Navigation – Plan du site
Documents

Les parents égarés et l’enfant mort. Les émotions paternelles et maternelles au début du xiiie siècle

Parents distraught by the death of a child. Paternal and maternal emotions in the early thirteenth century
Didier Lett
p. 183-197

Résumés

Le document commenté est un récit de miracle (attribué à Wulfstan) recueilli vers 1240 qui relate les réactions paternelles et maternelles à la mort d’un enfant de trois ans vers 1220 à Worcester. Il dévoile des expressions d’émotions considérées davantage comme masculines et d’autres, davantage féminines. Mais la douleur et la souffrance qui se manifestent par des larmes, des lamentations et des cris, sont largement partagées par les deux parents, même si le père tente de dissimuler davantage et de consoler son épouse. Les voisins pleurent aussi abondamment par compassion. La douleur est telle que père et mère finissent « comme fou », une furie parentale qui crée un trouble dans les émotions et une confusion de genre car l’égarement virilise la mère et féminise le père.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Émotions féminines ambivalentes : entre le bonheur d’une épouse et la douleur d’une mère
La vaine tentative masculine de dissimulation
À la mort de l’enfant : des larmes, des lamentations et des cris
Les larmes de compassion et la « raison » des voisins
Un égarement qui démasculinise le père et virilise la mère

Aperçu du texte

En 1220-1221, Philippe Auguste mène des actions guerrières dans le royaume d’Angleterre contre le très jeune roi Henri III (monté sur le trône en 1216, à l’âge de neuf ans). Hugues de Petton, un jeune homme (juvenis) aux moyens de subsistance limités (mediocris substantie) mais appartenant tout de même à la curia regis, participe à la défense du royaume. Pour assurer la sécurité d’Emma, son épouse, et de son fils unique, Jean, âgé de trois ans, il les envoie à Worcester. Au bout de huit jours, Jean tombe gravement malade. Hugues, averti de l’agonie de son fils, toutes affaires cessantes, quitte la cour du roi pour rejoindre sa femme et son enfant. Dans cet extrait, issu des récits de miracles de Wulfstan, compilés vers 1240, l’hagiographe décrit la scène des retrouvailles, la douleur et les troubles corporels et psychiques affectant les parents lorsque l’enfant décède. Les deux personnages qui expriment ces émotions, au sein desquelles le pathos tient une large place, sont un homme ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Lett, « Les parents égarés et l’enfant mort. Les émotions paternelles et maternelles au début du xiiie siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, 47 | 2018, 183-197.

Référence électronique

Didier Lett, « Les parents égarés et l’enfant mort. Les émotions paternelles et maternelles au début du xiiie siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 01 août 2021, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/14292 ; DOI : 10.4000/clio.14292

Haut de page

Auteur

Didier Lett

Didier Lett est professeur d’Histoire médiévale à l’Université Paris Diderot (Paris 7) et membre du comité de rédaction de Clio. Femmes, Genre, Histoire (a codirigé le numéro 34/2011, Liens familiaux). Spécialiste de l’enfance, la famille, la parenté et le genre et des sociétés italiennes de la fin du Moyen Âge, il a publié, entre autres, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre XIIe-XVe siècle, Paris, Armand Colin (Collection Cursus), 2013 ; Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale. Nicolas de Tolentino, 1325, Paris, PUF, 2008 ; L’Enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Aubier, 1997 et « Famille et relations émotionnelles (XIIe-XVe siècle) » dans Histoire des émotions, tome 1, De l’Antiquité aux Lumières, Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), Paris, Le Seuil, 2016, p. 181-203. didier.lett@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page