Navigation – Plan du site
Varia

Transition de l’époque soviétique à la période post-soviétique au prisme de biographies singulières

Individual biographies and the post-Soviet transition
Veronika Kushtanina
p. 239-259

Résumés

À partir de 79 récits biographiques recueillis principalement à Moscou auprès d’hommes et de femmes qui ont terminé leurs études au plus tard à la fin des années 1980, l’auteure s’intéresse aux liens entre les transitions macrosociales et les bifurcations biographiques. L’article analyse dans un premier temps l’évolution des modèles socioculturels de parcours de vie en Russie soviétique et post-soviétique et met en lumière le passage d’un parcours de vie asexué à une forte sexuation des parcours de vie. Dans un second temps, il montre comment chez les femmes le fait d’adhérer au modèle familial avec une forte distinction de rôles genrés a façonné des récits hors Histoire et chez les hommes des récits de rupture biographique associée au changement d’époque.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Modèles socioculturels de parcours de vie
Vers un modèle unique de parcours de vie : synchronisation des temps masculins et féminins
Diversification des parcours
Modèles socioculturels de parcours et récits biographiques
Récit biographique hors Histoire
Histoire et récits de rupture biographique

Aperçu du texte

Dans les manuels d’histoire publiés à travers le monde, le passage de l’ère soviétique à l’époque post-soviétique est présenté comme un événement majeur de la fin du xxe siècle. Néanmoins, les travaux qui étudient les expériences des individus qui ont traversé cette période relativisent largement cette rupture historique. Comment expliquer que les vécus soient divers – le fait que pour certains la vie a changé du jour au lendemain, tandis que pour d’autres aucun événement biographique ne se rattache à cette période ? L’hypothèse la plus souvent avancée est qu’il existe un âge de réminiscence, situé généralement entre 10 ans et 30 ans : un événement historique vécu à cet âge aurait tendance à être considéré ensuite comme marquant. Les recherches qui avancent cette hypothèse partent d’une interrogation sur des événements déjà considérés comme importants tandis que ma démarche consiste, au contraire, à analyser les événements qui surgissent spontanément dans les récits biographiques. J...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Veronika Kushtanina, « Transition de l’époque soviétique à la période post-soviétique au prisme de biographies singulières », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49 | 2019, 49 | 2019, 239-259.

Référence électronique

Veronika Kushtanina, « Transition de l’époque soviétique à la période post-soviétique au prisme de biographies singulières », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/16541 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.16541

Haut de page

Auteur

Veronika Kushtanina

Kushtanina Veronika est sociologue, maître de conférences à l’université de Bourgogne Franche-Comté, rattachée au Laboratoire de sociologie et d’anthropologie (LASA). Elle a mené une thèse en sociologie sur la grand-parentalité en France et en Russie. Ses travaux actuels portent sur les âges de la vie et les parcours biographiques, analysés au prisme des rôles et des relations familiaux, des maladies chroniques et des troubles ainsi que du care. veronika.kushtanina@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page