Navigation – Plan du site
Dossier

Écrire ses émotions. Le lien conjugal dans la Grande Guerre

Writing down one's emotions. The conjugal relationships of French couples during the First World War
Clémentine Vidal-Naquet
p. 117-137

Résumés

Pendant la Grande Guerre, les millions de lettres échangées entre les soldats mobilisés et leurs conjointes permettent d’observer les rapports conjugaux qui se recomposent, se nouent ou se dénouent alors. Elles constituent des sources précieuses pour étudier la place des émotions dans la fabrication de nouvelles relations à distance. Cet article interroge le genre des émotions déployées dans les relations conjugales à distance, et suit trois objectifs : questionner la façon dont s’expriment et se décrivent, en commun ou différemment, les émotions masculines et féminines ; mesurer de quelle façon le conflit, épreuve sentimentale pour les couples séparés, trouble l’expression des émotions ou les réinvente ; comprendre enfin de quelle façon les émotions – exprimées ou tues dans l’interaction épistolaire – jouent un rôle dans le ré-assignement des rôles sexués imposés dès le début du conflit.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Des expressions émotionnelles sous contrainte
Des écritures sous influence
Un soi épistolaire désirable
À l’ombre de la guerre et de la mort
Situations genrées, émotions situées
Larmes masculines, courage féminin ?
Le poids émotionnel de la lettre
Vers une individualisation des émotions
L’éducation sentimentale
Des émotions diversifiées

Aperçu du texte

Pendant la Grande Guerre, la mobilisation massive des hommes a, sur la correspondance, un double effet : elle provoque une inflation inédite du nombre de lettres échangées et elle démocratise l’écriture épistolaire. Hommes, femmes, enfants, issus de tous les milieux sociaux, prennent la plume, le temps du conflit, et tentent par ce biais de maintenir les liens affectifs fragilisés par la séparation et menacés par la mort probable.

En France, le nombre moyen de lettres envoyées par jour sur toute la durée de la guerre donne la mesure de la généralisation de cette pratique, nouvelle dans son extension sociale : ce sont quotidiennement 3 à 4 millions de lettres qui transitent de l’arrière vers le front, et 1,8 million de missives qui sont envoyées par les mobilisés à leurs proches. Adressées aux différents membres de la famille, aux administrations, aux camarades sur d’autres fronts, 10 milliards de lettres ont circulé en France pendant le conflit. Celles échangées entre conjoints const...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémentine Vidal-Naquet, « Écrire ses émotions. Le lien conjugal dans la Grande Guerre », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, 47 | 2018, 117-137.

Référence électronique

Clémentine Vidal-Naquet, « Écrire ses émotions. Le lien conjugal dans la Grande Guerre », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 01 août 2021, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/14095 ; DOI : 10.4000/clio.14095

Haut de page

Auteur

Clémentine Vidal-Naquet

Clémentine Vidal-Naquet est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Picardie Jules Vernes (ESPE), membre du Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits (CHSSC) d’Amiens. Ses travaux portent sur l’histoire de l’intime et des sensibilités. Elle a publié Couples dans la Grande Guerre. Le tragique et l’ordinaire du lien conjugal, Paris, Belles Lettres, 2014 et Correspondances conjugales. 1914-1918. Dans l’intimité de la Grande Guerre, Paris, Éditions Robert Laffont, collection Bouquins, 2014. Elle a co-fondé et est membre du comité de rédaction de la revue Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales (éditions Anamosa). clementine.vidalnaquet@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page