Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50DocumentsCatalina de los Santos et son nav...

Documents

Catalina de los Santos et son navire, femme libre de couleur dans la Caraïbe hispanophone (Santo Domingo, 1593)

Catalina de los Santos, free woman of color and shipowner (Santo Domingo, 1593)
David Wheat
p. 139-153

Résumés

L’article explore l’acte notarié établi par Catalina de los Santos à Garachico (Tenerife) en 1593. Elle s’identifie comme mulâtresse, veuve, vecina de Santo Domingo sur l’île d’Española, et propriétaire du navire sur lequel elle voyage. Elle s’était rendue à Séville où elle avait fait affaire avec divers marchands et avait acheté une cédule royale (dont le nom du bénéficiaire a été laissé en blanc), lui permettant de voyager. Durant son voyage de retour, elle séjourne à Garachico dans la maison d’un marchand qui héberge également ses « serviteurs et esclaves ». Elle signe de son nom à la fin. Le statut social et les activités commerciales de Catalina de los Santos la distinguent de la grande majorité des Africains et des personnes d’ascendance africaine qui résidaient dans la région à la fin du xvie siècle, nous obligeant à envisager un champ d’actions plus large pour les femmes d’ascendance africaine dans les ports maritimes des Caraïbes espagnoles.

Haut de page

Notes de la rédaction

Document d’archives traduit par Clara Palmiste et révisé par Jean-Pierre Dedieu

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du texte

[Feuille 104v] Sachent tous ceux qui verraient cette lettre, comment moi, Catalina de los Santos, de couleur mulâtresse, veuve du défunt Pedro de la Roca, vecina de l’île espagnole de Saint Domingue dans les Indes de Sa Majesté et propriétaire que je suis de la nao nommée Notre Dame de la Conception présentement à l’ancre dans le port de Garachico, en voyage vers lesdites Indes, octroie et je reconnais par la présente lettre donner pouvoir dans toute l’étendue que le droit exige à Miguel Fadrique, marchand portugais résident de la ville de Séville à la rue de la Sierpe, pour qu’en mes lieu et place et en mon nom il puisse percevoir et recouvrer tous les maravédis et biens que quiconque me devrait en n’importe quelle manière. Je déclare aussi que Manuel del Rio vecino de cette ville de Séville m’a vendu une cédule de Sa Majesté portant dispense en faveur de l’impétrant, dont le nom est laissé en blanc, pour envoyer un navire aux Indes sans pilote ni maître approuvé, et sans artilleri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Wheat, « Catalina de los Santos et son navire, femme libre de couleur dans la Caraïbe hispanophone (Santo Domingo, 1593) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, 50 | 2019, 139-153.

Référence électronique

David Wheat, « Catalina de los Santos et son navire, femme libre de couleur dans la Caraïbe hispanophone (Santo Domingo, 1593) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/17176 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.17176

Haut de page

Auteur

David Wheat

David Wheat est professeur associé au département d’histoire de l’université d’État du Michigan. Il est l’auteur de Atlantic Africa and the Spanish Caribbean, 1570-1640 (2016) et co-éditeur de deux ouvrages collectifs : The Spanish Caribbean and the Atlantic World in the Long Sixteenth Century, coédité avec Ida Altman (2019), et From the Galleons to the Highlands: Slave Trade Routes in the Spanish Americas, coédité avec Alex Borucki et David Eltis (à paraître en 2020). dwheat@msu.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search