Navigation – Plan du site
Varia

Écriture de l’histoire et littérature féminine grecque au xixe siècle

Women as writers of history and literature in nineteenth-century Greece
Sophie Coavoux
p. 221-238

Résumés

Les prémices du mouvement pour l’émancipation des femmes coïncident dans l’espace grec avec leur entrée sur la scène littéraire. Les écrivaines participent d’abord largement de la veine patriotique qui caractérise la littérature grecque au xixe siècle. Mais elles s’en éloignent progressivement à partir des années 1880, quand certaines se tournent vers la prose et la fiction, évolution propice à l’expression d’une critique du système de genre qui correspond en outre à un glissement du récit de l’histoire nationale vers celui d’histoires de la sphère privée. Outre l’intérêt intrinsèque qu’elle présente, notamment à travers l’intrication de la question nationale et de la question des femmes, l’étude du rapport des écrivaines grecques à l’histoire au xixe siècle invite à une réflexion historiographique et épistémologique sur l’articulation entre genre, histoire et littérature.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Question nationale, question des femmes et littérature féminine
L’histoire par les femmes et la veine patriotique
De l’Histoire nationale aux histoires de la sphère privée
Genre, histoire et littérature

Aperçu du texte

La naissance d’une conscience de genre et les prémices du mouvement pour l’émancipation des femmes coïncident en Grèce avec leur entrée sur la scène littéraire. Conformément au mouvement général de la littérature grecque du xixe siècle, les écrivaines grecques puisent leur inspiration dans « la question nationale », mais on observe progressivement un amoindrissement de cette veine patriotique. Vers la fin des années 1880, certaines en effet se tournent vers la prose et la fiction et s’illustrent en particulier dans le genre du diigima (nouvelle/récit) qui leur permet d’exprimer des doléances relatives au système de genre. Cette évolution thématique et formelle des écrits féminins coïncide donc en partie avec un glissement du récit de l’histoire nationale vers celui d’histoires de la vie privée. Outre l’intérêt intrinsèque qu’elle présente, à travers notamment l’intrication de la question nationale et de la question des femmes, l’étude du rapport des écrivaines grecques à l’histoire ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Coavoux, « Écriture de l’histoire et littérature féminine grecque au xixe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49 | 2019, 49 | 2019, 221-238.

Référence électronique

Sophie Coavoux, « Écriture de l’histoire et littérature féminine grecque au xixe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/16502 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.16502

Haut de page

Auteur

Sophie Coavoux

Coavoux Sophie est maître de conférences HDR en Études néo-helléniques à l’université Jean Moulin Lyon 3 et membre de l’Institut des études transculturelles et transtextuelles. Ses recherches portent sur la littérature néo-hellénique, le genre et les sexualités. Elle a notamment publié Le Développement de l’érotisme dans la poésie de Constantin Cavafy (PULM, 2013). sophie.coavoux@univ-lyon3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page