Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Complément en ligne : entretienLes femmes et le gwoka en Guadeloupe

Complément en ligne : entretien

Les femmes et le gwoka en Guadeloupe

Marie-Héléna Laumuno

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Clara Palmiste : Vous préparez une thèse sur les gens du Gwoka en Guadeloupe (1930-1980). Tout d’abord, pouvez-vous expliquer l’origine du mot gwoka et nous décrire son contexte d’apparition, ses spécificités quant à la pratique, la gestuelle, l’usage.

Marie-Héléna Laumuno : Le gwoka se manifeste par des expressions artistiques, des musiques, des chants, des danses. Une grande question se pose à son sujet : « le gwoka est-il seulement un amusement ? ». Elle résume mes motivations aiguisées par la tension née au cours de la préparation en 2014 du dossier d’inscription du gwoka sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité de l’UNESCO qui a divisé les acteurs du gwoka. En tant que responsable de la cellule définition-identification pour le Lyannaj Pou gwoka, préparateur du dossier de septembre à mars 2011, j’ai été directement confrontée aux tensions, amertumes et indispositions suscitées par l’idée de l’inscription. Les propos qui nous sont parvenus sont les témoignages...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Héléna Laumuno, « Les femmes et le gwoka en Guadeloupe », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 50 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/17594 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.17594

Haut de page

Auteur

Marie-Héléna Laumuno

Marie-Héléna Laumuno est chanteuse-danseuse des léwòz qui se tiennent en Guadeloupe. Elle donne aussi des spectacles gwoka au sein d’un ensemble musical et vocal dont le chant, la danse et la musique aux tambours sont exécutés par des femmes. Elle a mis le gwoka au centre de ses recherches. Après un Master en Sciences humaines sur la politisation du chant gwoka entre 1960 et 2003, elle s’apprête à soutenir une thèse d’histoire sur Les acteurs du gwoka de 1931 à 1994 à l’université des Antilles. laumuno.firmin@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search