Navigation – Plan du site
Clio a lu « Travail de care »
Ouvrages collectifs divers

Frédérique Toudoire-Sulapierre, Alessandra Balloti & Inkar Kuramayeva (dir.), Apprenties Sages. Apprentissages au féminin

Reims, EPURE, 2017
Marianne Thivend
p. 312-314
Référence(s) :

Frédérique Toudoire-Sulapierre, Alessandra Balloti & Inkar Kuramayeva (dir.), Apprenties Sages. Apprentissages au féminin, Reims, EPURE, 2017, 473 p.

Texte intégral

1Sous ce beau titre aux interprétations ouvertes, on retiendra surtout une volonté commune, partagée par les 23 autrices et auteurs de ce volumineux recueil issu d’un colloque pluridisciplinaire tenu à Mulhouse en 2017, d’interroger l’éducation des femmes, l’éducation pour les femmes et l’éducation sur les femmes. En quoi cette éducation, approchée au cours des siècles sur des terrains variés – France et Europe y compris dans ses extensions coloniales, États-Unis et Brésil –, a-t-elle pu former une ressource pour l’émancipation des femmes ? Si l’histoire de l’éducation des filles et des femmes a désormais bien mis en évidence les processus de leur exclusion des principaux lieux d’instruction secondaire et supérieure ainsi que les combats menés durant près de 150 ans pour faire tomber ces interdits, les études littéraires s’intéressent quant à elles plutôt aux modèles d’apprentissages féminins que la littérature a pu offrir, d’Anna Karénine à Emma Bovary, qui, si fictifs qu’ils soient, ont bien été diffusés dans la société et reçus par des lectrices en chair et en os. Dans cet ouvrage, la littérature est alors conçue comme « espace privilégié de l’apprentissage » pour les femmes et lieu majeur de leur instruction. Comment ? Par l’accès à la lecture, outil de connaissance des vies d’autres et de leurs congénères, puis par l’écriture dont certaines s’emparent pour se défendre et s’affirmer en tant que femmes. Les récits de vie, fictionnels ou autobiographiques, analysés dans cet ouvrage, mettent tous en avant la nécessité de l’éducation, condition d’une possible émancipation féminine.

2Le découpage de l’ouvrage reprend les trois grandes étapes d’une « formation » à l’échelle individuelle, de l’école au passage à l’écriture de soi et pour soi qui conduit in fine à l’émancipation. Si l’approche littéraire domine très largement, tant dans les problématiques que dans les méthodologies mises en œuvre, l’historien.ne trouve toutefois son compte dans le dédale des parcours de vie de femmes et des monographies d’institutions qui sont ici présentés. Dans la première partie de l’ouvrage intitulée « Écoles et institutions », les difficultés financières mais également morales indiquent la fragilité d’institutions féminines comme l’école de filles protestante ouverte à Strasbourg en 1779 ou les missions écossaises dans l’Inde du xixe siècle. On retiendra surtout les deux contributions sur l’éducation musicale des filles, qui s’appuient sur des corpus importants de sources imprimées. Frédérick Sendra étudie l’apprentissage du piano dans la perspective de la division genrée des savoirs et des pratiques mises en œuvre au sein du conservatoire de Paris au xixe siècle : non-mixité des classes de piano, concours séparés, répertoires sexués. Face à l’engouement des jeunes femmes pour la pratique du piano et à leur forte affluence au conservatoire, la concurrence menace, qu’il faut contenir par des discours contraignants : ainsi, alors que la virtuosité est attendue et exhibée chez les hommes, elle doit se faire discrète chez les femmes à qui l’on refuse le mouvement du corps devant son instrument. Les devenirs professionnels se calquent sur ces limitations : ce sera le professorat obscur et précaire plutôt que les lumières de la scène. Claudia Schweitzer s’appuie sur deux textes d’apprentissage du clavecin de la basse continue, destinés aux jeunes filles françaises et allemandes vers 1700, pour montrer les finalités différentes accordées par la société à cet apprentissage musical de chaque côté du Rhin. Si les instrumentistes françaises peuvent alors briller dans ces espaces mi-publics/mi privés que sont les salons mondains, les Allemandes se voient offrir quant à elles ce nouvel espace de professionnalisation que constitue l’enseignement.

3L’historien.ne de l’éducation sera également intéressé.e, dans les deuxième et troisième parties, par la mise en évidence des diverses manières d’apprendre et des chemins de traverse empruntés par les femmes dans leurs parcours d’apprentissage. Le rôle des pères, et des parents, médiateurs parfois essentiels dans l’accès aux savoirs de leurs filles, se voit ici confirmé à plusieurs reprises. L’ouvrage invite alors à regarder, au travers des sources littéraires, comment se déploient les pratiques autodidactes de la lecture et de l’écriture quand les lieux de formation sont encore fermés aux filles. Lectures solitaires, lectures à la sauvette, temps négocié…, l’apprentissage est long et difficile. Car il faut du temps et de la patience pour comprendre ce qu’on lit, puis en tirer parti pour être à son tour capable d’écrire et de revendiquer « une chambre à soi ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Thivend, « Frédérique Toudoire-Sulapierre, Alessandra Balloti & Inkar Kuramayeva (dir.), Apprenties Sages. Apprentissages au féminin », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49 | 2019, 49 | 2019, 312-314.

Référence électronique

Marianne Thivend, « Frédérique Toudoire-Sulapierre, Alessandra Balloti & Inkar Kuramayeva (dir.), Apprenties Sages. Apprentissages au féminin », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/16771

Haut de page

Auteur

Marianne Thivend

Université de Lyon 2
LARHRA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page