Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48DossierQuel féminisme sera le nôtre ? Re...

Dossier

Quel féminisme sera le nôtre ? Repenser l’engagement des femmes dans l’Albanie post-ottomane

“Which feminism will be ours?” The women’s movement in post-ottoman interwar Albania
Nevila Pahumi
Traduction de Geneviève Knibiehler
p. 133-152

Résumés

L’article reconsidère le mouvement des femmes en Albanie dans l’entre-deux-guerres en partant de ses racines ottomanes et en l’examinant à travers la presse féministe de l’époque. En prenant en compte l’ensemble des activités des militantes protestantes formées par les Américains, les bureaucrates post-ottomans et les féministes de la région, j’interprète le mouvement des femmes comme un aspect de la modernité ottomane tardive et comme une initiative marquée par des circulations globales qui ont eu un impact dans la construction de la nation dans l’entre-deux-guerres. En commençant par une synthèse des activités des protestants dans la période tardive ottomane, l’article interroge ensuite la relation entre la bureaucratie post-ottomane et le mouvement des femmes de l’entre-deux-guerres. Enfin, il se termine par l’étude du magazine familial Shqiptarja (La femme albanaise). Soutenu par l’État, le magazine montre l’émergence d’un féminisme local conscient des enjeux globaux. Le féminisme en Albanie dans ces années se révèle ainsi bien plus riche et complexe que dans les travaux nationalistes existant. L’Albanie apparaît comme un espace post-ottoman qui se modernise selon ses propres enjeux avec des féministes capables de s’approprier de manière sélective les messages venant de l’extérieur.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Geneviève Knibiehler

Texte intégral

  • 1 C’est en particulier le cas de Musaj 2002.

1L’engagement politique des femmes du monde albanophone émerge en 1908 dans la ville ottomane de Görice (Korçë), située sur l’actuelle frontière entre Grèce et Albanie, impulsé par les membres d’une mission protestante non-confessionnelle soutenue par les Américains. Leur association, Ylli i Mëngjezit [L’Étoile du matin], non seulement promeut l’enseignement de l’albanais, des arts ménagers et des soins maternels et infantiles, mais critique aussi la centralisation du pouvoir caractéristique de la fin de la période ottomane. Au cours des Guerres balkaniques et de la Première Guerre mondiale, le militantisme des femmes s’étend à d’autres villes, au nord et au sud, par le biais des secours et du soutien apportés aux combattants et aux réfugiés. C’est seulement au milieu des années 1920, cependant, qu’il prend une dimension nationale, au moment où l’Albanie consolide son indépendance politique. Les chercheurs locaux ont décrit l’activisme féminin, non sans raison, comme un phénomène de l’ère post-ottomane s’inspirant vaguement à la fois de l’Europe et de l’opposition au régime ottoman. Ce faisant, ces travaux universitaires ont servi principalement les intérêts idéologiques du nationalisme albanais, écartant la possibilité d’une analyse comparative et d’une évaluation pertinente de l’héritage ottoman1.

2En m’appuyant sur des textes féministes publiés entre 1921 et 1933, je montrerai au contraire que le militantisme des femmes dans l’Albanie de l’ère post-ottomane et de l’entre-deux-guerres est une démarche éclairée, consciente du contexte global et visant essentiellement à construire un modèle local de féminité qui ne soit pas un décalque de celui de l’Europe. De plus, en me concentrant sur certains aspects du militantisme féminin de l’entre-deux-guerres, propres à la fois aux féministes locales, aux militantes protestantes et aux bureaucrates formés sous le régime ottoman, j’entends démontrer que le mouvement des femmes porte l’empreinte de l’héritage ottoman.

3Pour défendre cette idée, je m’intéresserai principalement aux magazines féminins de cette période, en particulier à Shqiptarja [La femme albanaise, 1928-1933], revue parrainée par l’État, mais aussi à ses prédécesseurs régionaux de Shkodër, Vlorë et Korçë. Présentées comme des guides destinés à toute la famille, ces publications régionales sont de formidables exemples des premières tentatives féministes pour intégrer les femmes à la construction nationale. En dépit de la brièveté de leur existence, ces journaux – Grueja Shqyptare [La femme albanaise, 1921-1922] à Shkodër, Shpresa [Espoir national, 1921-1922] à Vlorë, et Mbleta [L’abeille, 1922-1923] à Korçë – témoignent des espoirs qu’a fait naître l’indépendance du pays. Malgré l’échec de la démocratie parlementaire en 1925, le mouvement des femmes profite des actions du monarque albanais Ahmet Zog dans l’entre-deux-guerres. Tout en instituant la censure, pour éliminer toute opposition et consolider son pouvoir, Zog prend conscience du fait que les réformatrices peuvent être des alliées précieuses. Certaines de ses réformes les plus importantes placent les femmes au centre du changement social. Les militantes les plus tenaces comme les réformateurs formés sous le régime ottoman saisissent l’opportunité ainsi offerte. Entre 1928 et l’apogée de la Grande Dépression, le magazine féminin Shqiptarja prend une envergure nationale, non seulement du fait de sa plus grande longévité mais aussi à cause du soutien indirect qu’il apporte aux réformes de Zog. Cependant, si elles ont gagné – sans l’aide de personne – le droit de s’exprimer, il ne s’agit pas pour les militantes albanaises de s’arrêter en si bon chemin.

  • 2 Hemming, Kera & Papa-Pandelejmoni, 2012 : 11.

4En 1920, l’Albanie est un pays dont la population, en majorité musulmane mais qui abrite des minorités catholiques et orthodoxes non négligeables, est essentiellement peuplée de paysans analphabètes2. Résolus à séculariser et moderniser cette « petite nation » d’un million d’habitants, les réformateurs sociaux accordent une importance considérable à l’éducation, qui doit permettre de relever tous les défis du pays, et donnent aux femmes une place de choix dans ce processus. Des idées de réformes concernent de nombreux domaines, mais ce sont des éducatrices chevronnées qui finiront par prendre les rênes. Cet article montre comment des voix féminines se font alors entendre, à commencer par celles de deux sœurs protestantes, Sevasti et Paraskevi Kyrias, dont le militantisme ouvre la voie aux autres femmes. On verra ensuite comment la bureaucratie albanaise post-ottomane réagit positivement aux actions des femmes, et enfin comment Shqiptarja élabore un féminisme local nourri d’idées venant de toute part.

Réseaux et influence protestante dans l’Albanie ottomane et post-ottomane

  • 3 Paraskevi Kyrias, « The women’s educational association hears of the forgotten race », The Mornin (...)

