Navigation – Plan du site
Dossier

Eleni Iliadis (1895-1975). Une artiste grecque ottomane dans l’Istanbul fin-de-siècle

Eleni Iliadis (1895-1975). An Ottoman Greek woman painter in end-of-Empire Istanbul
Gizem Tongo
Traduction de Alia Corm
p. 43-67

Résumés

Cet article retrace le succès précoce d’une artiste grecque ottomane, Eleni Iliadis, dans le monde artistique d’Istanbul pendant la Première Guerre mondiale et son éviction de l’histoire de l’art turque après la fondation de la République en 1923. En s’inspirant des nouvelles approches féministes de l’histoire de l’art, cet article rend visible l’histoire cachée d’Iliadis : son éducation artistique à Munich, les expositions auxquelles elle participe, les récompenses et le patronage de l’État qu’elle reçoit pendant la guerre à Istanbul, en particulier pour sa peinture récemment redécouverte, Le Joueur de Guitare. J’examine les politiques genrées d’éducation artistique, de production et de réception dans le monde de l’art des débuts des années 1920 et analyse en quoi l’identité d’Iliadis en tant qu’artiste femme et non-musulmane a représenté un défi pour la nouvelle histoire nationale de l’art turque, dominée par les hommes, qui l’a finalement éradiquée de la mémoire culturelle.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Alia Corm

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

« Le patrimoine caché » des femmes : histoires de l’art féministe et révisionniste
« Pour qu’une dame vive seule » : formation artistique à Munich
La guerre, les femmes et l’émancipation, 1914-1918
Se souvenir d’Eleni

Aperçu du texte

En août 1916, un jury d’exposition d’art d’Istanbul attribue une médaille à Eleni Iliadis, femme artiste de vingt et un an. Née à Istanbul dans une famille grecque ottomane, Iliadis entreprend ses études artistiques à Munich ; elle est l’unique femme médaillée de l’exposition, la plus jeune et la seule non-musulmane. Pendant la Première Guerre mondiale, Iliadis est une étoile montante du monde de l’art d’Istanbul. Pendant la guerre, plusieurs de ses œuvres sont accrochées dans deux expositions collectives en 1916 et 1917. Un de ses tableaux est acheté pour une collection publique et elle organise également une courte exposition personnelle en 1918. Pourtant, son triomphe dans le monde de l’art ottoman décline rapidement avec le début de la guerre gréco-turque (1919-1922). En 1923, suite à l’échange de population obligatoire signé entre la Grèce et la République de Turquie nouvellement établie, Iliadis doit quitter sa ville natale pour s’installer à Athènes où elle vit et travaille j...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gizem Tongo, « Eleni Iliadis (1895-1975). Une artiste grecque ottomane dans l’Istanbul fin-de-siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 48 | 2018, 48 | 2018, 43-67.

Référence électronique

Gizem Tongo, « Eleni Iliadis (1895-1975). Une artiste grecque ottomane dans l’Istanbul fin-de-siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/clio/14854 ; DOI : 10.4000/clio.14854

Haut de page

Auteur

Gizem Tongo

Gizem Tongo bénéficie d’une bourse post-doctorale au British Institute à Ankara. Sa thèse en « Oriental Studies » a été préparée à l’Université d’Oxford, St John’s College, où elle avait le statut de Lord Dulverton Scholar, puis celui de Barakat Postdoctoral Fellow au centre de recherche Khalili à Oxford pour l’art et la culture matérielle du Moyen-Orient. Sa thèse, soutenue en 2018, porte sur l’art ottoman pendant la Première Guerre mondiale. Ses dernières publications sont : « Artist and Revolutionary : Panos Terlemezian as an Ottoman Armenian Painter », Études arméniennes contemporaines (2015) et « Between Memory and History : Remembering Johnnies, Mehmets, and the Armenians » (co-écrit avec Jenny Macleod) dans Beyond Gallipoli : New Perspectives on Anzac (Monash University Publishing, 2016). gizemtongo@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page