Navigation – Plan du site
Varia

Sorties sous contrôle : les femmes bourgeoises dans l’espace urbain du Saint-Empire romain germanique (xvie-xviie siècle)

Leaving home in an age of social control: well-to-do women and urban space in the Germanic Holy Roman Empire (sixteenth and seventeenth centuries)
Stéphanie Chapuis-Després
p. 199-228

Résumés

Cet article explore comment les femmes de la bourgeoisie occupaient l’espace urbain au début de l’époque moderne entre négociations et circulations à partir de sources normatives et de documents du for privé. Aux xvie et xviie siècles, le contrôle social exercé sur les femmes se durcit. Leur circulation dans l’espace urbain est ainsi l’objet d’une codification précise attribuant aux femmes l’espace domestique, rêvé comme un lieu de vertu, de travail et de protection, en réalité un lieu de circulation et d’échanges, tandis que l’espace public est de plus en plus considéré comme masculin. Bien que les femmes soient sous l’observation stricte des théologiens, des pasteurs et des autorités publiques, certaines ont su s’adapter de ces limitations, et ont pu faire de longs voyages par nécessité, ce qui démontre l’écart entre les normes, et les pratiques au quotidien.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Lieux d’habitation, lieux d’interactions contrôlées
Le foyer, fantasme d’un espace clos
Le veuvage hors du monde ?
Maisons amies, espaces ouverts surveillés
Lieux de sociabilité urbaine codifiée
Lieux de culte
Place publiques et réjouissances populaires
Rues et ruelles
Au-delà des limites de la ville : être une femme voyageuse

Aperçu du texte

Aux xvie et xviie siècles, les théologiens catholiques et protestants, les pasteurs et les prêtres de l’aire germanique affirment que les femmes ne devraient pas s’éloigner de leur domicile. Cela s’inscrit dans une volonté de « domestication » au sens propre puisqu’il s’agit de circonscrire l’espace qu’elles occupent à la maison (domus) et s’accompagne d’une valorisation du rôle de l’épouse au sein du foyer par les tenants de la Réforme luthérienne ainsi que, chez les défenseurs de la foi catholique, d’une forme de clôture intra-mondaine, à savoir une forme d’isolement sur le modèle monacal hors du couvent et pratiqué par des laïcs. Les recherches historiques récentes montrent que dans les pratiques, contrairement à ce que préconisent les discours normatifs évoqués, les femmes circulent partout dans la ville, notamment dès qu’il s’agit des couches sociales intermédiaires ou inférieures, comme les servantes ou les mendiantes. Il existe également des femmes voyageuses, nobles et bourg...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Chapuis-Després, « Sorties sous contrôle : les femmes bourgeoises dans l’espace urbain du Saint-Empire romain germanique (xvie-xviie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, 47 | 2018, 199-228.

Référence électronique

Stéphanie Chapuis-Després, « Sorties sous contrôle : les femmes bourgeoises dans l’espace urbain du Saint-Empire romain germanique (xvie-xviie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 01 août 2021, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/14344 ; DOI : 10.4000/clio.14344

Haut de page

Auteur

Stéphanie Chapuis-Després

Stéphanie Chapuis-Després est PRAG en Allemand LEA à l’Université Savoie Mont Blanc, membre du LLSETI et docteure en études germaniques. Ses travaux portent sur les études de genre dans le Saint Empire romain germanique. Elle est l’auteure de la thèse Femmes et féminité dans la société allemande (XVIe-XVIIe siècles). Normes pratiques et représentations (dirigée par MT Mourey et W. Behringer, soutenue en 2014) et du carnet de recherche et de vulgarisation « Prendre corps. Genre, identités et représentations ». http://corpsgir.hypotheses.org. Elle a dirigé les actes de colloque Corps et représentations : une liaison dangereuse, en 2014 avec Mathieu Gonot et Cécile Codet et a écrit plus récemment les articles suivants : « Entre affection et brutalité : regards sur l’amour parental et l’éducation à l’époque moderne dans le Saint-Empire romain germanique », in : Marta Alvarez, Ida Hekmat, Sabine Lauret (éd.), L’amour. Création et Société, Actes du Colloque du C.R.I.T., Besançon, Michel Houdiard, Paris 2017, 174-186 et « le genre en gynécologie et obstétrique. Médecins et sages-femmes dans le Saint-Empire romain germanique », Transtext(e)s Transcultures. Journal of Global Cultural Studies 11 (2016). stephanie.chapuis-despres@univ-savoie.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page