Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50DossierLes contours mouvants de la prost...

Dossier

Les contours mouvants de la prostitution coloniale (Fort-de-France, 1940-1947)

The shifting contours of colonial prostitution (Fort-de-France, Martinique, 1940-1947)
Caroline Séquin
p. 19-36

Résumés

La Seconde Guerre mondiale marque un tournant majeur dans le contrôle de la prostitution à la Martinique. La présence imposée de milliers de marins de métropole, immobilisés suite au blocus qui paralyse l’île, entraîne l’établissement de nouvelles mesures néo-réglementaristes à Fort-de-France. Ces mesures visent à fournir un moyen de gérer les relations interraciales dans la ville portuaire, dans un contexte colonial singulier où la citoyenneté française avait été octroyée à tous les habitants de l’île suite à l’abolition de l’esclavage. Adaptées aux pratiques locales, ces mesures sont lourdes de conséquences pour de nombreuses femmes, et ce indépendamment de leur activité sexuelle révélant ainsi le caractère poreux de la catégorie « prostituée » en temps de guerre. Les femmes ciblées par ces initiatives parviennent toutefois à contourner ces contraintes, dévoilant ainsi les limites du système établi.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Prostitution d’avant-guerre
Sexe et guerre sous les tropiques
Tolérer la prostitution hors des maisons de tolérance

Aperçu du texte

Dans La Dissidence, un roman de Raphaël Confiant inspiré du journal intime d’un ancien télémétreur français posté en Martinique pendant la Seconde Guerre mondiale, une cinquantaine d’hommes appartenant à la Marine, tous blancs de métropole, côtoient allègrement un cabaret aux abords du port de Fort-de-France, où ils trouvent alcool et « de pulpeuses négresses prêtes à s’offrir pour un bout de toile ou quelques bons de rationnement ». Cinquante ans plus tôt, Mayotte Capécia évoquait dans La Négresse blanche (1950) la manière dont les cafés de la ville portuaire « étaient bourrés de marins et de filles de toutes les couleurs qui se laissaient embrasser et tripoter devant les tables de bois blancs garnies de verres de punch ». Bien que tirées de romans, mais inspirées de faits réels, ces deux scènes saisissent avec précision les nombreuses relations qui se sont tissées entre métropolitains et Martiniquaises, blancs et femmes mulâtresses ou noires, mais aussi, clients et prostituées à F...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Séquin, « Les contours mouvants de la prostitution coloniale (Fort-de-France, 1940-1947) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, 50 | 2019, 19-36.

Référence électronique

Caroline Séquin, « Les contours mouvants de la prostitution coloniale (Fort-de-France, 1940-1947) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 10 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/16911 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.16911

Haut de page

Auteur

Caroline Séquin

Caroline Séquin est professeure d’histoire à Lafayette College (Pennsylvanie). Elle est docteure en histoire de l’université de Chicago, où elle a soutenu une thèse intitulée « Prostitution and the Policing of Race in the French Atlantic, 1848-1947 », une étude comparative de la prostitution et des politiques raciales dans trois villes portuaires (Fort-de-France, Dakar et Bordeaux) dans le siècle suivant l’abolition de l’esclavage. sequinc@lafayette.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search