5Quand l’indépendance de l’Albanie est proclamée en 1912, les sœurs Kyrias sont toutes désignées pour prendre la tête d’un mouvement des femmes. Elles sont issues d’une école missionnaire protestante et sont aussi les premières Albanaises à avoir fait des études supérieures. À ce titre, elles possèdent les références indispensables à la légitimité des actions socio-culturelles et politiques qu’elles promeuvent. Elles ont créé en 1891 la toute première école (de filles) en langue locale et, fortes de cette expérience, sont devenues d’éminentes réformatrices de la langue albanaise. Contraintes de quitter Görice lors des guerres balkaniques (1912-1913), elles se rendent aux États-Unis, à Boston, où elles transportent leur militantisme culturel. Lors de ce séjour, elles se servent des expériences d’organisation communautaire des Albano-Américains pour militer pour l’indépendance de l’Albanie, dans le Midwest et au Canada, ainsi qu’à la Conférence de Versailles en 1918, durant laquelle elles font preuve d’une certaine audace. En effet, elles tentent alors de persuader l’auditoire que les Albanais méritent leur indépendance parce qu’ils ont réalisé l’égalité des sexes3.

  • 4 Dielli, « Refugjatë nga Dibra » [Les réfugiés de Dibra], 22, 1920, p. 4 ; « Nevoja për Arësim » [ (...)
  • 5 Paraskevi Kyrias a développé le même sujet dans son mémoire de maîtrise sur l’éducation à l’Oberl (...)

6Après la guerre, les sœurs Kyrias retournent en Albanie pour assurer la coordination des opérations de secours entreprises par différentes associations. Peu de temps après, elles ouvrent la première école de formation d’institutrices, l’Instituti Kyrias, à Tirana (capitale provisoire du pays), et créent une association de femmes, Gruaja Shqyptare4. Malgré le fait qu’elles sont au départ des enseignantes protestantes, les Kyrias établissent rarement des liens entre leur pratique religieuse et leur action militante. Elles défendent au contraire un système laïc d’éducation qui soit capable de combler le fossé entre les religions et les régions, en plaçant les femmes à l’avant-garde5.

  • 6 C’est ce que rappelle le portrait de Butrus Bustani, un Libanais protestant et militant nationali (...)
  • 7 Les familles qui ont survécu aux souffrances endurées sous le régime communiste ont tendance à so (...)

7Cette stratégie liée aux politiques laïques de l’Albanie de l’entre-deux-guerres a conduit les chercheurs albanais à les décrire comme des éducatrices nationalistes. Leur laïcisme est cependant représentatif des tendances nationalistes propres au militantisme d’influence protestante de la fin de l’ère ottomane6, et assez différent de l’image de « manipulatrices » nationalistes qu’ont voulu en donner leurs descendants7.Leur stratégie leur permet plutôt de devenir d’habiles médiatrices culturelles dont les idées cosmopolites facilitent l’adaptation des méthodes américaines des associations de femmes protestantes à un processus de construction nationale dans lequel les femmes jouent un rôle majeur.

  • 8 Sklar, Shemo & Reeves-Ellington 1980.

8À quoi ressemble donc cette construction nationale ? Pour les sœurs Kyrias, comme pour leurs aînées protestantes américaines, le foyer est au principe de toute réforme sociale. Éduquer les mères est aussi urgent pour le bien-être domestique que pour le progrès de la nation. Ce cadre conceptuel renvoie aux premiers débats de la république américaine sur l’éducation des femmes et sur leur rôle dans la société. Aux États-Unis, les protestants évangéliques ont soutenu la création de l’Holyoke Female Seminary dans les années 1840, et exporté ensuite l’idéal de l’éducation maternelle partout dans le monde au moyen de l’action missionnaire. Cependant, si ce projet a souvent échoué sur le plan religieux, l’accent mis sur les textes en langue vernaculaire l’a rendu adaptable aux stratégies laïques et linguistiques nationalistes8. Cette intervention protestante a eu un poids significatif quoique non reconnu lors de l’indépendance de l’Albanie, mais elle fait également écho à la modernité de la fin de l’ère ottomane.

  • 9 Deringil 2011 : 112-135.
  • 10 Gawrych 2010.
  • 11 Çakir 2007.
  • 12 Reeves-Ellington 2012.

9De fait, l’expansion rapide des écoles protestantes américaines au Proche-Orient durant la deuxième moitié du xixe siècle a poussé l’État ottoman à créer des institutions du même type9. L’éducation des femmes de même que les débats sur ce qui relie famille, nationalisme et société moderne sont devenus de plus en plus populaires durant cette période, en particulier auprès de la classe moyenne supérieure10. En s’appuyant sur différentes composantes de la philosophie européenne des Lumières aussi bien que sur le renouveau islamique de la période hamidienne, les intellectuel.le.s ottoman.e.s débattent de l’évolution du rôle des femmes dans nombre de publications féministes11. Si leurs idées sont souvent contradictoires, on voit néanmoins émerger un discours consensuel autour des bienfaits sociaux de l’éducation des femmes. Conscientes de l’existence d’un marché en plein essor en même temps que de leur incapacité quasi totale à réussir des conversions, les écoles américaines protestantes du Proche-Orient renoncent peu à peu à convertir les infidèles pour se consacrer à la formation des nouveaux dirigeants des sociétés ottomanes12.

  • 13 Reeves-Ellington 2015 : 54.
  • 14 Childress 2008.
  • 15 Adak 2012.

10L’une de ces écoles est le Constantinople College for Girls, l’alma mater des sœurs Kyrias. Cette institution, enracinée dans « la culture protestante, les valeurs américaines, le cosmopolitisme ottoman, et le sens de la coopération internationale », a d’abord été une école missionnaire destinée aux femmes arméniennes en 187013. En 1910, elle s’adresse ouvertement aux premières générations de « Femmes nouvelles » de la région qui exercent une profession libérale14. Dirigée par une équipe d’enseignantes issues d’universités américaines, l’école devient un vecteur de transmission de la culture américaine, donnant à d’anciennes condisciples, comme les sœurs Kyrias et leur célèbre contemporaine turque Halide Edib, l’opportunité de devenir des dirigeantes respectées dans les mouvements nationalistes émergents de l’époque. Peut-être ne se sont-elles jamais rencontrées, mais la remarquable similarité de leurs trajectoires montre le rôle qu’a joué le Constantinople College dans leur développement professionnel15.

11Les opinions exprimées publiquement par les Kyrias sur les fonctions de l’éducation et sur le rôle domestique et social des femmes rappellent la rhétorique de leurs collègues albanaises dans les provinces. Les éditrices des revues Grueja Shqyptare (Marije Çoba), Mbleta (Evanthi Gërmenji) et Shpresa (Marigo Posio), expriment une vision du monde similaire quant au rôle des femmes dans la construction nationale. À travers des articles, des essais, des éditoriaux sur la féminité, elles présentent l’éducation des femmes comme étant au service d’un objectif social plus large : celui du maternalisme social. Ces parutions locales découragent les jeunes femmes de poursuivre des projets sportifs ou artistiques qui ne leur donneraient qu’un vernis culturel. Des années plus tard, Sevastia Kyrias prétendra encore que le foyer est le premier devoir d’une « intellectuelle ».

