Navigation – Plan du site
Dossier

La « question des femmes » durant la période grecque de transition (post)-ottomane

The “Woman Question” in the Greek (post)-ottoman transition period
Haris Exertzoglou
Traduction de Nicole Albert
p. 69-90

Résumés

L’article aborde la construction de la « question des femmes » au sein des espaces socio-culturels interconnectés du Royaume grec et des communautés grecques ottomanes. Le contexte est celui de la transition (post)-ottomane, la destruction des structures impériales et la montée de l’État-nation. Durant cette période, de nouvelles divisions sociales et culturelles s’affirment, notamment celle entre public et privé. Les discours nationalistes grecs construisent une représentation des femmes dans la sphère publique qui insiste sur leur contribution aux objectifs et stratégies nationales. Ces discours laissent cependant une marge de manœuvre aux femmes. L’article montre l’émergence de nouvelles formes d’engagement dans l’éducation, la philanthropie et le monde littéraire où femmes écrivaines, journalistes et militantes interviennent directement. Leurs écrits dans les magazines féminins ont un impact auprès du public féminin lettré.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Nicole Albert

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Les revues, les éditeurs et l’émergence d’un lectorat féminin
Formuler la « question des femmes »
Visibilité publique des femmes et remise en question de la division privé/public
Fustiger le luxe et revendiquer un « juste milieu »
Au service de la nation grecque

Aperçu du texte

La transition post-ottomane a été un processus long, irrégulier et complexe. Il a englobé l’affaiblissement progressif de l’État ottoman dont les efforts de modernisation ont échoué à contrecarrer les dynamiques centrifuges de la montée des états-nations chrétiens et de l’intervention des puissances européennes. En moins d’un siècle, l’État impérial ottoman s’est complètement effondré pour laisser place à plusieurs États nationaux, dont la République turque. On ne peut appréhender cette transition uniquement en termes politiques ; elle coïncide avec d’autres changements de vaste ampleur, tels que l’influence grandissante des marchés monétaires européens, le développement de l’agriculture commerciale, de nouveaux modes de consommation et l’émergence de nouvelles couches sociales, en particulier les classes moyennes non-musulmanes – et dans une moindre mesure musulmanes. Par conséquent, la transition se caractérise par une opposition entre, d’un côté, une structure politique impériale...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Haris Exertzoglou, « La « question des femmes » durant la période grecque de transition (post)-ottomane », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 48 | 2018, 48 | 2018, 69-90.

Référence électronique

Haris Exertzoglou, « La « question des femmes » durant la période grecque de transition (post)-ottomane », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/clio/14902 ; DOI : 10.4000/clio.14902

Haut de page

Auteur

Haris Exertzoglou

Haris Exertzoglou a étudié l’économie et l’histoire à Athènes et à Londres. Il est professeur d’histoire culturelle et sociale dans le département d’anthropologie sociale et d’histoire de l’Université d’Aegean. Il a beaucoup écrit sur l’histoire de l’Empire ottoman tardif et sur les communautés grecques orthodoxes en particulier. Parmi ses publications on trouve : The Lost Homelands Beyond Nostalgia. A Socio-cultural history of the Greek Orthodox in the Ottoman Empire (1850-1910) [en grec], Athens, Nefeli, 2010 and Ex Occidente Lux? Hellenization and Orientalism in the Ottoman Empire, nineteenth to early twentieth centuries [en grec], Athens, Eikostos Protos, 2015. Il travaille actuellement à un livre sur l’histoire publique, la mémoire culturelle et les usages du passé. harexe@sa.aegean.gr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page