Navigation – Plan du site
Documents

Marie Kingué et la subversion de l’ordre colonial (Saint-Domingue, 1785)

Marie Kingué and the subversion of the colonial order (Saint-Domingue, 1785)
Marie Houllemare
p. 155-164

Résumés

La riche colonie française de Saint-Domingue est marquée au xviiie siècle par la peur de l’empoisonnement. Marie Kingué, esclave guérisseuse, exerce son activité auprès des blancs comme des esclaves, à la fois de soin, de sorcellerie et de divination. Son autorité morale sur la société locale, exceptionnelle, subvertit les barrières raciales et la hiérarchie de genre, puisqu’elle est, entre autres, sollicitée pour repérer les empoisonneurs, mis au supplice par leurs maîtres sur sa dénonciation. Un rapport anonyme témoigne en 1785 de l’angoisse que ses agissements suscitent auprès des autorités judiciaires de la colonie. Ce document, destiné à justifier les poursuites pénales engagées contre elle, témoigne ce faisant des difficultés à l’arrêter, liées aux importants soutiens dont elle dispose.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Guérison et sorcellerie
Une femme bien intégrée dans la société coloniale

Aperçu du texte

Rapport anonyme sur Kingé, sorcière et guérisseuse

La nommée Marie Catherine, dite Kingué, négresse esclave, dit-on, d’un sieur Coillon dit Belhumeur, habitant au quartier du Margot, avoit pris un ascendant si étonnant sur l’esprit des nègres, et même sur celui des têtes foibles parmi les blancs, qu’elle leur faisoit croire que les absurdités les plus dégoutantes étoient des faits incontestables.

Sa sorcellerie tendoit surtout à découvrir les macandals des ateliers. Beaucoup de nègres innocens ont été, à son instigation, sacrifiés inhumainement et livrés aux flammes par des imbéciles trop crédules. La rigidité et l’excès du travail avoient-ils conduit quelqu’esclaves au tombeau, on consultoit Kingué ; et Kingué, trouvant du poison partout, faisoit connoître les prétendus coupables.

Pour prouver son sçavoir, elle faisoit certains tours de gibecière qui lui donnoient la réputation la plus étendue.

Elle commença d’abord par exercer sa magie sur le bien de son maitre et sous ses yeux. Elle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Houllemare, « Marie Kingué et la subversion de l’ordre colonial (Saint-Domingue, 1785) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, 50 | 2019, 155-164.

Référence électronique

Marie Houllemare, « Marie Kingué et la subversion de l’ordre colonial (Saint-Domingue, 1785) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/17234 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.17234

Haut de page

Auteur

Marie Houllemare

Marie Houllemare est professeure d’histoire moderne à l’université d’Amiens et membre Junior de l’Institut universitaire de France, Marie Houllemare est spécialiste de l’histoire de l’État, de la justice et des archives à l’époque moderne. Après des travaux consacrés aux parlements et aux gens de justice en France, elle a publié plusieurs articles consacrés aux savoirs de gouvernement et aux archives coloniales françaises (Revue d’histoire Moderne et contemporaine 2014 ; Journal of Early Modern History, 2018). Elle prépare actuellement un ouvrage consacré à la mise en place d’un ordre public impérial au xviiie siècle, à travers l’activité pénale des conseils supérieurs coloniaux. marie.houllemare@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page