12Dans les provinces, les militantes déploient des méthodes inspirées de celles des sœurs Kyrias. Çoba, Gërmenji et Posio utilisent avec enthousiasme toutes les opportunités pour prendre la défense de l’Albanie, pour interagir avec des associations étrangères, et pour défendre la cause des études supérieures féminines. Cependant, leurs initiatives sont éclipsées par celles des Kyrias dont l’expérience est plus conséquente. L’Instituti Kyrias est l’aboutissement d’échanges transatlantiques prolongés. Le gouvernement albanais de l’entre-deux-guerres suit par ailleurs avec le plus vif intérêt la préparation depuis 1913 par les sœurs Kyrias d’un programme scolaire susceptible de soutenir le développement politique de l’Albanie.

Le rôle de la bureaucratie post-ottomane

  • 16 Caroline Borden au Dr Henry King, 10 juin 1921, Operating Records-Academic Programs, Kyrias Schoo (...)

13Il fallut du temps avant que l’idée des sœurs Kyrias d’ouvrir une école privée pour filles à Tirana aboutisse. Elle se concrétise en 1921 grâce à l’influence de l’une des fondatrices du Constantinople College, l’Américaine Caroline Borden, qui rappelle aux Kyrias ainsi qu’à leurs mentors d’Istanbul et de l’Oberlin College (Ohio) que le temps est venu de mettre en œuvre au sein de l’Albanie indépendante (après l’interruption due à la guerre) leurs plans d’expansion de l’éducation albanaise. En 1913, grâce à leur compétence acquise à l’Oberlin College, les Kyrias et leurs professeurs élaborent un plan scolaire pour un État albanais indépendant et possiblement protestant. Si les dimensions religieuses du projet relèvent surtout d’une rhétorique censée séduire les membres de l’American Board of Commissioners for Foreign Missions, les étapes du développement de l’éducation en Albanie sont beaucoup plus soigneusement définies16. Toutefois, ce projet coïncide localement avec une volonté de promouvoir l’éducation laïque et d’augmenter le nombre d’élèves (en particulier musulmanes).

  • 17 Sota 2011.

14Le gouvernement albanais d’avant la guerre avait déjà conçu un programme d’éducation nationale. Cependant, comme le suggère le nombre d’écoles en difficulté à cette époque, les manques sont énormes en matière de budget, d’installations, de personnel – et le gouvernement incapable de faire face. Historiquement, les écoles financées par des fonds étrangers avaient investi le marché de l’éducation délaissé par l’État, et continuent à le faire dans les années 1920. La dépendance de l’Albanie vis-à-vis de l’Italie étant de plus en plus grande, le nombre des écoles italiennes augmente en proportion17. Mais la bureaucratie albanaise se méfie beaucoup de l’influence étrangère et s’efforce de la limiter, là où cela est possible, en favorisant l’expertise locale.

15Les sœurs Kyrias sont bien sûr conscientes de cette dynamique, et envisagent avec enthousiasme d’aligner leurs plans sur ceux du gouvernement central en recrutant des élèves boursières pour les former à devenir des institutrices d’écoles primaires. Dans les années 1920 et 1930, leur Instituti Kyrias semi-privé devient un fole kombëtare [foyer national] fréquemment visité par les responsables du gouvernement. Cependant, bien que les bureaucrates albanais fassent l’éloge de l’école et des enseignantes qui forment les mères du futur, leur soutien aux femmes et à leurs causes s’arrête généralement là.

  • 18 Musaj 2002 : 122.

16Cela ne veut pas dire qu’ils dédaignent les militantes et leurs idées. En 1923, par exemple, le député Ali Këlcyra est à l’origine d’un projet de loi sur le droit de vote des femmes18. Si les publications féministes évoquent peu ce débat, ces questions n’en sont pas moins, dans une certaine mesure, sur la table. Cependant, et cela n’a rien de surprenant, la plupart des députés, parmi lesquels d’ardents défenseurs des Kyrias, déclarent que le pays n’est pas encore prêt pour le vote des femmes… Les progressistes de l’entre-deux-guerres préconisent, au mieux, la prudence. Étant donnés les troubles politiques que traverse l’Albanie à l’époque, c’est finalement la stratégie la plus sage. Comme d’autres nations indépendantes, l’Albanie connaît les tensions de la centralisation étatique et en fin de compte de l’autoritarisme. La société civile est souvent bridée, et les militantes comme les bureaucrates se disent que bâtir ensemble quelques ponts les aidera à résoudre certains de leurs problèmes respectifs.

  • 19 Fereniqi Posio, « Përgjigje Mbrëmbjes Kombëtare » [Une réponse au journal Le Soir National], Shpr (...)

17Certains bureaucrates de l’ère post-ottomane comme Këlcyra, qui ont fait leurs études et ont travaillé dans l’administration à la fin du régime ottoman, pensent qu’il serait sage d’associer les femmes à la construction de la nation, mais cette attitude n’a pas toujours prévalu. Au début des années 1920, par exemple, les relations entre les groupes de femmes et les bureaucrates sont très réduites. Les femmes de Shkodër se plaignent de ce que les hommes politiques locaux ont oublié les promesses faites durant la guerre, quant aux militantes de Vlorë elles en veulent aux hommes de ne pas les consulter quand ils décident de la construction d’un collège19. De telles plaintes surgissent dans une presse féministe très vulnérable et sont vite oubliées. La situation change, cependant, lorsque la démocratie naissante est attaquée. À ce moment-là, les femmes deviennent visibles et audibles.

  • 20 Musaj 2002 : 128.
  • 21 Austin 2012 : 86.

18En 1924, le très contesté Esad Pasha, oncle de Zog, est assassiné. Peu de temps après, l’assassin présumé Avni Rustemi, un démocrate radical, est tué. Pour témoigner de leur soutien à la démocratie, des femmes prennent la tête du cortège funèbre. Quant à celles de Tirana, conduites par Sevastia Kyrias, elles organisent une manifestation en faveur de la démocratie devant le Parlement, déguisées en musulmanes et enroulées dans leurs ferexhes (voiles) pour éviter d’être reconnues20. Leurs actions, qui font partie d’un mouvement anti-gouvernemental plus vaste, contribuent à renverser Ahmet Zog, dont l’autoritarisme s’est aggravé, et à installer au pouvoir son rival plus progressiste, le patriarche orthodoxe albanais Theofan Noli. Mais lorsque, six mois plus tard en janvier 1925, Zog organise avec succès une contre-révolution soutenue par la Yougoslavie et l’Italie, il interdit aussitôt les groupes de femmes comme les autres organisations de la société civile21.

