Navigation – Plan du site
Dossier

Comment être « l’amie » des familles populaires : la relation de care chez les assistantes sociales de l’entre-deux-guerres, entre vocation et formation

Forming “friendships” with working-class families: social workers and care in the interwar period in France, between vocation and training
Lola Zappi
p. 93-113

Résumés

L’objet de cet article est de se demander comment les assistantes sociales de l’entre-deux-guerres envisagent les enjeux de la relation de care qui les lie aux usagers des services sociaux. Les assistantes ont en effet un rôle double : prendre soin des familles populaires mais aussi les surveiller et les contrôler. Comment concilient-elles ces impératifs paradoxaux en cherchant la « bonne distance » avec leur public ? Pour répondre à cette question, nous nous tournons vers les archives de la formation professionnelle. En effet, les écoles de service social contribuent à définir les attentes de la relation de care et à établir le cadre dans lequel prennent place ces interactions. Nous nous penchons dans un premier temps sur le discours de la vocation chez les postulantes au métier d’assistante, puis sur la manière dont la formation professionnelle régule ces aspirations. Nous concluons sur la force de la notion de care, qui permet de penser l’imbrication entre rapports de domination et bienveillance envers autrui.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Servir la famille ouvrière : le discours du dévouement aux autres chez les postulantes au service social
Enseigner la « bonne distance » dans la relation d’assistance : le rôle des écoles de service social dans l’appréhension du travail de care

Aperçu du texte

Au printemps 1930, l’Association des travailleuses sociales lance un concours visant à récompenser la meilleure monographie d’une famille ouvrière. Le règlement du concours réclame que cette famille soit suivie depuis deux ans au moins par l’assistante sociale auteure du texte :

Pour qu’une visiteuse y voie clair à propos d’[une famille], ce n’est pas trop, à coup sûr, des deux ans de travail suivi […]. Mais encore, au cours de ces deux ans, faut-il que la visiteuse soit devenue l’amie discrète à qui sont allées bien des confidences, qui les a recueillies, qui y a réfléchi. La lente connaissance qu’elle a acquise ainsi, reçue dans cette famille, des habitudes qui la maintiennent, des forces instinctives ou des forces spirituelles qui la meuvent, c’est le fondement le plus sûr et le plus durable de son action sur elle.

L’Association des travailleuses sociales se fait ainsi le relais d’un ethos professionnel mis en avant par l’ensemble des actrices et acteurs du service social comme la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lola Zappi, « Comment être « l’amie » des familles populaires : la relation de care chez les assistantes sociales de l’entre-deux-guerres, entre vocation et formation », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49 | 2019, 49 | 2019, 93-113.

Référence électronique

Lola Zappi, « Comment être « l’amie » des familles populaires : la relation de care chez les assistantes sociales de l’entre-deux-guerres, entre vocation et formation », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/16222 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.16222

Haut de page

Auteur

Lola Zappi

Zappi Lola est doctorante en histoire au Centre d’Histoire de Sciences Po. Son travail porte sur l’émergence du service social dans les années d’entre-deux-guerres et sur la relation d’assistance nouée entre les travailleuses sociales et les personnes assistées. Elle a publié : « Jeunes travailleurs, jeunes consommateurs. Les enquêtes sociales et la place des jeunes au sein des familles de milieux populaires », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 35, 2017/1, p. 81-101. lola.zappi@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page