Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Regards complémentairesFemmes de couleur libres et donat...

Regards complémentaires

Femmes de couleur libres et donations à la Martinique (1806-1830)

Free women of colour and property donations in Martinique (1806-1830)
Jessica Pierre-Louis
p. 109-123

Résumés

La femme de couleur libre fut un acteur économique et social dynamique des sociétés coloniales de la Caraïbe. Son étude permet d’illustrer sa place et sa capacité d’agir dans la société. Les donations, enregistrées dans le fonds des Hypothèques de la Martinique entre 1806 et 1830, offrent l’opportunité d’une approche singulière pour dresser le profil de ces femmes de couleur libres et entrevoir la richesse et les spécificités de leurs interactions sociales à une période où leur groupe connait une croissance numérique et économique importante. L’article montre que leur statut particulier les incitait à s’organiser pour garantir la transmission des biens au sein de la famille, malgré l’absence d’union légitime ou encore à prendre en considération la présence de membres de membres esclaves de la famille. Enfin, il éclaire aussi la manière dont ces femmes mettent en œuvre des solidarités féminines particulières.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le profil des femmes de couleur
Le rapport à la donation des femmes de couleur libres

Aperçu du texte

Loin de l’image de séductrices, accusées de turpitude morale et de débauche, dans les regards masculins des voyageurs, des administrateurs et des colons, les femmes de couleur libres furent des actrices économiques et sociales dynamiques de la Caraïbe. L’étude permet d’illustrer leur place spécifique et leur capacité d’agir dans la société coloniale martiniquaise. Travailler plus particulièrement sur les donations faites ou reçues par les femmes de couleur libres constitue une approche singulière de leur contribution à la circulation de biens et de leurs réseaux de sociabilités.

Le terme « femme libre de couleur » regroupe toutes celles, noires ou métissées, affranchies ou libres de naissance descendantes d’affranchis, qui jouissaient officiellement de la liberté, mais qui étaient stigmatisées par l’origine servile d’elles-mêmes ou de leurs ancêtres. L’administration coloniale tenta dans un premier temps de contrôler et de réduire les possibilités d’affranchissement en rendant oblig...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jessica Pierre-Louis, « Femmes de couleur libres et donations à la Martinique (1806-1830) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, 50 | 2019, 109-123.

Référence électronique

Jessica Pierre-Louis, « Femmes de couleur libres et donations à la Martinique (1806-1830) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/17104 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.17104

Haut de page

Auteur

Jessica Pierre-Louis

Jessica Pierre-Louis est historienne, chercheuse indépendante, membre associée de l’université des Antilles, laboratoire AIHP-GEODE Archéologie Industrielle, Histoire, Patrimoine / Géographie, Développement, Environnement de la Caraïbe (EA 929). Elle a soutenu en 2015 une thèse intitulée Les libres de couleur face au préjugé : franchir la barrière à la Martinique aux xviie-xviiie siècles et est l’auteure de plusieurs articles portant sur l’histoire sociale dans les sociétés coloniales racialisées de la Caraïbe. Ses recherches s’intéressent aux libres de couleur, aux systèmes de catégorisations, au préjugé de couleur et au passing, particulièrement à la Martinique. jessica_pierre-louis@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search