Navigation – Plan du site
Dossier

Les mobilisations féminines dans les Antilles néerlandaises (Curaçao et Aruba, 1946-1993)

Women’s mobilization in the Dutch Caribbean (Curaçao and Aruba, 1946-1993)
Margo Groenewoud
Traduction de Nicole G. Albert
p. 63-85

Résumés

Cet article examine les spécificités de la politique antillaise néerlandaise ainsi que le niveau d’éducation des femmes et leur insertion dans la société civile, en lien avec l’émergence de mouvements de femmes à Aruba et Curaçao. Plusieurs de ces mouvements (1940-début des années 1990) sont ici analysés dans le but de comprendre ce qui rend les stratégies militantes féminines efficaces. Cet article avance l’hypothèse que leur réussite dépend des multiples ajustements qui sont faits à un environnement particulier. Bien que la réussite de tels mouvements puisse être attribuée à des forces intellectuelles actives et à une compréhension approfondie des changements politiques, en fin de compte, c’est moins la connaissance, l’idéologie et la stratégie qui comptent que la capacité à agir au bon moment, à s’organiser et à coopérer, dans le but de surfer sur la vague du progrès.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Le contexte religieux, social et politique de l’après-guerre
Les années 1940 : la naissance d’un mouvement des femmes
Les années 1950-1970 : le militantisme des femmes entre « l’ancien » et « le nouveau »
La manifestation anti « Happy Camp » en 1951 à Aruba
Émancipation et oppression : le cas de Texas Instruments
La politique de la justice sociale et le planning familial
Politiques progressistes et victoires juridiques (1971-1993)

Aperçu du texte

Les femmes des Antilles néerlandaises ont toujours eu une grande importance dans la société. Cependant, au début du xxe siècle, elles ne s’étaient pas encore organisées, à l’exception d’un petit nombre de clubs sociaux implantés ailleurs dans l’archipel et dont les membres appartenaient à la classe moyenne ou supérieure. La situation change dans les années 1940. Dans l’ensemble des Caraïbes, comme le fait remarquer June Castello, les militantes féministes, des années 1940 aux années 1960, ont défendu des questions qui « faisaient partie des débats plus larges en faveur de l’autonomie politique ». On assista à une évolution similaire sur deux des plus importantes îles des Antilles néerlandaises, Aruba et Curaçao, mais dans un contexte totalement différent.

Dans les années 1940, de nouveaux mouvements politiques fondés à Aruba et Curaçao réclamèrent l’autonomie, sans pour autant envisager l’indépendance comme une option viable. En revanche, les leaders politiques locaux revendiquaient ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Margo Groenewoud, « Les mobilisations féminines dans les Antilles néerlandaises (Curaçao et Aruba, 1946-1993) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, 50 | 2019, 63-85.

Référence électronique

Margo Groenewoud, « Les mobilisations féminines dans les Antilles néerlandaises (Curaçao et Aruba, 1946-1993) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/17001 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.17001

Haut de page

Auteur

Margo Groenewoud

Margo Groenewoud, docteure de l’université de Leiden en 2017, est professeure adjointe à l’université de Curaçao Dr. Moises da Costa Gomez et chercheuse postdoctorale dans le projet NWO Traveling Caribbean Heritage (2018-2021). Historienne du social, elle se spécialise dans les Caraïbes néerlandaises du XXe siècle, avec un intérêt particulier pour la société civile, la citoyenneté, l’identité culturelle et l’appartenance. m.groenewoud@uoc.cw/margo.groenewoud@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page