19Les relations entre les associations de femmes et le gouvernement républicain-devenu-monarchique de Zog, roi auto-proclamé, restent glaciales pendant près de trois ans. Cependant, des militantes de tous bords politiques continuent obstinément d’adresser des pétitions aux bureaucrates acquis à leurs idées. Elles demandent que les associations de femmes soient à nouveau autorisées, rappelant discrètement leur impact positif en termes de socialisation et d’alphabétisation – deux domaines qui vont devenir importants pour la mission civilisatrice de la monarchie. Deux bureaucrates, les cousins Mehdi et Mid’hat Frashëri, seront des alliés essentiels dans cette lutte.

  • 22 Mid’hat Frashëri, Gruaja: Libër për Gratë dhe Burrat Kushtuar Trupit Arsimor Shqiptar [La femme : (...)
  • 23 Le Mekteb est fondé en 1859 pour former les membres de l’administration ottomane. Ces réformateur (...)
  • 24 « Popujt të Tjerë Musliman dhe Populli Mysliman Shqiptar » [Les autres populations musulmanes et (...)

20Les Frashëris constituent des relations stratégiques car Mehdi est un conseiller très proche de Zog, et Mid’hat est lui-même un réformateur social convaincu. En 1929, il réalise une étude qui s’avère préoccupante : les filles musulmanes sont très peu nombreuses à fréquenter les écoles albanaises22. Les deux cousins sont des bureaucrates compétents, membres du mouvement issu du soufisme connu sous le nom de Bektashizmi. Comme nombre de membres des élites turques et arabes de l’après-guerre, ils ont fait leurs études à l’université ottomane de Mekteb-i-Mülkiye, mais ils ont leurs propres raisons pour promouvoir des initiatives sociales impliquant les femmes23. Leur intérêt est, dans une certaine mesure, ancré dans une tradition familiale. Ils sont tous deux proches parents de Şemseddin Sami, célèbre penseur moderniste de la fin de l’ère ottomane, et de ses frères Abdyl et Naim, également très connus. Sami, auteur en 1879 d’un traité intitulé Kadınlar encourageant la monogamie et l’éducation des femmes, y présente les principes du bektashisme et ceux de l’éducation américaine (pas seulement protestante), comme des exemples positifs. Mehdi utilise des méthodes similaires pour mettre en forme les réformes de Zog, en particulier concernant la monogamie, et politise aussi le bektashisme, le présentant comme une version de l’islam ouverte aux réformes24.

  • 25 Musaj 2002 : 136.

21Mehdi fait d’abord front commun avec Zog, et perçoit le caractère semi-politique des associations de femmes comme une menace. Le « faible développement culturel » de l’Albanie étant, selon eux, incompatible avec le droit de vote, ils veulent « retarder le plus possible l’arrivée de ces idées étrangères »25. Cependant, en construisant leur propre mission civilisatrice, articulée autour de l’élaboration d’un nouveau Code civil, les bureaucrates en viennent progressivement à envisager les associations féminines comme des alliées idéales pour la réussite de leur programme de réformes concernant l’ensemble de la population féminine.

  • 26 Ibid. : 134.

22Le nouveau Code civil, lancé en 1928, est présenté comme un outil important de modernisation26. Intégrant des éléments des codes européens et de lois coutumières locales, il est rédigé sous la direction de Mehdi par une commission qui estime que la charia de l’ère ottomane, entre autres, nécessite une révision, parce qu’elle est « dépassée » et qu’elle désavantage les minorités religieuses d’Albanie. Ce qui est crucial, cependant, c’est que le Code sécularise le mariage et donne aux femmes la possibilité d’hériter et d’entamer une procédure de divorce. De plus, et cela est encore plus important, le Code lève l’interdiction sur la vie associative, ravivant ainsi le militantisme des femmes.

  • 27 Tomes 2004.
  • 28 S’adressant à l’ego de Zog tout en promouvant son propre crédo bektashi, Mehdi Frashëri déclare q (...)

23La visibilité publique des femmes permet aux autorités de faire connaître le nouveau Code. C’est important pour l’image publique de Zog, qui souhaite être considéré comme un réformateur à part entière, étant donné son arrivée contestée au pouvoir et ses efforts pour maîtriser l’expansion italienne27. Mehdi Frashëri dévoile cette stratégie de légitimation dans les pages de Shqiptarja quand il oppose les « réformes progressives » et pacifiques de Zog aux modernisations agressives d’Atatürk et des shahs d’Iran et d’Afghanistan, qui veulent « européaniser leurs populations à n’importe quel prix »28. Il semble que la publication du Code et la renaissance du militantisme des femmes aient fait l’objet d’une coordination étroite, de manière à coïncider avec le couronnement de Zog en septembre 1928.

L’association Shqiptarja, un militantisme global

  • 29 Musaj 2002 : 145.

24Malgré les rares informations sur le positionnement de Shqiptarja dans ce contexte politique, nous savons que la Croix-Rouge albanaise et la fondation Jeta [Vie] ont adressé ensemble une pétition à la nouvelle reine mère, Sadije Toptani, lui demandant de parrainer une association nationale de femmes quelque temps avant la publication du Code civil en 192829. Zog et ses fonctionnaires voient cette requête comme l’occasion et le moyen de faire connaître la nouvelle famille royale et acceptent donc ce parrainage en 1929. Cette garantie étant acquise, les militantes, sous la houlette de Paraskevi Kyrias, finissent par trouver les financements dont elles ont besoin, même si ceux-ci sont assortis de certaines conditions.

25Shqiptarja, présentée comme une association de bénévoles, promeut un certain nombre de réformes : la lutte contre l’analphabétisme, l’organisation de cours sur l’hygiène et la charité, la promotion de l’industrie nationale et de l’artisanat, la collaboration avec la Croix-Rouge en cas de guerre ou de catastrophe naturelle. Pour mener à bien ces différentes actions, elle souhaite créer des antennes à travers tout le pays et diffuser ses idées ainsi que les principes du Code civil dans les pages du magazine féminin éponyme. En échange d’une subvention de l’État, le « prix » à payer – que l’association accepte peut-être un peu vite – est le parrainage de la famille royale ainsi que la tutelle d’un rédacteur en chef rémunéré par l’État pour être le porte-parole de l’association.

