Navigation – Plan du site
Dossier

La valeur du travail de care : les nourrices à l’hôpital marseillais du Saint-Esprit (1306-1457)

The value placed on care work: wet-nurses at the Hôpital du Saint-Esprit, Marseille 1306-1457
Caley McCarthy
Traduction de Christiane Klapisch-Zuber
p. 43-68

Résumés

Cet article, qui porte sur la valeur accordée au travail de care fourni par les nourrices de l’Hôpital du Saint-Esprit à Marseille entre 1306 et 1457, montre que si l’allaitement peut être défini comme une fonction physiologique, il relève également, en tant qu’occupation, d’une construction sociale. En comparant les salaires des nourrices de l’hôpital avec ceux d’autres domestiques, on peut démontrer que la société marseillaise accordait une grande valeur au travail de care fourni par les nourrices. Bien que cette valeur ait en partie dépendu de la rareté des corps pourvoyeurs à la suite de la Grande peste, elle reposait également sur l’appréciation de ce type de soins par la société. Dans l’emploi privé, étudié par d’autres chercheurs, la valeur accordée aux nourrices était liée aux priorités des classes moyennes et supérieures ; alors que dans le cas de l’institution hospitalière du Saint-Esprit, elle provenait d’un impératif de charité à fournir aux membres les plus vulnérables de la société

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Christiane Klapisch-Zuber

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

L’abandon des enfants et l’hôpital du Saint-Esprit
Les nourrices de l’hôpital du Saint-Esprit
Un travail de care
Les salaires des nourrices de l’hôpital du Saint-Esprit

Aperçu du texte

En mars 1431, un bébé de sexe féminin fut abandonné à l’hôpital du Saint-Esprit de Marseille. Une note l’accompagnait, disant qu’elle était baptisée et prénommée Johaneta. L’hôpital s’occupa de Johaneta pendant deux jours puis l’envoya chez une nourrice, la fille de Peyre Silne. La nourrice devait recevoir près de 18 florins et une livre d’huile par année de service, payables mensuellement et ne devait pas quitter Johaneta pour un autre bébé. Elle s’occupa de Johaneta durant quatre mois seulement, jusqu’au 6 juillet, date de la mort de la petite fille.

La fille de Peyre Silne était l’une des nombreuses femmes que l’Hôpital du Saint-Esprit engagea pendant tout le Moyen Âge pour prendre soin des nourrissons abandonnés de Marseille. On les trouve dans les comptes de l’hôpital, aux chapitres intitulés « Dépenses pour les nourrices d’enfants abandonnés » ou « Gages des nourrices de bébés de l’hôpital du Saint-Esprit ». Le présent article s’appuie sur de telles rubriques dans quarante-cinq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caley McCarthy, « La valeur du travail de care : les nourrices à l’hôpital marseillais du Saint-Esprit (1306-1457) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49 | 2019, 49 | 2019, 43-68.

Référence électronique

Caley McCarthy, « La valeur du travail de care : les nourrices à l’hôpital marseillais du Saint-Esprit (1306-1457) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/16130 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.16130

Haut de page

Auteur

Caley McCarthy

McCarthy Caley est doctorante à McGill University (Canada). Spécialiste du Moyen Âge tardif, elle mène des recherches sur la question du soin à l’Hôpital de Saint-Esprit à Marseille. Elle a publié : Steven Bednarski (avec), « A Late Medieval Criminal Prosecution for Poisoning: The Failed Murder Trial of Margarida de Portu », in Philip Trexler (ed.), Toxicology in the Middle Ages and Renaissance, London, Academic Press, 2017, p. 141-150. caley.mccarthy@mail.mcgill.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page