Navigation – Plan du site
Actualités de la recherche

Femmes et genre dans les historiographies sur les sociétés avec esclavage (Caraïbes anglaise et française, xviie-mi-xixe siècle)

Women and gender in the historiographies of societies with slaves (the French and British Caribbean, seventeenth to mid-nineteenth centuries)
Cécile Vidal
p. 189-210

Résumés

Malgré la paucité des sources, les historiographies sur les femmes et le genre dans les sociétés avec esclavage des Caraïbes anglaise et française ne cessent de prendre de l’importance depuis les années 1970, même si les recherches sur les Antilles françaises sont beaucoup moins prolifiques que celles sur les British West Indies. Après avoir présenté le champ des études caribéanistes, l’article analyse les travaux relatifs aux femmes esclaves, qui ont longtemps prédominé, puis ceux concernant les femmes libres de couleur et blanches, ainsi que les masculinités.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Les études caribéanistes : un champ fragmenté et hétérogène
Une longue focalisation sur les femmes esclaves
Un intérêt plus récent pour les autres femmes et les masculinités

Aperçu du texte

Les femmes de toutes conditions qui ont vécu dans les sociétés caribéennes sous souverainetés anglaise et française au temps de l’esclavage, des premières décennies du xviisiècle au milieu du xixe siècle, ont produit peu d’écrits. Pour les British West Indies, celles d’ascendance européenne ont laissé quelques autobiographies, journaux ou récits de voyage (Janet Schaw, Maria Skinner Nugent, Eliza Chadwick Roberts) et correspondances. Un petit nombre de lettres rédigées par des femmes esclaves ou libres de couleur a également été conservé. Mary Prince est quant à elle la seule ancienne esclave caribéenne à avoir publié une autobiographie qui joua d’ailleurs un rôle crucial dans le combat abolitionniste. Les hommes qui luttaient pour l’émancipation en Grande-Bretagne se sont toutefois emparés de la question féminine dans leurs écrits. Ces différents types de sources sont presque inexistants pour les îles françaises, mais les femmes apparaissent dans leur diversité sociale et ethniqu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vidal, « Femmes et genre dans les historiographies sur les sociétés avec esclavage (Caraïbes anglaise et française, xviie-mi-xixe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, 50 | 2019, 189-210.

Référence électronique

Cécile Vidal, « Femmes et genre dans les historiographies sur les sociétés avec esclavage (Caraïbes anglaise et française, xviie-mi-xixe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/17391 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.17391

Haut de page

Auteur

Cécile Vidal

Cécile Vidal est directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Elle est membre de Mondes américains (UMR 8168 – CNRS /EHESS). C’est une spécialiste de l’histoire sociale de la colonisation, l’empire, la traite et l’esclavage dans les mondes atlantiques. Elle est l’auteure, avec Gilles Havard, de Histoire de l’Amérique française, Paris, Champs Flammarion, 2019 (5e édition), ainsi que de Caribbean New Orleans : Empire, Race, and the Making of a Slave Society, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2019. Elle collabore actuellement à la coordination et rédaction d’une Histoire mondiale de l’esclavage (à paraître au Seuil) et travaille à un nouveau projet sur le suicide dans la traite et l’esclavage dans les empires français et britannique. cecile.vidal@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page