Skip to navigation – Site map
Dossier

Quel féminisme sera le nôtre ? Repenser l’engagement des femmes dans l’Albanie post-ottomane

“Which feminism will be ours?” The women’s movement in post-ottoman interwar Albania
Nevila Pahumi
Translated by Geneviève Knibiehler
p. 133-152

Abstracts

This article reframes the women’s movement in interwar Albania by exploring its late Ottoman roots and its positioning, through the lens of the interwar feminist press. Taking into account the combined efforts of American-trained Protestant activists, post-Ottoman bureaucrats, as well as those of regional feminists, the article reinterprets the women’s movement as a facet of late Ottoman modernity and as a globally informed undertaking with meaningful impact on interwar nation-building. Beginning with an overview of Protestant activism in the late Ottoman era, the article then analyzes the relationship of post-Ottoman bureaucracy to the interwar women’s movement. Finally, it uses examples from the state-sponsored family magazine Shqiptarja (The Albanian Woman) to show the emergence of a globally conscious local feminism. Far more complex in outlook and richer in origin than nationalist scholarship portrays, this view of Albania’s interwar feminism allows us to see Albania more properly as a post-Ottoman space modernizing on its own terms, whose representatives were selective readers of outside trends.

Top of page

Editor's notes

Traduit de l’anglais par Geneviève Knibiehler

Excerpt

Outline

Réseaux et influence protestante dans l’Albanie ottomane et post-ottomane
Le rôle de la bureaucratie post-ottomane
L’association Shqiptarja, un militantisme global

First lines

L’engagement politique des femmes du monde albanophone émerge en 1908 dans la ville ottomane de Görice (Korçë), située sur l’actuelle frontière entre Grèce et Albanie, impulsé par les membres d’une mission protestante non-confessionnelle soutenue par les Américains. Leur association, Ylli i Mëngjezit [L’Étoile du matin], non seulement promeut l’enseignement de l’albanais, des arts ménagers et des soins maternels et infantiles, mais critique aussi la centralisation du pouvoir caractéristique de la fin de la période ottomane. Au cours des Guerres balkaniques et de la Première Guerre mondiale, le militantisme des femmes s’étend à d’autres villes, au nord et au sud, par le biais des secours et du soutien apportés aux combattants et aux réfugiés. C’est seulement au milieu des années 1920, cependant, qu’il prend une dimension nationale, au moment où l’Albanie consolide son indépendance politique. Les chercheurs locaux ont décrit l’activisme féminin, non sans raison, comme un phénomène de ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Nevila Pahumi, « Quel féminisme sera le nôtre ? Repenser l’engagement des femmes dans l’Albanie post-ottomane », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 48 | 2018, 48 | 2018, 133-152.

Electronic reference

Nevila Pahumi, « Quel féminisme sera le nôtre ? Repenser l’engagement des femmes dans l’Albanie post-ottomane », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 48 | 2018, Online since 01 January 2023, connection on 18 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/clio/15039 ; DOI : 10.4000/clio.15039

Top of page

About the author

Nevila Pahumi

Nevila Pahumi est une « research fellow » à l’University College de Londres. Ses recherches portent sur le croisement du genre, de la religion et du nationalisme dans l’Europe du Sud-Est aux xixe et xxe siècles. Elle travaille actuellement sur un manuscrit qui étudie l’impact du protestantisme américain en Europe de l’Est et elle est l’auteure d’un article à paraître dans le Journal of Modern Greek Studies sur les effets du protestantisme américain sur les politiques en Europe du Sud-Est à la fin de la période ottomane. nevila.pahumi@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page