26Ce que nous savons de Shqiptarja provient essentiellement de dix-huit numéros publiés à intervalles irréguliers entre 1928 et 1933, date à laquelle la Grande Dépression force l’association à réduire ses dépenses. Dirigée à titre nominal par un certain nombre de femmes, Shqiptarja est en fait gérée par Paraskevi Kyrias. Cette dernière est à la fois secrétaire et principale organisatrice d’événements, ce qui laisse au moins supposer que le cadre de l’association est fortement influencé par le réseau protestant des Kyrias, d’autant plus que la Croix-Rouge est gérée par une associée des Kyrias, Katarina Tsilka, infirmière et militante protestante. Les rapports des branches locales établis par les bureaux de Tirana et de Korça révèlent aussi le contact étroit que maintiennent les sœurs Kyrias avec les missionnaires baptistes Phineas et Violet Kennedy, qui ont fait partie du bureau d’administration de Shqiptarja.

27Cependant, Shqiptarja, tout en restant fidèle à des principes déontologiques, semble les transgresser en permanence. Loin d’agir comme une « simple société caritative », comme l’historiographie nationale la décrite, elle met en lumière, dans son magazine, des écrivains qui passent leur temps à braver les limites fixées par la société. Au lieu de faire reculer le mouvement des femmes, Shqiptarja le renforce, en permettant l’expression de nouvelles voix locales et de nouveaux points de vue étrangers.

28Rédigés dans un style volontairement accessible, les articles de Shqiptarja apportent à son lectorat des enseignements sur un grand nombre de sujets : depuis la politique, l’actualité des arts et des sciences, la mode et les produits de beauté, jusqu’à des conseils sur le mariage et la maternité, sans parler des encarts publicitaires sur les boutiques de cosmétiques de luxe et de blanchisserie. Mais le magazine accorde avant tout une place importante à exposer ce que le monde extérieur pense du féminisme et des droits des femmes, de leur éducation et de leur emploi. Pour cela, Shqiptarja pose une série de questions provocatrices. Une femme peut-elle s’occuper de sa famille et gérer sa carrière en même temps ? L’Albanie est-elle prête pour le féminisme de type anglo-saxon ? Ou bien le modèle fasciste qui valorise la femme au foyer est-il mieux adapté ? Quelles avancées représentent pour les femmes les opportunités d’éducation qui leur sont offertes en Chine et au Japon ? Comment concilient-elles « honneur » et tradition avec leurs toutes nouvelles identités professionnelles ? Enfin, plus près de chez elles peut-être, comment les féministes musulmanes abordent-elles l’avènement de la modernité ?

29Les réponses à ces questions ne peuvent pas toutes être simples, et par conséquent les sous-entendus sont nombreux et souvent subversifs. Le magazine commence notamment par la publication en albanais d’un extrait, consacré aux femmes, du discours de Robert Ingersoll de 1877, « La liberté de l’homme, de la femme et de l’enfant ». Cette citation y est soulignée – allusion subtile aux idées professées par Shqiptarja :

  • 30 Didiu, « Të Drejtat e Gruas » [Les Droits de la femme], Shqiptarja, 2, 1929, p. 25.

Les droits des hommes et des femmes doivent être égaux et sacrés ; le mariage doit conduire à l’harmonie – les enfants doivent être gouvernés avec clémence – chaque enfant est comme un État et chaque foyer une démocratie30.

30L’analyse qui suit, signée « Didiu », est consacrée à la position des femmes vis-à-vis de leurs partenaires masculins, du mariage, des enfants. L’auteur anonyme de l’article affirme que les femmes sont intellectuellement les égales des hommes et que si elles n’ont certes pas profité des mêmes opportunités d’épanouissement personnel elles ont en revanche toutes les capacités mentales requises. Pour assurer leur avenir, conclut l’article, les femmes doivent libérer leur corps et leur esprit.

  • 31 « Familja » [La famille], Grueja Shqyptare, 1, 1921, p. 33 ; Kaliopi Plasari, « Të Drejtat e Grua (...)

31Cette remarque sur l’épanouissement personnel n’est pas inhabituelle pour le lectorat des magazines féministes albanais (lesquels s’auto-identifient parfois comme tels de manière explicite). Plusieurs travaux ont montré que l’éducation est la première étape du processus qui permettra de surmonter les handicaps historiques de l’inégalité entre les sexes. Les auteur.e.s expliquent clairement et intelligemment les « injustices » que subissent les femmes. Certains articles présentent parfois des anecdotes amusantes sur l’évolution de l’humanité mettant en scène l’« infantilisation des femmes »31. Cependant, même si la nécessité d’agir pour éradiquer ces injustices est présentée comme urgente, les auteur.e.s ont à cœur de signaler le but, mais aussi les limites, de l’émancipation des femmes. Tou.te.s sans exception soulignent que le féminisme est une cause noble, mais jusqu’où peut-on aller localement dans cette voie ?

  • 32 « Feminizmi » [Le féminisme], Grueja Shqyptare 1, 1921, p. 1-2.

32Dans la première définition du feminizëm de l’entre-deux-guerres, la « liberté » des femmes dépend du bon vouloir des hommes, et le vrai féminisme favorise la « civilisation », quelque chose qui s’exerce par l’« élévation sociale » produite par le « mouvement intellectuel »32.Marie Çoba, l’auteure de cette définition parle probablement, en 1921, à un public restreint et convaincu, mais les articles de Shqiptarja incarnent ces idées dans la quête concrète d’un modèle adéquat de féminité. Ses auteur.e.s, anonymes ou pas, traduisent beaucoup d’articles de journaux étrangers donnant des exemples de femmes qui se lancent dans de nouvelles professions tout en répondant aux exigences de la tradition et du foyer.

  • 33 Ikbal Çika, « Evolusjoni i Gruas në Kinë » [L’évolution de la femme en Chine], Shqiptarja, 2, 192 (...)
  • 34 « Grat e Japonis » [Les femmes du Japon], Shqiptarja, 4, 1929, p. 55.
  • 35 « Një fermere Amerikane » [Une fermière américaine], Shqiptarja, 2, 1929, p. 30.
  • 36 Semini a écrit sur des femmes historiques et emblématiques comme Aspasie, Cléopatre, Catherine la (...)
  • 37 Koço Semini, « Përparimet e Gruas Egjiptiane » [Les avancées des femmes égyptiennes], Shqiptarja, (...)

