Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Mourir d’amour au féminin dans la littérature arabe médiévale

Dying for love in Medieval Arabic literature: was there a feminine way of expressing emotion?
Monica Balda-Tillier
p. 139-154

Résumés

Dans la littérature arabe médiévale, il existe une façon spécifique de mourir à cause d’une passion amoureuse, liée à la conception d’un amour chaste qui possède ses propres valeurs et qui ne peut s’exprimer que dans les limites de ses propres règles. Le présent article étudie les vers récités par les amants avant d’exhaler leur dernier souffle contenus dans une vingtaine de notices d’al-Wāi al-mubīn fī ikr man ustušhida min al-muibbīn (ou Précis des martyrs de l’amour) de Mughulṭāy (m. 1361). En analysant les situations dans lesquelles ces vers sont prononcés, nous avons essayé de comprendre s’il existe (ou non) une manière spécifique, déclinée au féminin, d’exprimer son émotion avant de mourir.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Pleurer sur la tombe de l’aimé(e)
Le poids des conventions sociales

Aperçu du texte

Les histoires tragiques d’amants malheureux que la passion mène à la mort sont présentes dans nombre de traditions littéraires, avec des éléments communs, mais aussi des caractéristiques particulières à chaque culture. Dans la littérature arabe médiévale, il existe une façon spécifique de mourir à cause d’une passion amoureuse, liée à la conception d’un amour chaste qui possède ses propres valeurs et qui ne peut s’exprimer que dans les limites de ses propres règles. Elle a donné naissance à un « genre élégiaque de poésie amoureuse […], exprimant un désir passionné pour une bien-aimée hors d’atteinte, ainsi que chasteté et fidélité jusqu’à la mort ». Bien que le chant de cette passion chaste trouve ses racines dans le milieu bédouin de la péninsule arabique préislamique, l’affirmation en tant que genre poétique à part entière du ghazal ʻudhrite se réalise à l’époque omeyyade (661-750).

La composition et récitation de cette poésie représente un plaisir élitiste d’hommes lettrés gravit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monica Balda-Tillier, « Mourir d’amour au féminin dans la littérature arabe médiévale », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, 47 | 2018, 139-154.

Référence électronique

Monica Balda-Tillier, « Mourir d’amour au féminin dans la littérature arabe médiévale », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 01 août 2021, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/14181 ; DOI : 10.4000/clio.14181

Haut de page

Auteur

Monica Balda-Tillier

Monica Balda-Tillier est maîtresse de conférences à l’université Grenoble-Alpes et rattachée, au sein de cette même université, au centre de recherche ILCEA4 – CREO ainsi que chercheuse associée à l’IFAO (Le Caire). Ses recherches concernent l’amour « courtois » dans la littérature arabe classique et, plus généralement, le rôle des émotions dans les écrits en langue arabe à l’époque médiévale. Elle a codirigé ( avec A. Talib) Arabic Literature, 1200–1800 : A New Orientation, Annales Islamologiques, 49, 2015 et écrit « Hommes, femmes, parfums et puanteurs dans quelques textes littéraires arabes des IVe/Xe-Ve/XIe siècles », Bulletins d’Etudes Orientales, Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale, Julie Bonnéric (dir.), Presse de l’Ifpo, Tome LXIV, 2015, p. 249-264. monica.balda-tillier@univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page