Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Documents« Si jamais je prenais du retard ...

Documents

« Si jamais je prenais du retard ». Lettres de Mathilda Percival émigrée à son mari John

“If I should fall behind.” Letters written by emigrant Mathilda Percival to her husband John (1859-1860)
Jessica Vance Roitman
Traduction de Nicole G. Albert
p. 165-178

Résumés

Mathilda Percival, libre de couleur, quitta Saint-Eustache, une petite île sous domination hollandaise, entre fin 1859 et début 1860. Elle s’embarqua pour une nouvelle vie sur l’île de Saint-Thomas, située aux Antilles danoises. Cet article s’appuie sur sept lettres de Mathilda à son mari. Elles font la lumière sur la vie et les difficultés des ouvrières émigrées au xixe siècle aux Caraïbes. Elles montrent que son expérience recoupe celle des employées de maison émigrées à cette époque, auxquelles l’émigration offrait l’occasion d’éprouver un sentiment d’autonomie et d’émancipation. Si les motifs économiques étaient certainement l’une des motivations principales du départ de Mathilda pour Saint-Thomas, les raisons de son exil définitif sont probablement beaucoup plus complexes. Il semblerait que son travail lui ait donné satisfaction. En outre, alors que l’historiographie sur la migration des femmes caribéennes porte principalement sur le xxe siècle (après la construction du Canal de Panama et s’accélérant après 1960), on sait peu sur l’émigration des femmes au milieu du xixe siècle, après l’abolition de l’esclavage. On en sait encore moins sur les Caraïbes non britanniques, constamment négligées par la recherche – une lacune à laquelle tente de remédier cet article à travers l’étude de ces lettres.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Les questions d’argent
Prendre soin de sa famille
L’autonomie et la famille

Aperçu du texte

Mathilda voyagea seule, laissant derrière elle, sur l’île de Sint Eustatius, son mari, John James Percival, et sa fille en bas âge, Adriana. Un ensemble de lettres conservées aux Archives nationales des Pays-Bas, à la Haye, témoigne de ses tentatives de rester en contact avec son époux, son enfant, ses amis et ses proches. Sept lettres seulement nous sont parvenues de la correspondance de Mathilda Percival à son mari John James. Elles se caractérisent par leur brièveté – aucune d’elles ne dépasse environ dix lignes – et par la difficulté à les déchiffrer en raison de leur écriture peu lisible, de leur orthographe fantaisiste et de leur absence de ponctuation. Cet ensemble, probablement lacunaire, de missives que l’on aurait souhaitées plus longues n’en éclaire pas moins de façon saisissante les dynamiques en jeu au sein d’une famille séparée pendant au moins deux ans. Il est rare, en effet, d’avoir accès sous forme écrite aux voix de femmes n’appartenant pas à l’élite et encore plus...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jessica Vance Roitman, « « Si jamais je prenais du retard ». Lettres de Mathilda Percival émigrée à son mari John », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, 50 | 2019, 165-178.

Référence électronique

Jessica Vance Roitman, « « Si jamais je prenais du retard ». Lettres de Mathilda Percival émigrée à son mari John », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/17282 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.17282

Haut de page

Auteur

Jessica Vance Roitman

Jessica Vance Roitman est une historienne spécialiste de l’histoire sociale, culturelle et politique. En tant que chercheuse, elle se spécialise dans l’histoire coloniale, en particulier les études sur les femmes, les Caraïbes et les Juifs. Ses travaux portent sur les débuts de la période moderne jusqu’au début du xxe siècle. Elle examine les intersections du mouvement, de la gouvernance et de la diversité. Elle a été boursière au Katz Center for Advanced Judaic Studies de l’université de Pennsylvanie et à la Huntington Library, en Californie. Elle a reçu d’importantes bourses de l’Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique (NWO), a enseigné à l’université de Leiden et a travaillé au Birkbeck College, à l’université de Londres, au Royal Netherlands Institute for Southeast Asian and Caribbean Studies (KITLV) et à l’université d’Utrecht. Roitman@KITLV.NL

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search