33Les lecteurs et les lectrices qui découvrent la très célèbre femme médecin sino-américaine Ida Kang, grâce aux traductions des articles du journal turc Muhir par la journaliste Ikbal Beshiri, apprennent qu’en Chine « l’honneur familial » ne repose plus seulement sur les hommes33. On leur explique qu’au Japon les femmes font leur entrée dans le monde académique, dans l’univers des ingénieurs et des médecins, parce que l’éducation japonaise s’est « adaptée »34.Du Midwest, grâce à une collègue anonyme, arrive la description de la réussite de femmes autodidactes et déterminées comme Bessie Young35. Koço Semini, un auteur non identifié qui rédige aussi une rubrique sur les biographies des dix femmes les plus célèbres dans le monde36, donne des exemples de féminisme musulman en retraçant les réalisations de Huda Sharaawi et Saiza Nabarawi en Égypte, et en particulier la fondation du journal L’Égyptienne. Connues pour avoir retiré leur voile en public en 1923, ces journalistes ont créé l’Union féministe égyptienne37. Mihal Sherko, rédactrice de Shqiptarja nommée par le gouvernement, renchérit avec un texte fustigeant les hommes qui découragent leurs épouses de poursuivre des carrières dans des professions libérales.

  • 38 B.H., « Signorina Mussolini dhe Miss MacDonald » [Signorina Mussolini et Miss Macdonald], Shqipta (...)
  • 39 Sevasti Kyrias Dako, « Individualiteti i Gruas » [L’individualité de la femme], Shqiptarja, 7, 19 (...)
  • 40 Sara Blloshmi, « Feminisma dhe Shqiptareja » [Le féminisme et l'Albanaise], Shqiptarja, 8, 1930, (...)

34Shqiptarja ne s’en tient pas à la diffusion de ces exemples discrètement encourageants, mais laisse aussi s’exprimer d’autres voix. Dans une de ses tribunes, Ishbel MacDonald, fille et secrétaire du Premier ministre britannique travailliste, est comparée à Edda Mussolini pour faire l’éloge de l’« indifférence à la politique » de la seconde par rapport au travail acharné de la première38. Comme pour décourager les Albanaises de suivre l’exemple d’Ishbel Macdonald, l’article présente l’attitude d’Edda Mussolini comme plus conforme à la « tradition latine ». Des militantes comme Sevasti Kyrias et la socialiste Sara Blloshmi, qui rappellent les luttes des suffragettes américaines et anglaises, avancent prudemment, elles aussi, que l’Albanie n’est pas encore prête pour un féminisme politique. Pour Kyrias, le premier devoir d’une intellectuelle est son foyer39. Pour Blloshmi, la question principale est de déterminer comment articuler le féminisme et l’amélioration du statut social des femmes40. En France, note-t-elle, on s’attaque aux préoccupations des femmes à travers la culture, et non la politique. En conclusion de son essai « Féminisme et Shqiptareja », Blloshmi déclare que, pour l’instant, les Albanaises doivent se concentrer sur leur foyer, sur la société, les écoles et les hôpitaux.

  • 41 Il s’agit des vêtements et des voiles qui couvrent les musulmanes.
  • 42 « Popujt të tjerë Musliman dhe Populli Musliman Shqiptar » [Les autres populations musulmanes et (...)

35Et c’est bien ce que font les militantes. Dès sa première année d’existence, l’association se déploie non seulement localement mais aussi à l’étranger, avec dix-neuf branches à travers tout le pays, et une en Bulgarie, à Sofia. Dans le même temps, Paraskevi Kyrias organise trois « congrès sur l’éducation », abordant la position des femmes à la maison et dans la société. Kyrias parle de l’économie domestique et Hamdi Sulçebe, une jeune pédiatre en vue, donne une conférence à des femmes enceintes et des jeunes mères sur la santé des nourrissons. Mehdi Frashëri parle de l’« arriération » du costume musulman. Tout en faisant l’éloge du Code civil, Frashëri pousse les femmes à se détourner de celles qui portent le perçe, le çarshaf et le ferexhe41. Enfin, Kyrias organise aussi une suare [soirée] où des dignitaires de Tirana, qui représentent la Princesse Senije, viennent promouvoir les modes vestimentaires « modernes ». Ainsi, les dames de la haute société de Tirana organisent une soirée où elles défilent, coiffées de différents types de kapellë [chapeaux], afin de récolter de l’argent pour une organisation caritative locale42.

  • 43 Selon les chiffres de trésorerie, il semble qu’il y ait 58 abonné.e.s.
  • 44 Selon les statistiques, l’alphabétisation des femmes progresse à l’échelle nationale de 1,5% en 1 (...)

36La diversité des écrits publiés par Shqiptarja est bien plus grande que ne le montre cet aperçu sélectif. Le programme de l’association et les vues de ses militantes sont largement représentées dans les pages du magazine. Shqiptarja a cependant un lectorat très restreint43, ce qui permet de s’interroger sur son influence réelle en tant que guide intellectuel, en particulier durant la Grande Dépression. Représentatif d’une élite, le magazine est révélateur des différentes forces à l’œuvre dans la constitution de la nation et de l’État albanais. L’association a par ailleurs beaucoup plus d’influence sur le terrain : elle finance des cours du soir ; elle organise des cycles de conférences ainsi que des tournées annuelles, reliant la capitale aux districts régionaux. Le taux d’alphabétisation des femmes atteint 8% durant l’entre-deux-guerres, un taux certes très faible mais non négligeable dans la mesure où les défis que doivent relever l’État et la société albanaise sont colossaux44. De même, c’est l’association qui pousse les femmes d’Albanie sur le devant de la scène mondiale. Au cours de cette première année d’existence, en 1928, Shqiptarja devient membre de l’Association internationale des femmes à Genève et envoie ses premières représentantes au Conseil international des femmes à Vienne en 1930, ce qu’elle réitère lorsque les États des Balkans organisent leurs propres conventions régionales des femmes à Belgrade en 1934, puis à Athènes en 1936. Mais lorsque l’Albanie doit affronter la Grande Dépression, elle se rapproche de la sphère d’influence de l’Italie fasciste, et Shqiptarja s’efface peu à peu, même si elle sert de temps en temps de vitrine au gouvernement de Zog, de plus en plus en retrait. Au cours des décennies suivantes, le régime communiste relance une association portant le même nom, et invite même Paraskevi Kyrias à prendre la parole devant la foule en 1967, mais le modèle de « la femme albanaise » sert à ce stade un autre ensemble d’objectifs et une autre idéologie.

*

37Les défis relevés par Shqiptarja, ses attentes, sont considérables. L’association occupe une place unique dans l’histoire de l’Albanie de l’entre-deux-guerres, et son histoire est très complexe contrairement aux idées reçues. En proposant une nouvelle interprétation de l’engagement des femmes de l’entre-deux-guerres, mon objectif est ici de dépasser le récit existant qui présente leur militantisme comme le reflet de courants occidentaux. Quand on s’intéresse de près aux dirigeantes, on découvre qu’elles sont très informées de l’évolution du monde, mais aussi des actrices engagées localement, dont le travail est résolument éclairé et façonné par les dernières expériences de l’ère ottomane – en fait par le modernisme même de cette époque. Si les textes tirés des magazines de l’entre-deux-guerres, en particulier de Shqiptarja, montrent bien que les militantes albanaises entretiennent un dialogue avec nombre de courants étrangers, il est clair que leurs intentions sont sélectives, et que le monde tel qu’elles le voient est loin d’être monolithique et divisé de manière simpliste entre « Occident » et « Orient », pour reprendre leurs propres termes. Cependant, il est également vrai que l’Albanie qu’elles imaginent et envisagent est ancrée dans les deux mondes en même temps.

