Navigation – Plan du site
Varia

Les ambivalences du diagnostic précoce de grossesse (xvie-xxe siècle)

Doubt and certainty in the early diagnosis of pregnancy (France, sixteenth to twentieth century)
Fabrice Cahen et Silvia Chiletti
p. 223-241

Résumés

Le développement d’un droit de regard des institutions collectives sur les corps gestants et surtout d’une injonction à « se savoir et se faire savoir » enceinte remonte au xvie siècle au moins. Or la reconnaissance d’un état de grossesse et sa datation ont toujours constitué une double incertitude, face à laquelle divers procédés d’observation corporelle ont été mis en œuvre au cours des siècles. L’article aborde cette question dans le temps long (de l’époque moderne à la fin du xxe siècle) en comparant les modalités et les enjeux pratiques de la détection des grossesses dans un certain nombre de situations d’ordre médico-légal : affaires d’infanticide (datant surtout du xixe siècle), lutte contre l’avortement (fin xixe-milieu xxe siècle), dossiers administratifs relatifs au non-versement d’allocations prénatales (1945-1970). Cette histoire de la socialisation de la gestation permet d’identifier les jeux d’expertise, de médiations et de négociations auprès de femmes enceintes se disant non informées de leur propre état et propose une histoire sociale du doute, de la corporéité et de la conscience de soi.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le devoir de faire savoir 
Une tolérance à l’ignorance ?
Entraves au droit de savoir 

Aperçu du texte

La sidération contemporaine face aux affaires médiatisées de néonaticide s’accompagne généralement de la spéculation suivante : le geste fait-il suite à un « déni » ou à une « dénégation » de grossesse ? Cette question récurrente renvoie à une évidence si ancrée – le fait de connaître son état de grossesse dès les premières semaines – que nous ne sommes plus en mesure de l’historiciser ou d’en éprouver les limites. Nombreux sont ceux, y compris parmi les acteurs de santé, qui tiennent pour acquis le fait que l’existence de techniques diagnostiques fiables, s’ajoutant à l’accès légal à la contraception ou à l’IVG, garantirait une maîtrise entièrement rationalisée et autonome de la procréation, et par là même des conditions de gestation et d’accouchement sans cesse améliorées. À tel point que, devant le fait divers macabre comme face à la personne qui ne s’est « pas aperçue » assez tôt de son état, l’incompréhension frise toujours le jugement moral. D’où provient une norme aussi puiss...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Cahen et Silvia Chiletti, « Les ambivalences du diagnostic précoce de grossesse (xvie-xxe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 48 | 2018, 48 | 2018, 223-241.

Référence électronique

Fabrice Cahen et Silvia Chiletti, « Les ambivalences du diagnostic précoce de grossesse (xvie-xxe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/clio/15142 ; DOI : 10.4000/clio.15142

Haut de page

Auteurs

Fabrice Cahen

Fabrice Cahen est historien, chargé de recherches à l’Institut national d’études démographiques – INED (Unité Histoire et populations et Unité Genre), membre du groupe Esopp (EHESS/CRH) et membre du conseil scientifique du Comité d'histoire de la Sécurité sociale. Ses recherches portent sur la régulation politique de la reproduction, de la fécondité et de la population à l’époque contemporaine. Il a récemment publié : Gouverner les mœurs. La lutte contre l'avortement en France, 1890-1950 (INED, 2016) ; « Les mobilisations contre les « fléaux sociaux » dans l’entre-deux-guerres. Essai de cartographie sociale », Histoire & mesure XXXI-2 (2016) (avec Adrien Minard) ; « Obstacles to the establishment of a policy to combat infertility in France (1920-1950) », in A Handbook of Infertility in History : approaches, contexts and perspectives (Gayle Davis, Tracey Loughran, eds) (Palgrave Macmillan, 2017). fabrice.cahen@ined.fr

Silvia Chiletti

Silvia Chiletti est docteure de recherche en philosophie et enseignante de philosophie et histoire dans le secondaire en Italie. Ses intérêts de recherche portent sur l’histoire des sciences, notamment de la médecine, de la psychiatrie et des sciences humaines. Elle a été chercheuse post-doc au Centre Alexandre Koyré – Histoire des sciences et des techniques de Paris, de 2012 à 2014. Parmi ses publications : « Les milles visages de l’expertise. Savoir expert, savoir profane dans les procès pour infanticide à Florence au début du xxe siècle », dans « Folie et justice de l’Antiquité à l’époque contemporaine », Criminocorpus [En ligne] 2016 ; « Psychiatrie, genre et sexualités dans la seconde moitié du xxe siècle », Comment s'en sortir ?, n° 2, 2015, p. 59-75 (avec Francesca Arena et Jean-Christophe Coffin) ; « Grossesses ignorées au prisme de l'infanticide. Savoirs médicaux et décisions de justice en France au xixe siècle », Revue d'histoire du xixe siècle, n° 50/1, 2015 p. 165-179. silvia.chiletti@cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page