Navigation – Plan du site
Dossier

Du fer et du sang. Le genre des Grandes invasions (ive-vie siècle)

Iron and blood: a gender analysis of the great migrations of the early Middle Ages (fourth to sixth century)
Irene Barbiera
Traduction de Nicole G. Albert
p. 53-74

Résumés

L’article analyse la représentation et la perception des Grandes invasions à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle : des mouvements de groupes ethniques cohérents, conduits par des héros masculins. Ce modèle a été suggéré à partir d’un type spécifique de sagas mythiques du haut Moyen Âge, les Origines gentium qui, s’appuyant sur différentes sources anciennes, présentaient l’échiquier complexe des déplacements, des guerres et des alliances entre les barbares et l’Empire comme des exodes linéaires de tribus cohérentes vers une terre promise. Les archéologues et les ostéologues ont appliqué littéralement ce modèle : les biens funéraires et les types de squelettes permettaient à leurs yeux d’identifier les membres des différentes tribus et de suivre leurs routes migratoires. Ils ont privilégié les tombes avec des armes et les squelettes masculins et souligné ainsi l’agentivité des hommes. Cependant, les découvertes archéologiques examinées de plus près nous racontent une histoire complètement différente : dans les cimetières du haut Moyen Âge, les femmes avaient une plus grande visibilité que les hommes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Le sang du héros : une migration d’hommes
Objets en métal et trajectoires de femmes
Une nouvelle approche des migrations des hommes et des femmes

Aperçu du texte

Les historiens et les archéologues des xixe et xxe siècles, qui ont étudié les migrations passées, ont souvent décrit ces phénomènes d’une manière qui rappelait étrangement les grandes migrations transocéaniques de leur propre époque. Cependant, ils ne prirent en considération que certains aspects des migrations auxquelles ils assistaient, ce qui permettait de reconstruire un passé cohérent.

On sait que les historiens sont profondément influencés par les discours savants et les paradigmes culturels de l’époque dans laquelle ils vivent. En outre, l’histoire servant de modèle au présent, elle est constamment façonnée pour légitimer des affirmations contemporaines. Rien n’est plus vrai dans le cas des chercheurs qui se sont intéressés au haut Moyen Âge, une période historique complexe et sujette à débat, marquée par la fin du monde romain et la fondation des royaumes romano-barbares. Si l’on en croit les interprétations traditionnelles, ces derniers ont été fondés par différentes tribu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irene Barbiera, « Du fer et du sang. Le genre des Grandes invasions (ive-vie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, 51 | 2020, 53-74.

Référence électronique

Irene Barbiera, « Du fer et du sang. Le genre des Grandes invasions (ive-vie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/17846 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.17846

Haut de page

Auteur

Irene Barbiera

Irene Barbiera, docteure en études médiévales de la Central European University de Budapest (2004), est actuellement chargée de recherche en démographie à l’université de Padoue. Depuis 2007, elle donne des cours en histoire du genre, histoire des migrations et en démographie historique. Ses thèmes de recherche s’inscrivent en paléo-démographie, bio-archéologie et histoire du genre, avec une attention particulière à la démographie médiévale (mortalité, niveaux de vie, migrations, histoire de la famille). irene.barbiera@unipd.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page