38Les militantes albanaises construisent avant tout un mouvement local, et manifestement elles y parviennent parfaitement avant la fin des années 1920. Tandis que les féministes albanaises franchissent prudemment la ligne floue entre militantisme culturel et politique, l’élite au pouvoir demeure méfiante quant à la mobilisation politique des femmes. Pourtant, dès qu’il s’avère que la légitimité politique de la monarchie dépend en grande partie de sa campagne de modernisation, les bureaucrates finissent par se rappeler qu’ils ont besoin d’une alliance avec les femmes. Quelque part entre la promotion du kapellë [chapeau] et de la suare [soirée] d’Occident, l’appel à boycotter les çarshaf et ferexhe musulmans, et la critique de la fausse modernisation d’autres réformateurs autocratiques du monde musulman, le monarque albanais auto-proclamé s’accommode, malgré ses réticences, du rôle de protecteur d’un féminisme semi-local, non pas en raison d’un intérêt quelconque pour les mouvements suffragistes anglo-américains et leurs idées dérangeantes ou d’un rejet de la « tradition », mais parce qu’il est conscient de l’importance de l’éducation dans l’acquisition de valeurs sociales. Le fait que ces débats soient organisés conjointement par des protestantes éduquées aux États-Unis, des bureaucrates formés à l’époque ottomane et des visionnaires féministes locales, dont les idées se renforcent mutuellement mais parfois se contredisent, nous suggère en outre qu’il ne faut pas nous contenter de la version simpliste d’un récit nationaliste lui-même légitimé par le rejet aveugle de l’histoire de la région avant l’indépendance.

39Changer de perspective permet de penser l’Albanie comme un carrefour où se croisent des idées, des expériences, des aspirations nombreuses et contradictoires et non comme une nation passive qui se contente d’accueillir et de consommer les idées occidentales. Partie intégrante d’un espace post-ottoman de construction encore récente, l’Albanie cherche dans l’entre-deux-guerres à devenir une nation moderne. Prudente quant à sa rencontre avec l’influence occidentale elle tente de se démarquer des autres sociétés post-ottomanes en pleine modernisation. En ce sens, étudier le mouvement des femmes est aussi l’occasion de regarder à la loupe le monde géopolitique de l’entre-deux-guerres. Pour interpréter le passé, il ne faut pas s’en tenir à la simple projection d’aspirations. Parce qu’ils ne l’ont pas compris, les chercheurs ont jusqu’ici omis d’explorer l’activité déployée par les militantes aux premières étapes de la construction de la nation albanaise, comme de s’interroger sur le symbole que représente le rejet de son passé ottoman.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Oberlin College archives

Dielli, Boston, 1909.

Grueja Shqyptare, Shkodër, Shtypshkronja Françeskane, 1920-1921.

Mbleta, Korçë, Shtypshkronja AA Vangjel, 1922-1923.

Shpresa Kombëtare, Vlorë, 1921.

Shqiptarja, Tirana, 1929-1933.

The Morning Star, Boston, 1917-1921.

Mid’hat Frashëri. Gruaja: Libër për Gratë dhe Burrat Kushtuar Trupit Arsimor Shqiptar, Tiranë, Libraria Lumo Skëndo, 1929.

Bibliographie

Adak Hülya, 2012, « Beyond the catastrophic divide: walking with Halide Edip (the Turkish Jeanne d’Arc) through the ambiguous terrains of World War I », in Claudia Ulbrich, Hans Medick & Angelika Schaser (hrsg.), Selbstzeugnis und Person: Transkulturelle Perspektiven, Köln, Böhlau Verlag, p. 357-379.

Austin Robert C., 2012, Founding a Balkan State: Albania’s experiment with democracy 1920-1925, Toronto, Toronto University Press.

Çakir Serpil, 2007, « Feminism and feminist history-writing in Turkey: the discovery of Ottoman feminism », Aspasia, 1, p. 61-83.

Childress Faith, 2008, « Creating the ‘New Woman’ in early Republican Turkey: the contributions of the American Collegiate Institute and the American College for Girls », Middle Eastern Studies, 44/4, p. 563-569.

Clayer Nathalie, 2005, « Albanian students of the Mekteb-i Mülkiye: social networks and trends of thought », in Elizabeth Özdalga (ed.), Late Ottoman Society: the intellectual legacy, New York, Routledge, Curzon, p. 313-345.

Deringil Selim, 2011, The Well-Protected Domains: ideology and the legitimation of power in the Ottoman Empire 1876-1909, New York, Palgrave McMillan.

Gawrych George, 2010, « Şemseddin Sami, women, and social conscience in the late Ottoman empire », Middle Eastern Studies, 46, p. 97-115.

Hemming Andreas, Kera Gentiana & Enriketa Pandelejmoni-Papa (eds), 2012, Albania: family, society, and culture in the 20th century, Berlin, LIT Verlag.

Kera Gentiana, 2012, « Age at marriage in interwar Albania », in Andreas Hemming, Gentiana Kera & Enriketa Pandelejmoni-Papa (eds), Albania: family, society, and culture in the 20th century, Berlin, LIT Verlag, p. 35-50.

Makdisi Usama, 2008, Artillery of Heaven: American missionaries and the failed conversion of the Middle East, Ithaca, Cornell University Press.

Musaj Fatmira, 2002, Gruaja në Shqipëri në vitet 1912-1939 [La femme albanaise, 1912-1939], Tiranë, Akademia e Shkencave të Republikës së Shqipërisë.

Pahumi Nevila, 2016, « Of women, faith, and nation: American protestantism and the Kyrias School for Girls, Albania, 1891-1933 », thèse de doctorat, University of Michigan, Ann Arbor.

Reeves-Ellington Barbara, 2012, Domestic Frontiers: gender, reform, and American interventions in the Ottoman Balkans and the Near East, Amherst and Boston, University of Massachusetts Press.

Reeves-Ellington Barbara, 2015, « Constantinople woman’s college: constructing gendered, religious, and political identities at an American institution in the Near East », Women’s History Review, 24/1, p. 53-71.

Sklar Kathleen, Shemo Connie & Barbara Reeves-Ellington (eds), 1980, Competing Kingdoms: women, mission, and the American Protestant Empire, 1812-1960, Durham, Duke University Press.

