Navigation – Plan du site
Varia

L’armée rend-elle viril ? Réflexions sur le « modèle militaro-viril » à la fin du xixe siècle

Could the army make soldiers virile? Some reflections on the “military-virile model” in late nineteenth-century France
Mathieu Marly
p. 229-247

Résumés

À la fin du xixe siècle, l’armée française se présente comme la grande école censée transmettre aux conscrits les valeurs du « modèle militaro-viril ». Mais les soldats ont-ils toujours retenu cette « leçon de virilité » ? Poser la question revient à s’interroger sur les réceptions différenciées de ce modèle en s’inspirant de quelques principes méthodologiques posés par les gender studies. Car avant d’être une représentation valorisée de masculinité, le modèle militaro-viril est une catégorie de genre dont l’usage s’inscrit dans un rapport de force, qu’il s’agisse de justifier l’obéissance militaire, la domination masculine, raciale ou sociale. Ce modèle ne peut donc être considéré comme une représentation uniforme transmise à l’ensemble du contingent mais bien comme le produit toujours singulier d’une relation de pouvoir visant à naturaliser certains effets de domination et à susciter un désir d’identification.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La définition institutionnelle du modèle militaro-viril au xixe siècle : sacrifice et auto-contention 
Le modèle militaro-viril au xixe siècle : instrument de domination masculine, raciale et sociale
Performances masculines sous l’uniforme 
Performance (1) : « un coup de pied dans le derrière » ou la brutalité des sous-officiers
Performance (2) : poser en uniforme
Performance (3) : le regard d’une petite fille

Aperçu du texte

« Bon pour le service, bon pour les filles » : par cette expression devenue un lieu commun, l’armée française se présente à la fin du xixe siècle comme la grande école de la virilité. Cette prétention à incarner un modèle hégémonique de masculinité s’appuie sur la représentation d’un « modèle militaro-viril » – variante militaire d’une virilité triomphante dans la société française du xixe siècle – parachevée par l’imposition du service militaire obligatoire à partir de 1872. Désormais, tous les jeunes Français doivent, en théorie, accomplir un temps de service au sein d’une institution qui incarne une forme valorisée de masculinité depuis les guerres révolutionnaires et impériales. De cette configuration particulière associant une représentation valorisée de la masculinité à une contrainte institutionnelle – le service militaire – on pourrait conclure à une très large diffusion et pénétration du modèle militaro-viril parmi les jeunes Français passés par la caserne. Cette conclusion...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Marly, « L’armée rend-elle viril ? Réflexions sur le « modèle militaro-viril » à la fin du xixe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, 47 | 2018, 229-247.

Référence électronique

Mathieu Marly, « L’armée rend-elle viril ? Réflexions sur le « modèle militaro-viril » à la fin du xixe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 01 août 2021, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/clio/14557 ; DOI : 10.4000/clio.14557

Haut de page

Auteur

Mathieu Marly

Mathieu Marly est professeur agrégé d’histoire au Lycée Guy de Maupassant, Colombes (92) et docteur en histoire contemporaine. Ses axes de recherche portent sur l’histoire sociale et culturelle de l’institution militaire au XIXe siècle ; les espaces clos et institutions disciplinaires ; genre et masculinités au XIXe siècle et l’histoire quantitative. Il a publié « Être ou ne pas être un ancien soldat de l’Empire ? Un processus identitaire dans les campagnes de Haute-Bretagne au XIXe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 118/2, 2011, p. 103-116 ; « Les voix de la légende. Réflexions sur la parole des anciens soldats de Napoléon dans les campagnes françaises du XIXe siècle », Romantisme, 160, 2013/2 ; avec Stéphane Lembré, « À l'école du régiment. Instruction, culture scolaire et promotion dans les rangs de l'armée française au XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 48, 2014/1, p. 145-164 ; « L’élaboration collective de la tactique militaire en temps de paix. L’armée française face à la “décentralisation du commandement” (1870-1914) », colloque international Dune guerre à l’autre : que reste-t-il de 1870-1871 en 1914 ? Relations internationales, armées et sociétés (27-29 mars 2014), Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion ; « L’armée a-t-elle peur des femmes ? », La condition féminine au miroir des armées européennes en Europe au XIXe siècle, 12e colloque du comité franco-allemand des historiens (23-25 octobre 2014), Sciences Po Grenoble, à paraître. mathieumarly@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page