Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51DossierMobilités et migrations féminines...

Dossier

Mobilités et migrations féminines dans l’Antiquité romaine. Une histoire fragmentaire

Women’s mobility and migration in Roman Antiquity: a fragmentary history
Marie-Adeline Le Guennec
p. 33-52

Résumés

Les recherches sur les mobilités et les migrations dans l’Antiquité romaine constituent un champ particulièrement dynamique depuis une trentaine d’années. Contrairement à ce qu’il en est pour d’autres périodes historiques, l’approche de ces phénomènes par le prisme du genre demeure en revanche limitée et se concentre sur les pratiques et les identités des femmes en contexte de circulation. Après un bref bilan historiographique, cet article propose une réflexion méthodologique sur les apports et les limites des sources à disposition pour faire l’histoire de ces circulations féminines à la période romaine, en centrant le regard sur le corpus épigraphique. Sont au centre de la réflexion les inscriptions (essentiellement de nature funéraire) de la ville de Rome (fin de la République – Haut-Empire) où sont évoquées des femmes qui ont connu des épisodes de mobilité et sans doute une immigration durable, voire définitive, depuis les provinces de l’empire vers l’Vrbs.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Genre et circulations dans l’Antiquité romaine : une approche encore à ses prémices, un problème de sources
Identifier des femmes venues d’ailleurs dans les inscriptions : l’exemple de la ville de Rome
Les provinciaux de Rome : un monde d’hommes ?

Aperçu du texte

Les recherches sur les mobilités et les migrations dans l’Antiquité romaine font preuve d’un dynamisme marqué depuis une trentaine d’années, allant jusqu’à devenir une des orientations dominantes de la production scientifique actuelle en études anciennes. Ce renouveau historiographique contribue à mettre à bas le postulat selon lequel les sociétés de l’Antiquité méditerranéenne auraient été caractérisées par un idéal de sédentarité. Toutefois, par comparaison avec ce qu’il en est pour des époques plus récentes, peu nombreux sont encore les travaux à aborder ces phénomènes sous l’angle du genre, et notamment à s’intéresser aux mobilités et aux migrations des femmes.

Après un bref bilan historiographique, cet article propose une réflexion méthodologique sur les sources à disposition pour faire l’histoire de ces circulations féminines à la période romaine, en se penchant en particulier sur le corpus épigraphique. Sera au centre de la réflexion le cas des inscriptions de la ville de Rome...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Adeline Le Guennec, « Mobilités et migrations féminines dans l’Antiquité romaine. Une histoire fragmentaire », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, 51 | 2020, 33-52.

Référence électronique

Marie-Adeline Le Guennec, « Mobilités et migrations féminines dans l’Antiquité romaine. Une histoire fragmentaire », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/17796 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.17796

Haut de page

Auteur

Marie-Adeline Le Guennec

Marie-Adeline Le Guennec est ancienne membre de l’École française de Rome (2015-2019), professeure d’histoire romaine à l’Université du Québec à Montréal et chercheuse associée au laboratoire HiSoMA (UMR 5189). Elle travaille sur les pratiques d’accueil et les mobilités dans l’Occident romain (République – Antiquité tardive). leguennec.marieadeline@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search