Sota Jani, 2011, « The role of Italy in the opening and subsidy of Italian Schools in Albania before and after April 1939 », Mediterranean Journal of Social Sciences, 2/3, p. 2-8.

Tomes Jason, 2004, King Zog of Albania: Europe’s Self-Made Muslim Monarch, New York, New York University Press.

Haut de page

Notes

1 C’est en particulier le cas de Musaj 2002.

2 Hemming, Kera & Papa-Pandelejmoni, 2012 : 11.

3 Paraskevi Kyrias, « The women’s educational association hears of the forgotten race », The Morning Star, 3, 2, 1918, p. 75-78.

4 Dielli, « Refugjatë nga Dibra » [Les réfugiés de Dibra], 22, 1920, p. 4 ; « Nevoja për Arësim » [Le besoin d’éducation], Shpresa Kombëtare, 2, 1921, p. 1 ; « Vajzës Shqyptare » [Pour la fille albanaise], Grueja Shqyptare, 2, 1921, p. 8.

5 Paraskevi Kyrias a développé le même sujet dans son mémoire de maîtrise sur l’éducation à l’Oberlin College ; elle est en effet depuis longtemps partisane d’une éducation missionnaire étrangère, même après la proclamation de l’indépendance de l’Albanie en 1913.

6 C’est ce que rappelle le portrait de Butrus Bustani, un Libanais protestant et militant nationaliste laïc, par Usama Makdisi (Makdisi 2008).

7 Les familles qui ont survécu aux souffrances endurées sous le régime communiste ont tendance à souligner cette implication.

8 Sklar, Shemo & Reeves-Ellington 1980.

9 Deringil 2011 : 112-135.

10 Gawrych 2010.

11 Çakir 2007.

12 Reeves-Ellington 2012.

13 Reeves-Ellington 2015 : 54.

14 Childress 2008.

15 Adak 2012.

16 Caroline Borden au Dr Henry King, 10 juin 1921, Operating Records-Academic Programs, Kyrias School, RGII, Graduate School of Theology, Oberlin College Archives.

17 Sota 2011.

18 Musaj 2002 : 122.

19 Fereniqi Posio, « Përgjigje Mbrëmbjes Kombëtare » [Une réponse au journal Le Soir National], Shpresa Kombëtare, 2, 1921, p. 5.

20 Musaj 2002 : 128.

21 Austin 2012 : 86.

22 Mid’hat Frashëri, Gruaja: Libër për Gratë dhe Burrat Kushtuar Trupit Arsimor Shqiptar [La femme : un livre pour les femmes et les hommes au service de l’éducation albanaise], Tirana, Libraria Lumo Skëndo, 1929.

23 Le Mekteb est fondé en 1859 pour former les membres de l’administration ottomane. Ces réformateurs élitistes potentiels embrassent à la fois les idéaux des Lumières et les diverses idéologies locales et supranationales comme l’albanianisme, l’islamisme et l’ottomanisme. Pas moins de trente membres de l’administration albanaise de l’entre-deux-guerres y ont fait leurs études. Clayer 2005.

24 « Popujt të Tjerë Musliman dhe Populli Mysliman Shqiptar » [Les autres populations musulmanes et la population musulmane albanaise], Shqiptarja, 5, 1930, p. 14-17.

25 Musaj 2002 : 136.

26 Ibid. : 134.

27 Tomes 2004.

28 S’adressant à l’ego de Zog tout en promouvant son propre crédo bektashi, Mehdi Frashëri déclare qu’Atatürk utilise la violence [« shpadë dhe konop »] pour « pousser » son peuple au progrès, alors que les shahs d’Iran et d’Afghanistan essaient d’introduire de l’européanité par la guerre et la révolution.

29 Musaj 2002 : 145.

30 Didiu, « Të Drejtat e Gruas » [Les Droits de la femme], Shqiptarja, 2, 1929, p. 25.

31 « Familja » [La famille], Grueja Shqyptare, 1, 1921, p. 33 ; Kaliopi Plasari, « Të Drejtat e Gruas », Shqiptarja, 8, 1930, p. 174.

32 « Feminizmi » [Le féminisme], Grueja Shqyptare 1, 1921, p. 1-2.

33 Ikbal Çika, « Evolusjoni i Gruas në Kinë » [L’évolution de la femme en Chine], Shqiptarja, 2, 1929, p. 29.

34 « Grat e Japonis » [Les femmes du Japon], Shqiptarja, 4, 1929, p. 55.

35 « Një fermere Amerikane » [Une fermière américaine], Shqiptarja, 2, 1929, p. 30.

36 Semini a écrit sur des femmes historiques et emblématiques comme Aspasie, Cléopatre, Catherine la Grande, etc.

37 Koço Semini, « Përparimet e Gruas Egjiptiane » [Les avancées des femmes égyptiennes], Shqiptarja, 2, 1929, p. 38-39.

38 B.H., « Signorina Mussolini dhe Miss MacDonald » [Signorina Mussolini et Miss Macdonald], Shqiptarja, 3, 1929, p. 13-14.

39 Sevasti Kyrias Dako, « Individualiteti i Gruas » [L’individualité de la femme], Shqiptarja, 7, 1930, p. 170.

40 Sara Blloshmi, « Feminisma dhe Shqiptareja » [Le féminisme et l'Albanaise], Shqiptarja, 8, 1930, p. 179.

41 Il s’agit des vêtements et des voiles qui couvrent les musulmanes.

42 « Popujt të tjerë Musliman dhe Populli Musliman Shqiptar » [Les autres populations musulmanes et la population musulmane albanaise], Shqiptarja, 5, 1930, p. 14-17.

43 Selon les chiffres de trésorerie, il semble qu’il y ait 58 abonné.e.s.

44 Selon les statistiques, l’alphabétisation des femmes progresse à l’échelle nationale de 1,5% en 1918 à 8,6% au milieu des années 1930. Kera 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nevila Pahumi, « Quel féminisme sera le nôtre ? Repenser l’engagement des femmes dans l’Albanie post-ottomane »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 48 | 2018, 133-152.

Référence électronique

Nevila Pahumi, « Quel féminisme sera le nôtre ? Repenser l’engagement des femmes dans l’Albanie post-ottomane »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/15039 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.15039

Haut de page

Auteur

Nevila Pahumi

Nevila Pahumi est une « research fellow » à l’University College de Londres. Ses recherches portent sur le croisement du genre, de la religion et du nationalisme dans l’Europe du Sud-Est aux xixe et xxe siècles. Elle travaille actuellement sur un manuscrit qui étudie l’impact du protestantisme américain en Europe de l’Est et elle est l’auteure d’un article à paraître dans le Journal of Modern Greek Studies sur les effets du protestantisme américain sur les politiques en Europe du Sud-Est à la fin de la période ottomane. nevila.pahumi@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search