Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Femme affranchie et femme légitime. Un héritage inéquitable à la Barbade (xviiie siècle)

Freed women and inheritance in Barbados (early eighteenth century): evidence from the archive
Tara Inniss
Traduction de Sylvie Kandé
p. 125-137

Résumés

Cet article analyse les premiers exemples de testaments, actes de cession et autres documents notariés par lesquels des femmes réduites en esclavage puis libérées ont reçu des biens fonciers et des biens matériels à la fin du xviie et au début du xviiie siècle à la Barbade. Comme cette première période a été marquée par le développement de la société esclavagiste barbadienne et la croissance de la communauté des libres de couleur, ces documents donnent un aperçu des relations établies avec les propriétaires d’esclaves et l’administration coloniale. L’une de ces séries documentaires concerne « Free Jenny » ou Jane Hallett qui résidait vers 1690-1740 dans la région connue sous le nom de « The Cameroons » ainsi que Sarah Hallett qui résidait à proximité de Halletts à Saint Michael. On y voit de quelle façon la terre se transmettait des élites blanches masculines à leurs familles blanches et non-blanches. On y voit aussi combien ces legs de terre étaient ténus. Mais ce type de document transmet également la voix des femmes libres ainsi que celle de certaines esclaves à travers les temps.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Les archives Hallett : voix et privilège
Jane/Free-Jenny, Johannes et Nancy
Sarah et Mary

Aperçu du texte

Cet article analyse des testaments, actes juridiques et documents de même nature où figurent, pour la Barbade de la fin du xviie jusqu’au début du xviiisiècle, les premiers exemples de cessions de terres et d’autres biens matériels à des femmes esclaves ou libre. Rédigés en pleine période de maturation de la société esclavagiste barbadienne et d’expansion de la communauté des libres de couleur, ces documents donnent un aperçu des relations qui s’établissent entre propriétaires d’esclaves et administration coloniale.

Une série de documents de ce genre concerne, pour une période s’étendant des années 1690 aux années 1740, une certaine « Free-Jenny » (appelée aussi Jane Hallett) qui résidait dans un lieu-dit, « The Cameroons » (aujourd’hui vraisemblablement situé près de Brighton, Saint Michael), ainsi que Sarah Hallett qui vivait sur le domaine tout proche des Hallett à Saint Michael. Ces documents nous éclairent sur les modalités par lesquelles une élite de propriétaires fonciers, h...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tara Inniss, « Femme affranchie et femme légitime. Un héritage inéquitable à la Barbade (xviiie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, 50 | 2019, 125-137.

Référence électronique

Tara Inniss, « Femme affranchie et femme légitime. Un héritage inéquitable à la Barbade (xviiie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/17136 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.17136

Haut de page

Auteur

Tara Inniss

Tara A. Inniss est maîtresse de conférences au Département d’histoire et de philosophie du campus de Cave Hill de l’université des Indes occidentales (UWI). Ses domaines d’enseignement et de recherche sont l’histoire de la médecine, l’histoire des politiques sociales, le patrimoine et le développement social. Elle est actuellement membre exécutif de l’Association des Historiens des Caraïbes (ACH). tara.inniss@cavehill.uwi.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page