historien font à ce champ de savoirs. A cet égard elle a notamment publié La liberté ou la mort, essai sur la terreur et le terrorisme, Paris La Fabrique, 2003, La longue patience du peuple, 1792 naissance de la République, Paris, Payot, 2008, Les émotions la Révolution française et le présent, Paris, éditions du CNRS, 2009 et La Révolution française n'est pas un mythe, Paris, Klincsiek, 2017. sophie.wahnich@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page